Ecole Primaire Les Cèdres Quetigny

Ecole Primaire Les Cèdres Quetigny

Grands évènements de l'histoire - Serment de Strasbourg - 843 - Naissance de deux futurs grands états : la France et l'Allemagne

Le Serment de Strasbourg en 843

La naissance de deux futurs grands états : la France et l’Allemagne

 

serment_strasbourg_lehugeur.jpgLe Serment de Strasbourg - Dessin de Paul Lehugeur - XIXème siècle

 

Charlemagne meurt en 814, laissant un immense empire à son fils Louis le Pieux, seul descendant masculin.

Il s’agit d’un empire sans réel homogénéité. Il réunit des populations aussi variées que les Saxons, les Bavarois, les Aquitains, Les Bretons ou les Romains. Beaucoup ne se reconnaissent pas dans leur nouveau souverain qui se trouve à Metz ou Aix-la-Chapelle.

 

De plus, au vu de la grandeur du territoire, les distances sont très longues à parcourir Il faut 28 jours pour aller de la ville du Mans dans l’ouest de la France à Padeborn au nord-ouest de l’Allemagne. Il faut 29 jours pour aller du plateau de Langres à la ville de Pavie en Italie. Cela donne la dimension de la gestion d’un empire comme celui de Charlemagne. Aussi, par obligation l’empereur délègue son pouvoir à des aristocrates locaux qui ont tout loisir d’agir sur les terres qu’ils dirigent. La tâche est facilitée par le fait que peu de menaces subsistent encore. Pourtant, la pression des nomades à l’est et des maures au sud refait surface.

 

L’Eglise défend l’idée qu’il ne faut qu’un seul Etat et une seule Eglise pour faire face aux menaces. La tradition des francs oppose l’idée que les héritiers se transmettent leurs biens et leurs terres, poussant ainsi au partage de l’Etat.

 

004A.jpg

004B.jpg

 

Cela provoquera des déchirements et des guerres au sein de la famille. C’est ce que nous allons voir maintenant.

 

Après Louis le Pieux, la situation va changer puisque la génération suivante amènera trois fils, trois héritiers, puis quatre. l'empire ne peut conserver dans son intégralité. Les trois puis quatre héritiers auront à se partager l'immense territoire.

 

En 817, Louis le Pieux édicte une « Charte de partage » qui donne l’avantage au fils aîné Lothaire. Celui-ci est doté du titre impérial tandis que ses cadets, Pépin et Louis, seront des roitelets pourvus d’un territoire périphérique (à l’ouest et à l’est du territoire principal). A Pépin, l’Aquitaine, à Louis, la Bavière.

 

A priori, l’avenir semble assuré. Mais Louis devient veuf et se remarie. Le nouveau couple donne naissance à un fils Charles, plus tard Charles le Chauve. Cela remet en cause le compromis. En effet, l’empereur constitue un nouveau royaume pour son petit-fils, encore enfant. Cela provoque une première grave révolte des fils de premier lit qui s’estiment lésés.

 

Louis le Pieux est alors déchu par ses fils en 833-834. Puis, coup de théâtre, il est restauré sur le trône par l’aîné, Lothaire et le benjamin, Pépin qui font alliance contre Louis, le roi de Bavière.

 

Suite à de nouvelles révoltes en 840, Louis le Pieux trouve la mort. A partir de là, la guerre ne va pas cesser. A cette date ne survivent que trois fils, Lothaire qui réclame l’autorité suprême, Louis, roi de Bavière et Charles, quatrième fils de Louis  le Pieux (Pépin est mort en 838). Louis et Charles s’unissent pour refuser cet état de fait. Ils écrasent l’armée de Lothaire à Fontenoy-en-Puisaye le 25 juin 841.

 

En 842, ils confirment leur alliance à Strasbourg. Ils prêtent serment non pas en latin, mais dans deux langues dites vulgaires : le tudesque qui deviendra l’allemand et le roman qui deviendra le français. Ce serment constitue le premier document officiel dans ces deux langues.

 

 

 Sacramenta_Argentariae_(pars_brevis).jpg

Serment de Strasbourg - 14 février 842

Ce texte en roman constitue symboliquement

l'acte de naissance de la langue française

 

 

En avril de la même année, Lothaire accepte le principe d’un partage.

Suite à un long sondage et inventaire sur les richesses, les biens du fisc, le partage de l’empire est signé en août 843 à Verdun. Cette rencontre est connue sous le nom de Traité de Verdun. 

Le Serment de Strasbourg (en date du 14 février 842) est souvent daté de 843 parce qu'il est à la base du Traité de Verdun entre les trois derniers petits-fils de Charlemagne, l'année qui a suivi.  

 

Par ce Traité de Verdun (dont le document officiel n'a jamais été retrouvé), conséquence directe du Serment de Strasbourg, Lothaire conserve le titre impérial  mais ne dirige qu’un long territoire tout en longueur qui correspondrait actuellement aux Pays-Bas, à la Belgique, la Lorraine, la Bourgogne, au Jura, aux Alpes, à la Provence et l’Italie du Nord jusqu’à Pavie. Ce territoire s’appelle la Francie Moyenne puisqu’elle se situe entre la Francie Occidentale dirigée par Charles le Chauve et la Francie Orientale dirigée par Louis le Germanique.

 

La Francie occidentale comprend les régions de la France actuelle à l’exception de l’est et de la Bretagne, aussi une partie de la Belgique, bref la partie de l’empire qui touche à l’océan Atlantique, la Manche et la Mer du Nord.

 

La Francie orientale comprend l’actuelle Allemagne, la Suisse, l’Autriche et l’Italie du nord-est.

 

Ce traité donne aux trois frères des parts égales en poids politique et économique. Mais surtout, avec le recul de l’histoire, on voit se pointer ce que sera l’Europe des siècles à venir et les guerres que cela va créer. Aux extrémités de l’Europe, la Francie occidentale deviendra la France et ses zones d’influence francophones dont l'actuelle Belgique et le Luxembourg, la Francie orientale deviendra l’Allemagne et ses zones d’influence jusqu’à l’Autriche et la Suisse germanophone.

 

La Francie intermédiaire, Francie moyenne dite Lotharingie, se disloque à la mort de son roi et deviendra l’enjeu d’un partage entre les héritiers. Ce sera le début d’une lutte acharnée pour le titre d’empereur, pour la domination de l’Italie et surtout de la Lorraine (nom issu de Lothaire et Lotharingie).

 

Le conflit franco-allemand qui se prolongera jusqu’en 1945, a déjà trouvé ses racines.

 

 

003.jpg

 

 

Présentation plus précise des états nés du serment de Strasbourg

 

La Francie occidentale

 

Elle est à l’origine de la France. Ses frontières de l’époque correspondent à quatre rivières : l’Escaut, la Meuse, La Saône et le Rhône.

C’est une donnée essentielle pour une défense du territoire avec l’idée des « frontières naturelles ». Elle englobe la Bourgogne qui a failli devenir au XVème siècle  un état indépendant.

 

La Francie orientale

 

Elle deviendra la Germanie, appelée maintenant Allemagne. C’est un ensemble de frontières et de territoires qui trouveront leur cohérence par la pratique d’une même langue et un sentiment d’unité qui va se développer très rapidement au-delà des ruptures et remembrements de son espace.

 

La Francie moyenne

 

C’est le royaume de Lothaire, la Lotharingie. C’est un ensemble disparate qui a vécu peu de temps. Il est composé de territoires qui serviront de champs de bataille pour les puissances voisines, la future France et la future Allemagne.

Les guerres auront beaucoup vers l’Italie au sud et en Lorraine qui sera l’objet pendant des siècles d’une possession des français ou des allemands. L’historie de cette région dont le destin est aussi lié à l’Alsace conserve dans sa culture des restes de ces antagonismes, en particulier un droit local spécifique à la Lorraine et l’Alsace, droit mis en place par les autorités allemands du temps de leur domination, et transformé par l’état français.

 

002.jpg

 

L’idée de cousins germains provient de cette période de l’histoire puisque ce sont des membres de la même famille qui ont régné sur la future France et la future Allemagne. Les cousins germains de la famille royale de Francie occidentale se trouvaient de l’autre côté du Rhin. 

 

 

 

 

Généalogie de Charlemagne.jpg



14/04/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 136 autres membres