Ecole Primaire Les Cèdres Quetigny

Ecole Primaire Les Cèdres Quetigny

Merveilles de la langue française

Pour les férus de la langue française, un petit bijou que vous ne connaissiez peut-être pas.

 

Enseignement-francais.jpg

 

conjugaison-verbe-ressasser-1.gif

 


RESSASSER

 

· Le plus long mot palindrome de la langue française est « ressasser ». C'est-à-dire qu’il se lit dans les deux sens.

 


INSTITUTIONNALISATION

 

· « Institutionnalisation » est le plus long lipogramme en « e ». C'est-à-dire qu'il ne comporte aucun « e ».

 

 

12-4.jpg

 

 

et 

GUERISON ET SOIGNEUR

 

· L'anagramme de « guérison » est « soigneur » C'est-à-dire que le mot comprend les mêmes lettres.

 


 

 

 

ENDOLORI - INDOLORE

 

· « Endolori » est l'anagramme de son antonyme « indolore », ce qui est paradoxal.

 

squelette-humain.jpg

 

 


SQUELETTE

 

· « Squelette » est le seul mot masculin qui se finit en « ette ».

 


 

 

 

· « Où » est le seul mot contenant un « u » avec un accent grave. Il a aussi une touche de clavier à lui tout seul !

 

 

Word-tree-5.jpg

 


 

 

SIMPLE

Comme triomphe, quatorze, quinze, pauvre, meurtre, monstre, belge, goinfre, larve

 

· Le mot « simple » ne rime avec aucun autre mot. Tout comme « triomphe », « quatorze », « quinze », « pauvre », « meurtre , « monstre », « belge », « goinfre » ou « larve ».

 

Bosch-Jardin_des_delices-1504.jpg

Jérôme Bosch - Le Jardin des délices - 1504

 

 

et 


 

DELICE, AMOUR, ORGUEIL

 

· « Délice », « amour » et « orgue » ont la particularité d'être de genre masculin et deviennent féminin à la forme plurielle. Toutefois, peu sont ceux qui acceptent l'amour au pluriel.

oiseaux.jpg

 

 

OISEAUX - OISEAU

 

· « Oiseaux » est, avec 7 lettres, le plus long mot dont on ne prononce aucune des lettres : [o], [i], [s], [e], [a], [u], [x] .

 

« oiseau » est aussi le plus petit mot de langue française contenant toutes les voyelles.

 

Quelle belle langue, le français ! 

 

71226252.jpeg


14/01/2018
0 Poster un commentaire

Jeu - Mots mélangés - "Ecole les Cèdres"- Janvier 2018

Vous trouverez ci-dessous une grille de mots mélangés sur le thème de l'école des Cèdres. 

Au total, 67 mots sont à trouver dans la grille.

Ces mots peuvent se croiser et se lire dans tous les sens, de haut en bas et vice versa, de droite à gauche et inversement, ainsi qu’en diagonale. Un DVD « Rock à Mendès » pour les dix premières grilles ramenées complètes à l’école des Cèdres.

Il suffit vous d'imprimer la grille et la liste de mots et c'est à vous de jouer ! Bonne chance !

 

Grille Ecole les Cèdres.jpg

Mots Grille Ecole Les Cèdres.jpg

 

Pour les dix premiers, le DVD "Rock à Mendès"

 

Rock à Mendès DVD - miniature 02.jpg

 


03/01/2018
0 Poster un commentaire

CM2 - Visite au Secours Populaire - Château des Cèdres - 21 novembre 2017

Visite au Secours Populaire 00.jpg

 

 

Le mardi 21 novembre 2017, dans le cadre du travail sur la citoyenneté  et l’ouverture au monde, les enfants de la classe de CM2 de l’école des Cèdres ont passé une matinée, d’abord à accueillir deux bénévoles du Secours Populaire (SPF) qui leur ont parlé de l’histoire et de l’action de l’association avant d’aller visiter les nouveaux locaux situés dans le château des Cèdres voisin. Parmi ces bénévoles, Mireille Gauthier sur la photo ci-dessus. 

 

Une manière d’aborder ce qu’est la solidarité et la fraternité, présente dans la devise de la France. L’échange en classe a permis de mieux comprendre les enjeux de l’aide aux plus démunis. Plusieurs élèves de la classe ont témoigné des dons de leurs familles au SPF. L’explication de cette idée de solidarité a été même développée à l’échelle internationale, car le Secours Populaire Français aide aussi des populations sur d’autres continents.

 

quetigny-le-chateau-des-cedres-accueillera-des-le-mois-de-juin-le-secours-populaire-1494101696.jpg 

Le Château des Cèdres, locaux du Secours Populaire à Quétigny

 

img_5814-2.jpg

Inauguration de Secours Populaire au Château des Cèdres par le maire de Quétigny

 

La visite du château des Cèdres a permis de voir comment étaient organisées la collecte et la distribution, avec un rez-de-chaussée réservé à l’accueil des personnes, les salles avec des vêtements, des jouets, de la nourriture, etc... Un coin pour le café et les petits gâteaux y est  même prévu. L’accueil a beaucoup d’importance pour des gens qui se retrouvent ainsi reconnus, entendus, écoutés. Ce n’est pas un lieu pour uniquement récupérer ce dont on a besoin en matériel. L’échange et le dialogue ont toute leur place dans ce lieu.

Au premier étage, se trouve le bureau où sont accueillies individuellement les personnes ou les familles, plus quelques autres salles pour les livres et le matériel scolaire.

En haut, sous les toits du château, ce sont les lieux stratégiques du comité de Quétigny : bureau, salle de réparation de jouets, organisation, lieu de réunion des bénévoles.

 

Les enfants ont pu avoir un aperçu complet du travail du groupe quétignois du Secours Populaire. Ils ont d’ailleurs posé beaucoup de questions.

 

 

Visite au Secours Populaire 06.jpg

 

 

Voici ce qu’en ont dit les enfants :

 

Ethan

Je suis allé avec ma classe rendre visite au Secours Populaire. Juste avant, des dames bénévoles sont venues dans notre classe nous expliquer leur travail. Elles nous ont dit qu’elles aidaient les gens en difficulté.  A Noël, il y a un Père Noël vert qui distribue des cadeaux aux enfants. Après nous sommes allés dans les locaux du Secours Populaire où les bénévoles nous ont montré les réserves de vêtements, de nourriture, de livres et de jouets.

 

Naoufel

Je suis parti au Secours Populaire. J’ai vu une cuisine pour donner à manger aux gens pauvres. Ils trient les habits pour les pauvres. On a vu des jouets qu’on nettoie et qu’on donne aux pauvres. On donne aussi des crayons, des feutres et des colles. J’ai bien aimé la visite. On a vu de la nourriture. Il y avait des bonbons, des gâteaux, du thé, du café, des pommes de terre et des pommes.

 

Théo

(…) Les gens de l’association nous ont montré la « boutique » où il y a les vêtements, la nourriture et les livres. Et quand nous sommes montés au premier étage, il y avait le bureau et, à côté, une pièce pleine de livres. Bientôt, ils vont faire une cabane à livres. Puis nous sommes montés au grenier. Nous avons vu une dame de l’association qui réparait les Barbie. Elle les habille. C’est du recyclage.

 

Yann

Au rez-de-chaussée, il y avait une grande pièce où il y avait à manger. Il y avait aussi des salles au premier et au deuxième étage. On a vu le bureau où sont reçus les gens. On les aide même si on ne les connait pas.

 

 

Visite au Secours Populaire 14.jpg

 

 

Imade

Le 21-11-2017, deux bénévoles (personnes qui travaillent sans pour autant être payées) du Secours Populaire sont venues en classe. C’est une association qui vient en aide aux plus démunis. Nous avons parlé de l’association, puis d’autres sujets et enfin nous avons posé des questions. Le Secours Populaire est né en 1945. Son but est de combattre la pauvreté et l’exclusion en France et dans le monde, d’encourager la solidarité entre les gens. Les intervenantes nous ont expliqué qu’elles pouvaient aider les gens en leur donnant des habits, de la nourriture et des jouets. Pour profiter de ces aides, les personnes doivent s’inscrire auprès de l’association. Nous avons également parlé des autres associations comme Emmaüs.

Ensuite nous avons visité le château. Les locaux sont répartis en trois sections. Au rez-de-chaussée, on trouve la boutique (les habits, les jouets, quelques livres, la cuisine). Au premier étage  se trouve le bureau d’accueil et les livres. Au deuxième étage, on trouve les poupées, des bébés et la salle de réunion.

 

Sara

Nous sommes allés au Secours Populaire de Quétigny avec des bénévoles. Il y avait deux étages. A l’entrée, nous avons vu la salle à manger. Il y avait des tasses pour prendre le café avec du sucre etc… Il y avait une salle où se trouvaient des vêtements pour homme, pour femme. Et, à côté de cette pièce, il y avait des jouets et des habits pour enfants. Nous sommes montés au premier étage. Il y avait un coin livres et un coin jouets, aussi un bureau pour discuter en toute tranquillité. Il y avait une pièce pour trier les habits. Nous sommes montés au deuxième étage. Il y avait des poupées, des affaires scolaires. Une dame s’occupait des poupées. Elle les nettoyait, elle les habillait et les coiffait. Ceci est du recyclage. A  la fin, quand on est sorti, la dame nous a donné un stylo du Secours Populaire et nous sommes retournés à l’école.

 

Clara 

Le mardi 21 novembre 2017, nous avons fait une sortie au Secours Populaire, un grand château. A l'intérieur, il y avait une salle où on trie les vêtements donnés, une cuisine avec un frigo. Dans cette cuisine, des gens venaient prendre un café et discuter. Il y avait aussi une réserve remplie d'aliments et de boissons. Au premier étage, une autre salle pour tier les vêtements ainsi que des cadeaux emballés pour ceux qui ne peuvent pas en acheter et des livres pour tout le monde. De l'autre côté une petite pièce avec un bureau où les gens qui avaient des problèmes pouvaient venir se détendre en les racontant. Au deuxième étage, une sorte de grenier rempli d'affaires scolaires (stylos, gommes,...)et pour finir des poupées recyclées avec de nouveaux habits. A la fin, on a eu un stylo. 

 

Hugo

Deux dames sont venues dans la classe. Elles ont parlé du Secours Populaire. On a posé des questions aux dames et elles nous ont répondu. Après on est allé dans le bâtiment du Secours Populaire. Au rez-de-chaussée, on a vu la boutique, le garde-manger, et on a vu aussi là où ils triaient habits. Puis on est montés au 1er étage. On a vu le bureau d'accueil et un endroit où il y avait des jouets, des jeux de société et des livres. Au deuxième étage, on a vu plein de bureaux. 

 

 

Visite au Secours Populaire 11.jpg

 

 

Kenza

(...) Nous avons eu l'occasion de rencontrer à l'école les bénévoles du Secours Populaire. Ils nous ont expliqué comment ils aident les pauvres et les SDF pour payer de la nourriture, le loyer, les vêtements. Ils offrent aussi aux enfants des vacances dans des familles d'accueil. Après, nous sommes allés visiter le château où a lieu le Secours Populaire. (...) Ils ont aussi une cuisine où ils accueillent les personnes gentiment  en leur offrant un café, un chocolat chaud et un gâteau pour que les personnes soient rassurées. (...) A la fin de la participation des bénévoles, elles nous ont donné gentiment un stylo bleu. Merci le Secours Populaire !

 

Ambrine 

On est rentrés dans notre classe. Il y avait deux dames qui nous ont expliqué le Secours Populaire. On est allé visiter le secours Populaire dans le château des Cèdres. (...) Au 2ème étage, il y avait des bureaux, des fournitures scolaires, des poupées qui avaient été recyclées. Et, tout à la fin, une dame nous a donné des stylos bille bleus. 

 

Léo-Paul

Le mardi 21 novembre 2017, deux bénévoles du Secours Populaire sont venues pour nous expliquer ce qu'était le Secours Populaire, son but etc... Ensuite nous sommes allés au château. Au rez-de-chaussée, , on trouve la boutique où il y a des habits, des jouets et autres objets divers puis aussi une pièce où les gens se rencontrent, discutent, boivent un café et mangent des gâteaux, et enfin les pièces de stockage (...) Au deuxième étage, on trouve une pièce de recyclage, c'est-à-dire, par exemple les vieilles poupées sales sans habits sont lavées, coiffées et les bénévoles vont leur coudre des habits. Résultat : la poupée est quasi neuve ! (...) Finalement, nous rentrons en classe et on fait un récapitulatif de la visite. 

 

Adel

Je me suis rendu au Secours Populaire à côté de mon école. (...) Je trouve que les personnes qui travaillent là-bas sont formidables parce que ce sont des bénévoles qui travaillent gratuitement pour aider les gens. Le Secours Populaire aide les personnes dans le besoin grâce à notre solidarité. 

 

 

Visite au Secours Populaire 15.jpg

 

 

Arthur

Le Secours Populaire est venu nous expliquer des choses sur eux. Le Secours Populaire aident les gens qui n'ont pas beaucoup d'argent. Il leur donne des habits et à manger. (...) A la fin, ils nous ont donné un stylo à bille bleu ou noir. 

 

Angèle 

(...) Le Secours Populaire est aussi un moyen d'aider les gens en leur donnant envie de trouver un travail. les bénévoles aident les SDF à trouver un logement ou il leur redonnent le goût de travailler. (Visite du château) Au premier étage, il y a le bureau où les gens peuvent parler de leur situation sans que d'autres personnes n'écoutent. (...) Et au dernier étage, (...) il y a aussi d'autres bureaux pour tout organiser. Les bénévoles s'y rassemblent. Ensuite nous sommes repartis à l'école. 

 

Clémence

(...) On a vu des dames qui trient des habits et après c'est parti pour la boutique. Aussi, on a vu des boîtes de conserve, de la nourriture. (...) On a vu une salle privée où on parle que des choses privées. Et on le dit à personne. (...)

 

Miriame

(...) Deux femmes sont venues nous parler du Secours Populaire et de la solidarité. Ensuite nous nous sommes habillés puis nous sommes partis au Secours Populaire. (...) Maintenant, nous montons au premier étage. Il y a la pièce où des dames triaient des vêtements, et enfin le bureau où ils veulent parler de leur histoire, de leur vie privée. Le troisième étage était rempli de fournitures scolaires, de poupées recyclées et le bureau où tout le monde parlait en privé avec les bénévoles. (...)

 

 

Visite au Secours Populaire 07.jpg

 

 

Driss

Mardi 21 novembre 2017, chez la classe de M. Marchand, deux dames du Secours Populaire sont venues pour nous parler de l'association. (...) Quand on était en classe, j'ai trouvé que les dames étaient très gentilles. Et j'ai adoré le château. Ils font du très bon travail. J'espère qu'ils continuent comme ça. 

 

Walid

(...) Ces deux dames sont à la retraite. Elles nous ont expliqué qu'elles recevaient des pauvres, des gens qui sont au chômage et nous ont fait visiter le château. (...) Au premier étage, il y avait le bureau d'accueil pour expliquer leur situation et il y avait un chien.  Une cabane à livres sera bientôt construite. (...) A la fin, une dame du Secours Populaire nous a donné un stylo bleu. 

 

Adrien

Le Secours Populaire est une association pour les personnes dans le besoin. (...) Il est important d'aider l'association car beaucoup de personnes en ont besoin. Des personnes créent des collectes, des dons dans le magasin du Secours Populaire. 

 

Emma

(...) Le Secours Populaire est une équipe de bénévoles qui viennent en aide aux personnes les plus démunies, en leur donnant des dons de la part de la population et des grandes surfaces, comme nourriture, vêtements, jouets et affaires scolaires. Nous sommes allés visiter le château du Secours Populaire. (...) Au dernier étage, les bénévoles recoiffent et remettent en état des poupons et des barbie, et aussi des fournitures scolaires. Ce fut très intéressant. 

 

Marion

Je vais vous expliquer ma matinée en deux parties : la première expliquera l'intervention de deux bénévoles dans notre classe, et la deuxième, notre visite dans le château du Secours Populaire. 

Le mardi 21 novembre 2017, nous avons eu l'intervention de deux bénévoles du Secours Populaire Français qui nous ont parlé de la solidarité et de l'organisation de l'association. Celle-ci vient en aide aux personnes en difficulté financière. Elles nous ont expliqué qu'elles allaient à la banque alimentaire pour des aliments que les gens pouvaient ensuite venir chercher. Elles distribuent aussi des produits d'hygiène et des habits pour enfants et adultes. Il y a aussi des SDF qui, grâce au Secours Populaire, sont devenus bénévoles et à leur tour ont aidé les autres.

Nous sommes allés ensuite dans le château qui comprend au rez-de-chaussée : la réserve, une cuisine pour que les gens qui arrivent, puissent prendre un café, discuter et prendre un petit gâteau, une boutique pour les habits des adultes, et, à côté, il y a une pièce pour les enfants. 

Au premier étage (un endroit beaucoup plus calme), il y a le bureau pour que les gens puissent discuter de la cause pour laquelle ils viennent ici. On trouve aussi le triage (habits) et le coin des livres. 

Pour finir, le deuxième étage (le grenier) est le lieu où les poupées sont réparées et où se situent les bureaux de straté gie (organisation de l'association). 

 

 

 

Visite au Secours Populaire 12.jpg

 

 

logo.png

 

Histoire du Secours Populaire

 

Sa naissance sous ce nom date de 1945, après la seconde guerre mondiale. Dans l’esprit de la déclaration Universelle des Droits de l’Homme, l’association soutient les personnes victimes d’injustice sociale, de calamités naturelles de misère, de faim de sous-développement de conflits armés, en France et aussi dans le monde.

En 2016, le SPF a aidé plus de 3 millions de personnes grâce à ses 80.000 bénévoles et ses plus de 1.100.000 donateurs (plus de 25 millions d’euros pour cette année-là).

Le SPF a un budget annuel de plus de 300 millions d’euros. C’est la troisième association française après la Croix-Rouge Française et le Secours Catholique. Mais c’est le premier réseau de bénévoles en France.

Dans l’ensemble du pays, cela représenté 98 fédérations et 658 comités dont celui de Quétigny.

 

En fait, son histoire remonte à bien plus longtemps. En effet, dés 1923, naît le Secours Rouge International qui regroupent des pacifistes mobilisées pour venir au secours des veuves de la première guerre mondiale. L’association est aussi engagée contre la montée des dictatures en Italie et en Allemagne. Elle s’opposera même à l’exécution de Sacco et Vanzetti aux USA.

 

30 mai 1927 - Manifestation à Bruxelles du Secours Rouge pour Sacco et Vanzetti.jpg

30 mai 1927 - Manifestation à Bruxelles du Secours Rouge pour Sacco et Vanzetti

 

A partir de la crise de 1929 et la Grande Dépression qui a touché aussi l’Europe, le Secours Rouge développe des activités pour les enfants, des colonies et des aides aux enfants de chômeurs.

En 1936, les fondateurs affirment leur volonté de réunir des gens « de toutes opinions, de croyance et de non-croyance ». L’association change de  nom et devient le Secours Populaire de France et des Colonies (A cette époque, la France occupait des territoires un peu partout dans le monde).

 

Le SPFC participe à la lutte contre l’occupation allemande, entre autres en août 1944, où il contribue à la libération du ministère de la justice, place Vendôme à Paris, ainsi que les entrepôts de la gare. Le SPFC s’occupera alors des prisonniers de guerre et des enfants.

Le 15 novembre 1945, le Secours Populaire Français est créé suite à la fusion du Secours Populaire et des Colonies et de l’ANVN, Association Nationale des Victimes du Nazisme.

L’association est alors composée de beaucoup de femmes et d’hommes qui ont connu la déportation, les camps de concentration, les prisons, ou la vie clandestine pendant la Seconde Guerre Mondiale.

 

2 décembre 1959 -Rupture du barrage de Malpasset.jpg

2 décembre 1959 -Rupture du barrage de Malpasset

 

A la fin des années cinquante, le SPF (comme d’autres associations d’aide) est confrontée à des défis de grande ampleur provoqués par les catastrophes et la misère sociale (rupture du barrage de Malpasset, tremblement de terre à Agadir, les hivers terribles, etc…), mais aussi par les victimes des dictatures en Espagne, en Grèce, au Chili. Des artistes célèbres s’engagent aux côtés du SPF pour aider tous ces gens. Parmi eux, on trouve Georges Brassens,  Jean Ferrat, Julien Clerc, Juliette Gréco, Maxime Le Forestier, Colette Magny, Yves Montand, Mouloudji, Georges Moustaki, Serge Reggiani, Francesca Solleville, Anne Sylvestre. Ils enregistrent un disque en décembre 1977. Sa vente permettra de distribuer plus d’un million de repas dans les cantines populaires. En 1977, le SPF aura reversé au Chili l’équivalent de 4 millions d’euros. Ce qui s’est passé là, servira de méthode pour les opérations futures du SPF : aides aux mineurs  suite aux fermetures des houillères, récupération des surplus agricoles (méthode qui inspirera les Restos du Cœur).

 

 

 

ancienne_facade_froissart.jpg

 

 

En 1976 apparaît le Père Noël Vert, couleur d’espoir. Ce sera le début des collectes et des distributions de jouets pour les enfants des familles démunies.

En 1979, le SPF organisa sa première « Journée des Oubliés des Vacances ». Ce sont des centaines puis des milliers de familles et d’enfants qui, au fil du temps, vont découvrir la mer durant les grandes vacances.

 

 

45d38ce7f5231602e24a2103a0300ae6.jpg

 

 

Au fil des années, le Secours Populaire devient l’une des principales associations de lutte contre la précarité et l’exclusion. Des permanences se créent, aussi des points jeunes, des lieux d’écoute et d’aide face à la désespérance. L’association innove en favorisant la sortie de l’assistanat par le bénévolat.

Le magazine Convergence fait ses premiers pas.

Le travail du SPF auprès des enfants lui vaut d’être agréée association nationale d’éducation populaire le 10 janvier 1983 et reconnue d’utilité publique le 12 mars 1985. 

 

 

image.jpg

 

 

« Tout ce qui est humain est nôtre », telle est sa devise. Le Secours Populaire a considérablement évolué depuis le début du XXIème siècle. De nombreuses personnalités de la vie publique sont venus soutenir les campagnes du SPF, comme Harry Roselmack, le journaliste, Jamel Debbouze, Anne Roumanoff, Mylène Demongeot, Philippe Candeloro, Daniel Prévost, Robin Renucci, Maud Fontenoy, Grand Corps Malade, Virginie Lemoine, Sophie Aram, Jean-Louis Aubert (ex-Téléphone), Yann Barthès, Michel Boujenah, Josiane Balasko, Francis Cabrel, Matthieu Chedid, Sophie Davant, Catherine Deneuve, Nicolas Sirkis (groupe Indochine), Nicolas et Luka Karabatic (handballeurs), Titouan Lamazou (marin), Pascal Légitimus, M Pokora et bien d’autres encore comme Bourvil en son temps…

 

 

Galerie-Photos

 


01/01/2018
4 Poster un commentaire

Vœux 2018

Voeux 2018.jpg

 

 

L'équipe éducative de l'école des Cèdres vous souhaite une belle année 2018. 

 

Happy 2018.gif

 

Comme l'an passé, comme les autres années, les enseignants continueront à baser leur travail sur des valeurs de partage et de solidarité, de reconnaissance et de respect de l'autre, de citoyenneté, absolument nécessaires pour faire en sorte que le monde de demain, le monde qui verra grandir ces enfants soit porteurs des valeurs de paix et de compréhension, de tolérance et d'acceptation de la différence, d'enrichissement au contact des autres quels que soient l'âge ou l'expérience de vie, grâce à la connaissance, la culture, le savoir-être et le savoir-faire.

 

Les enfants ne sont pas des bouteilles à remplir de savoir, mais des êtres qui pourront faire des choix parce qu'ils auront intégré des expériences collectives avec un bagage culturel qui leur permettra d'être des adultes vraiment citoyens, ouverts au monde qui les entoure.  

 

La communauté éducative de l'école des Cèdres est vivante grâce à l'énergie de ces enfants, le volontarisme des enseignants, la présence positive et le partenariat des parents, la collaboration joyeuse et efficace avec les services du périscolaire (garderie du matin, pause méridienne et cantine, personnel de service). 

 

Heureuse année à vous ! 

 

 

26165465_1533485513372749_932724686673987009_n.jpg

 


01/01/2018
0 Poster un commentaire

Cinéma "Impression de montagne et d'eau" - Classes de CE2, CM1, CM2 - Novembre 2017

cinema-salle_pt-3.gif

 

Inviter le cinéma à l’école, au-delà de l’aspect artistique et culturel, c’est aussi permettre aux enfants de s’interroger sur le sens des images, leur fabrication, sur les techniques qui amènent le spectateur à s’émouvoir.

 

D’une certaine façon, le cinéma est un doux mensonge. On peut faire dire ce qu’on veut à une image. Il n’est pas étonnant que les états s’en soient emparés pour leur propagande, comme des groupes en ont utilisées pour symboliser une idée à défendre. Le même cliché de ce soldat américain tombant sous les balles vietnamiennes a servi autant à dénoncer l’absurdité d’une guerre d’occupation inutile pour les uns que la violence des soldats Viêt-Cong pour les autres.

 

 

Capture-logo-cinema.jpg

 

 

Comprendre l’image et son fonctionnement, savoir ce qui se cache derrière l’apparence est absolument nécessaire car l’image a un langage à décrypter qui permet la fabrication d’un film, comme il permet dans tous les arts  à images d’appuyer sur un point de vue ou un autre (photographie, mise en lumière des spectacles, théâtre aussi, publicités bien sûr…).

 

 

Movie-Theaters-82068.gif

 

 

Ceci est d’autant plus important à notre époque où les techniques liées à l’informatique permettent de falsifier aisément la vérité d’une photographie ou d’un film, des personnages ou des objets en plus en en moins, modification des formes, des couleurs, du décor etc…, bref, si on ne connaît pas le langage de l’image, d’une part on peut se laisser berner par des manipulations à but de propagande, et d’autre part, il est difficile pour un artiste, un créateur de construire une œuvre visuelle.

 

Pour des enfants, savoir lire une image, c'est aussi une forme de citoyenneté. 

 

 

cinema.gif

 

 

Aussi, les classes de CE2, CM1 et CM2 (Mmes Deloge-Ballot,  M. Sourrieu et M. Marchand) profitent-elles d’un programme de 3 films à découvrir pour l’année 2017-2018.

 

Le premier de ceux-ci est intitulé « Impression de montagne et d’eau ».

Il s’agit d’une série de films d’animation des studios de Shangaï.

 

 

 

 

Impression de montagne et d'eau  et autres histoires 02.jpg

 

 

En effet, en 1949, à Shanghai, en Chine, naissent les Studios des Films d’Animation qui regroupent tous les grands maîtres de l’animation, du dessin, de la bande dessinée et aussi des peintres.

Te Wei et ses amis vont, entre autres, inventer et mettre au point la technique du « lavis animé » puis le « lavis découpé », trouvant leur inspiration dans la tradition ancienne de la    calligraphie, de la peinture chinoise utilisant l’encre de Chine et l’aquarelle.

Après une interdiction entre 1965 et 1980 (période de Mao Zedong), les studios reprendront ce travail  sur le lavis, donnant ainsi naissance aux petits chefs d’œuvres d’une compilation de films d’animation présentés sous le titre « Impression de montagne et d’eau ».

Et d'abord qu’est-ce que le lavis ?

Le lavis est une technique de peinture consistant à n'utiliser qu'une seule couleur (à l’aquarelle ou à l’encre de Chine) qui sera diluée pour obtenir différentes intensités de couleur. Les Chinois utilisent également des bâtons d'encre de Chine en différentes couleurs (rouge, jaune, vert, bleu, etc.). L'utilisation de l'encre naturelle de seiche ou sépia, donne des tons bruns clairs caractéristiques des lavis anciens.

Parmi les 7 films présentés dans cette compilation, trois ont retenu notre attention en particulier : « Les singes qui veulent attraper la lune », « Impression de montagne et d’eau », « Les trois moines ». Ce sont trois exemples inspirés de la tradition et de la philosophie (pensée) chinoise.

 

 

 

IMPRESSION DE MONTAGNE ET D’EAU

 

Impression de montagne et d'eau 03.jpg

 

 

Chine - 1988 - 19 min - Animation - Sans paroles - Un film de Tei Wei

Prix 1988 du film d’animation de Shangai, Grand Prix 1989 du Festival d’Animation de Pékin, Prix du meilleur Court métrage 1990 du Festival de Films de Montréal, Prix du meilleur film 1992 du Festival d’Animation de Mumbai (Inde)

 

Le film utilise une technique unique au monde, mis au point en 1960 dans le film « Les têtards à la recherche de leur maman » : le lavis animé à l’encre de chine et à l’aquarelle (technique toujours tenue secrète). C’est une animation parfaite et magique qui fait oublier qu’il a fallu, pour ces 19 minutes, 20.000 clichés, et près de 12.000 peintures. Ce film rappelle dix siècles de peinture chinoise et des centaines d’œuvres de cette tradition.

 

 


"Impression de montagne et d'eau" de Tei Wei

 

 

 

Impressions d'enfants 

 

 

Je n'ai pas trop aimé le film parce qu'il n'y avait pas de couleurs et pas de paroles. Et il y avait beaucoup de musiques. (Yann)

 

C'est l'histoire d'une rencontre entre un homme et un enfant. Ils se lient d'amitié. L'enfant aide l'homme à traverser un cours d'eau à l'aide d'une pirogue. Suite à la traversée, l'homme fait un malaise et l'enfant lui porte secours. Pour le remercier, le vieil homme apprend au jeune à jouer un instrument, une sorte de cithare. Après quelque temps, ils doivent se séparer. l'enfant accompagne le vieil homme avec tristesse à la montagne et disparaît derrière la brume. (Jihad)

 

Le film parlait de la patience dans l'apprentissage, du temps qui passe, de la transmission intergénérationnelle. Au début, ça m'a paru bizarre ce silence aussi soudain, mais j'ai fini par m'habituer. (Imade)

 

C'est une animation parfaite et magique. C'est étrange parce qu'il n'y avait pas de paroles. Ca m'a fait penser aux vieux filmes en noir et blanc.  (Ambrine)

 

Je n'ai pas trop aimé ce film car il n'était pas drôle. (Théo)

 

J'ai trouvé que le film était bien parce que c'est calme. Il n'y a pas de voix et c'est silencieux. les images étaient intéressantes parce que c'est à la peinture. L'histoire m'a plu parce que le monsieur a appris à jouer d l'instrument de musique au garçon. (Adel)

 

"Impression de montagne et d'eau", je n'ai pas aimé la peinture car il n'y avait pratiquement que du noir, du noir, du noir, du noir et encore du noir. J'avais mal aux yeux à force de regarder (...) Il n'y avait pas d'action et c'était ennuyeux. Ce n'est pas comme les films de d'habitude.  (Elina)

 

C'est un film silencieux où il y a beaucoup de sons aigus et des musiques asiatiques. Les dessins ont été réalisés à l'encre noir et sont originaux car différents de ce qu'on voit habituellement à la télévision.  (Calvin)

 

Dans le film, l'homme est mort. Et avant de mourir, il offre son instrument au garçon. Puis il est parti. (Naoufel)

 

J'ai bien aimé que ce soit des aquarelles. C'est très agréable cette sensation de ralentissement. Le fait que ce soit muet mais avec de la musique ajoutait quelque chose de pacifique et c'était vraiment bien de la regarder. C'est autre chose que ce que l'on voit habituellement. (Léo-Paul)

 

J'ai bien aimé mais ce n'était pas de mon genre. Il était sans paroles. (Sara)

 

Je n'ai rien compris. le problème c'était qu'il n'y avait pas de bruit. Ce n'était pas drôle. La musique était bizarre. C'était ennuyeux. Je préfère les dessins animés et les mangas. (Adrien)

 

Je n'ai pas aimé le film. Il ne parle pas. Il n'y a pas de musique. Et aussi, la seule que j'ai aimé, c'est la barbe du monsieur.  (Walid)

 

Mon impression est qu'on entendait presque que du silence ; ça m'a fait bizarre. Il n'y avait pas beaucoup de couleurs. (Miriame)

 

J'ai trouvé le silence un peu ennuyeux. Mais ce que j'ai aimé, c'est que, malgré l'absence de la voix, on comprend l'histoire. Puis les images m'ont vraiment plu. (Brechna)

 

 

[A la fin] Ils partent tous les deux dans les montagnes, puis le monsieur dit à l'enfant qu'il doit partir. Et il lui donne son instrument. Et même si l'enfant le retient, le monsieur s'en va. (...) (Clara)

 

(...) Le garçon regarda en direction de la montagne et voit le vieux monsieur monter au ciel. (Emma)

 

L'enfant et le vieil homme partent à la montagne. le monsieur donna l'instrument de musique à l'enfant. l'enfant s'est mis à genoux et le monsieur est parti sans prévenir. L'enfant l'a cherché partout. Et c'est seulement quand il est dans la montagne loin qu'il disparaît. (Kenza)

 

 

 

LES SINGES QUI VOULAIENT ATTRAPER LA LUNE

 

 

Les singes qui voulaient attraper la lune 02.jpg

 

 

Chine - 1981—10 min -  Animation - Sans paroles -  un film de Zhou Keqin - Prix 1982 du Festival International du Film d’Animation pour les Enfants à Ottawa (Canada), Prix 1987du Meilleur Court métrage du Film de Bulgarie

 

Après avoir grimpé les uns sur les autres, des singes essaient d’attraper la lune. C’est alors que l’un d’entre eux , voyant le reflet de l’astre de la nuit au fond d’un puits, persuade ses amis de la capturer à la surface de l’eau. C’est une histoire adaptée d’une histoire populaire très ancienne, inspirée des pensées de Confucius.

Elle montre que toute apparence n’est pas forcément vraie, et même le plus souvent, est fausse.

La technique utilisée pour ce film, en plus du lavis, est le papier découpé, en fait ici il est déchiré et les fibres imbibées de couleur donnent l’aspect duveteux et poilu des singes. C’est aussi un jeu d’ombres chinoises.

 

 


"Les singes qui voulaient attraper la lune" de Zhou Keqin

 

 

Impressions d'enfants

 

J'ai bien aimé le film, surtout quand les singes pensent que c'est un bout de bois. Mais en fait, c'est un serpent. (Yann)

 

le film parlait de l'apparence, de la coopération et de l'égoïsme. La coopération des singes est une très bonne qualité mais en revanche leur égoïsme va même les rendre tristes. (Imade)

 

Plusieurs singes voulaient attraper la lune, mais c'était une illusion. (Hugo)

 

[A la fin] Ils n'ont plus vu la lune. Ils ont cru qu'elle n'était plus là. (...) Donc il faut se méfier de l'apparence. (Clémence)

 

Le film était drôle car les singes voulaient attraper la lune. Au début de l'histoire, ils s'entraidaient. A la fin, ils se disputaient car ils la voulaient pour eux. La moralité de l'histoire, c'est que l'égoïsme, la tromperie, sont négatives et ne servent en rien le progrès. (Calvin)

 

(Les singes) Ils pensaient que la lune, c'était un fruit. Et à la fin, ils se sont battus pour la prendre. C'était très drôle. (Sara)

 

J'ai bien aimé ce film, mais il n'y avait pas beaucoup de paroles. (Miriame)

 

(Un singe) Il prend une coquille et attrape l'eau du puits. Et il voit le reflet de la lune. Il croit l'avoir attrapée. Mais quand il le dit à ses amis, ils se battent tous pour l'avoir. Mais la coquille tombe et se casse. Le singe regarde si la lune est là, mais, quand il la voit dans le ciel, il comprend tout. (Clara)

 

(...) L'histoire montre que toute apparence n'est pas forcément vraie, et même le plus souvent, est fausse. (Emma)

 

(...) Les singes ont alors compris que la lune resterait dans le ciel pour que tout le monde puisse la voir. (Kenza)

 

 

LES TROIS MOINES

 

73381439177831579.jpg

 

Chine - 1980 - 19 min - Animation - Sans paroles - Un film de Ah Da -

Ours d’argent 1982 au 32ème Festival International du Film de Berlin, section Court Métrage, Prix d’Excellence en Animation 1981 remis par le Ministère de la Culture de Pékin

 

C’est la transposition drôle et ironique d’un ancien proverbe chinois : « Un moine porte deux seaux d’eau, deux moines portent un seul seau d’eau et quand ils sont trois, ils manquent d’eau. »

Ce court métrage est truffé de gags, d’inventions visuelles et sonores, un peu comme le cinéaste français   Jacques Tati. Il évoque l’égoïsme et l’hypocrisie des gens en général. C’est un film d’animation plus classique, à la gouache avec des musiques bouddhiques traditionnelles où se mêlent la poésie et une réflexion sur les comportements des humains. 

 

 

18452520.jpg-c_300_300_x-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg     44586.jpg



Impressions d'enfants

 

"Les trois moines" était très bien. Surtout, ce qui m'a plu, c'est quand le petit était dans l'eau ; ça m'a appris qu'il faut toujours s'entraider, les unes envers les autres. Ce que j'ai moins aimé, c'est quil n'y avait pas de paroles. (Yann)

 

Ce film parlait de la coopération et de l'égoïsme. l'égoïsme des trois moines est tellement grave qu'il faut que le temple brûle pour qu'ils s'entraident. (Imade) 

 

Ce film parlai de trois moines qui ne voulaient pas aller chercher de l'eau. (Hugo)

 

Au début, il y avait un moine. Il était petit mais pas gros. Il est allé à la rivière pour chercher de l'eau. Ensuite, une autre moine est arrivé. Il était grand mais pas gros. Dés qu'il est arrivé, il a bu de l'eau puis il est partie en rechercher. le soir, ils étaient en train de prier. Le lendemain, le dernier moine est arrivé. Il était petit mais cette fois-ci il était gros. Il était tellement fatigué qu'au lieu de rejoindre les autres, il s'est baigné dans l'eau. Puis il est entré chez les moines, et il a bu toute l'eau. Après je ne me rappelle pas très bien mais je me souviens qu'il y avait le feu causé par une petite souris. Ils ont coopéré pour éteindre le feu. Résultat final, ils ont trouvé une manière d'aller chercher l'eau plus efficace. Ce dernier film, c'était le meilleur. Oh la la ! J'adore. Sublimissime. (Elina)

 

Il a suffi qu'il y ait le feu pour s'entendre. En gros, il faut toujours s'entraider. (Clémence)

 

Ce film racontait l'histoire de trois moines [bouddhistes] qui vivent dans un temple. Tous les jours, dans leur tradition religieuse, ils devaient verser de l'eau dans la vase de la statue. Ils étaient en conflit car aucun d'eux ne voulaient se désigner pour aller chercher l'eau. Ensuite leur temple a pris feu et ils se sont empressés de l'éteindre. le but de ce cours métrage est de faire comprendre au public l'importance de la solidarité. (Calvin)

 

Pour moi, c'était le meilleur des trois films. C'étaient trois moines, un petit maigre, un petit gros et un grand maigre. Au début, il y en avait un. Tout se passait bien. . Ensuite il y a eu un deuxième. Tout allait bien. Mais quand le troisième est venu, il ne faisait que de boire et il ne voulait pas aller chercher de l'eau.  Et un jour, une petite souris mangea le bout de la bougie et là, il y a eu le feu. les trois moines devaient aller chercher de l'eau. Ca a pris du temps. Quelques jours jours plus tard, les trois moines sont redevenus amis et ils se sont entraidés. Ils ont trouvé un système pour chercher l'eau chacun à leur tour.  (Sara) 

 

"Les trois moines", c'était très drôle quand le troisième est venu. (Walid)

 

(...) Ils ont créé la manivelle ; comme ça, c'est plus facile. (Miriame) 

 

(...) Un jour, une souris mange une bougie allumée et met le feu au temple, ce qui obligent les moines à s'entraider. A la fin, ils trouvent un moyen pour aller chercher de l'eau. (Clara)

 

(...) Une petite souris a mis le feu aux rideaux avec une bougie ! Du coup, les trois moines se précipitèrent chacun avec un seau d'eau pour éteindre le feu. Depuis ce jour, il n'y a plus eu de conflits entre eux. (Emma)

 

(...) Grâce à cette leçon, les trois moines ont compris qu'ils devaient mieux vivre ensemble. J'ai trouvé que c'était intéressant et calme. Mais je n'ai pas trop aimé. (Kenza)

 

 

 

 

Impression de montagne et d'eau 04.jpg

 

 

Avis généraux sur les trois films

 

Les trois étaient différents de ce qu'on voit d'habitude car il n'y avait pas de parole. Mon film préféré était "les trois moines".  (Angèle)

 

Ces trois films ont été en même temps drôles et donnaient une morale, ce qui m'a plu. (Imade)

 

Pour moi, je n'ai pas aimé parce qu'l n'y avait pas de son. Mais j'ai beaucoup aimé les images, les personnages en peinture et les paysages, ainsi que les couleurs... J'ai préféré "Les singes qui voulaient attraper la lune" et "Les trois moines" parce qu'il y avait plus de couleurs que "Impression de montagne et d'eau" avec ses couleurs plus sombres. (Emma)

 

 

Les singes qui voulaient attraper la lune 01.jpg

 


31/12/2017
0 Poster un commentaire

Soirée Zumba à Chevigny

Soirée Zumba

 

 

25299025_10211039430405061_3590270400575359050_n.jpg

 

 

Mme Bergogné ne travaille plus dans l'école, mais cela n'empêche pas les échanges de bons procédés.

A l'école Henri Marc de Chevigny-Saint-Sauveur, où elle enseigne désormais, elle est à l'initiative d'une soirée zumba pour financer des classes vertes de son nouvel établissement scolaire. Cela ne concerne pas directement l'école des Cèdres, mais cela peut permettre à des familles et des enfants de Quétigny d'abord de passer une très bonne soirée et puis de renouer le lien avec elle. Il s'agit d'une soirée familiale, une animation pour tous. Tous les renseignements utiles se trouvent sur l'affiche.

Alors ? Irez-vous le 13 janvier 2018 danser la zumba ? Pour s'amuser, à Chevigny, ce sera là !


24/12/2017
1 Poster un commentaire

Atelier-Philo - La violence en débat - Classe de CM2

 

 

 

vvOliv1-940x198.png


Débat - La violence.jpg

 

Atelier – Philo

Débat sur la violence

18 décembre 2017

 

 

dmitry-ratushny-64773-e1499343833207-1024x406.jpg

 

 

Suite à un conflit dans la cour de récréation, la classe de CM2 a organisé un débat sur le thème de la violence, ses formes, sa signification, ses raisons et les moyens de l’éviter.

L’organisation de la classe a été modifiée afin que tout le monde puisse se voir. Les tables ont été placées en forme de grand rectangle. Chaque élève avait de quoi prendre des notes pour écrire ce qu’il voulait exprimer et se rappeler des interventions de camarades considérées comme intéressantes.

 

Ce débat était présidé par Miriame qui donnait la parole, avec Clémence comme secrétaire qui notait les prénoms de ceux qui voulaient intervenir. Chaque élève (comme l’enseignant d’ailleurs) ne pouvait intervenir qu’après avoir été appelé par la présidente de séance. Pour l’enseignant, son droit d’intervenir hors appel de la présidente consistait à rappeler si nécessaire les enfants à l’écoute de celui ou celle qui était appelé à parler par la présidente.

Ce principe garantissait la liberté de chacune des interventions et l’écoute de tous. Si quelqu’un n’était pas d’accord avec ce qui avait été dit, il/elle devait s’inscrire pour donner les arguments qu’il/elle opposait à l’intervenant en question. C’est aussi pour cette raison qu’il était important de noter ce que l’on voulait exprimer, car on pouvait bien évidemment être appelé par la présidente après d’autres personnes qui s’étaient inscrites auparavant.

La secrétaire faisait un signe de la main pour indiquer à celle ou celui qui voulait intervenir que son nom était écrit sur la feuille et qu’il n’avait plus qu’à attendre que la présidente l’appelle.

Ce débat de 50 minutes a donné lieu à environ 75 interventions.

20 élèves sur 25 ont demandé la parole au moins une fois, jusqu’à 8 fois pour les plus demandeurs.

 

 

visuel_seminaire_violence_0.png

 

 

Pour ce qui est du contenu de ce débat, il a été divisé en trois parties :

  1. Qu’appelle-t-on la violence ? Quelles sont ses formes ?
  2. Pourquoi les humains ont-ils des pratiques violentes alors qu’ils savent pertinemment que cela fait mal et peut même être très dangereux ?
  3. Que peut-on faire pour empêcher la violence ? Quelles sont les autres voies de résolution de conflit ?

 

 

sbFighters.jpg

 

 

Driss a été le premier à intervenir. Il a expliqué que les insultes et les menaces, c’étaient des formes de violence. Pour Hugo, ce sont des gens malades dans leur tête. Walid a rappelé que s’il y a violence, il y a forcément des victimes. Elina a évoqué le problème des enfants battus dans leur famille, qu’on n’en parle pas assez parce que personne ne le sait. Yann a parlé des attentats comme forme grave de violence. Hugo a rajouté que ces attentats tuaient beaucoup de gens, que leurs auteurs souvent se suicidaient en pensant qu’ils iraient au paradis grâce à leur acte, ce qu’Hugo considère comme faux.

Pour Calvin, la violence peut être due à la jalousie ou à la vengeance. Marion a rapporté les faits historiques des camps de concentration où des millions de juifs ont été exterminés pour des raisons religieuses. Elle a précisé que chacun doit être libre de pratiquer sa religion quelle qu’elle soit.

Yann est revenu sur des faits divers où des parents tuent leurs enfants avant de se suicider.

Arthur s’est posé la question de savoir pourquoi les gens aiment insulter. Sara est intervenue pour dire que les insultes ne servaient à rien.

Walid a évoqué ceux qui tuent pour de l’argent alors qu’Angèle a expliqué ce qu’est la discrimination entre hommes et femmes et les violences que cela suscite.

 

 

Racism_by_secondaryprotocol.jpg

 

 

Hugo a parlé du racisme et expliqué que nous étions tous de la même espèce.

Face à tout cela, Yann a ajouté que ceux qui tuent, les plus souvent, ne veulent pas être tué comme un droit qu’ils se donnent sans le donner aux autres. Marion a évoqué la violence involontaire due à des personnes souffrant de maladies.

Hugo a parlé du harcèlement (un groupe contre une personne), « ça peut aller jusqu’au suicide ». Pour Elina, « on naît ensemble, on meurt ensemble ; il faut aider les autres. »

Pour Léo-Paul, la violence c’est l’expression des « déprimés de la vie. »

 

 

armes.jpg

 

 

Ethan est entré dans le domaine plus large de la violence liée aux décisions des présidents ou des rois, ceux qui décident des guerres et donc de la violence. Arthur, Yann et Walid se sont dit d’accord avec Ethan. Walid est même revenu sur ce sujet  en parlant des dirigeants nord-coréens et plus généralement des peuples qui ne s’aiment pas et qui se font la guerre. L’enseignant a précisé que les guerres étaient surtout dues à des intérêts de conquête (territoire à prendre à un autre peuple), d’argent aussi (puisque souvent les guerres permettent à un petit nombre de personnes de s’enrichir.  Imade a parlé de la volonté de guerre pour vendre des armes), et, pour reprendre l’idée de Walid, de religion ou de culture quand certains considèrent qu’ils détiennent la vérité et que les autres ont tort, en clair l’intolérance. Yann a même expliqué qu’Hitler voulait tuer pour rien tandis qu’Angèle a parlé de sa cruauté. Donald Trump a aussi été évoqué dans la discussion sur le sujet de la Corée du Nord et des missiles. 

 

 

wallpaper-7822.jpg

 

 

Ce problème du mépris de l’autre au niveau collectif, on le retrouve au niveau individuel, même dans les cours d’école. Les petits conflits trouvent aussi leurs origines pour des raisons semblables d’intérêts des uns face à ceux des autres (une partie de la cour pour jouer, la volonté de montrer qu’on est plus forts que les autres, une volonté de domination ou d’appropriation de ce qui appartient à l’autre, à défaut d’argent, des billes, des goûters ou autres choses de ce type.

Au sujet des guerres, Hugo a expliqué que certaines d’entre elles ont eu lieu pour des raisons défensives, pour que les habitants se libèrent de ceux qui s’étaient approprié leur territoire. La résistance française pendant la seconde guerre mondiale fait partie de ces exemples. 

 

 

maxresdefault (2).jpg

 

 

Driss a alors exprimé l’idée qu’un monde sans violence serait « trop bien ». Jihad pense qu’on doit se respecter. Adrien a expliqué que nous ne sommes pas « au pays des Bisounours ». Hugo est revenu sur le sujet en disant que ce serait pas mal de vivre dans un tel pays, où « tout irait bien ». Léo-Paul a signifié également son désaccord avec Adrien puis ajouté que ce serait pas mal de vivre dans un monde sans guerre, on serait en paix. 

Elina pense qu’en cas de violence, il faut appeler la police comme Théo.

Jihad a précisé que tuer, c’est devenir un meurtrier.

 

 

bois.jpg

 

 

Théo est alors intervenu sur le thème des animaux qui sont tués soit pour être mangés, soit par des braconniers, ce qui a suscité un vif débat entre ceux qui pensent qu’il faut bien tuer des animaux pour manger puisque l’humain mange de la viande (Hugo en particulier) et ceux qui pensent qu’on peut remplacer les protéines animales par des protéines végétales (Calvin entre autres). Léo-Paul  a exprimé son accord avec Calvin en précisant l’idée des protéines sans viande.

Adel a exprimé son accord avec Théo en expliquant que les humains peuvent survivre grâce aux animaux. Ce thème s’est poursuivi sur l’idée de la différence entre tuer pour le plaisir (intervention d’Imade et soutien de Clara) et tuer par besoin alimentaire. Calvin a parlé des personnes qui tuent des animaux sauvages pour avoir des trophées. Marion a expliqué que la violence directe (chasse) ou indirecte (pollution, destruction de l’habitat animal et dérèglement climatique) accélère la disparition de nombreuses espèces animales que « nos enfants ne verront pas ».

Ethan a ajouté que certains animaux tuent pour rien. Scientifiquement, il semblerait que cela soit vrai pour très peu d’espèces, et dans des cas précis. Mais la majorité des espèces animales en tuent d’autres par nécessité (se nourrir) et ce qui est sûr, en dehors de l’être humain, jamais les espèces animales n’ont été responsables de la disparation complète de l’une d’entre elles.

 

 

violence-arrêt-image_csp17898074.jpg

 

 

Puis il fut question du racket et de l’alcool, de formes de violence que l’on retrouve dans la rue. Plusieurs exemples ont été donnés comme les défis de bandes pour tuer quelqu’un au hasard (intervention de Calvin), comme le manque de contrôle de soi après avoir trop bu (Sara a signifié son accord avec Walid puis a précisément dit : « Je vous déconseille de devenir saoul car on fait de la violence. »). Arthur est d’accord avec Calvin sur ce sujet et pense qu’on peut se lancer des défis mais pas violents et pas dangereux, qu’il faut avoir une vie saine.

Imade s’est exprimé sur des exemples, très rares, de personnes qui veulent crever les pneus des voitures des enseignants. Le maître de la classe ne s’en est pas inquiété outre mesure.

 

 

two-boys-fighting.jpg

 

 

Un autre sujet a été abordé par Angèle, celui des violences liées aux différences corporelles. Elle a expliqué que les moqueries étaient une forme de violence et que chacun devait « se respecter même si on n’est pas pareils ». Sara ajoute que la violence, ça peut être des mots qui blessent, même entre amis, aussi la violence physique. « Il faut arrêter ça ». Angèle ajoute qu’en cas de problème avec ses amis, on peut se respecter et vivre en paix, au final on peut s’aimer.

 

 

maxresdefault.jpg

 

 

Enfin il fut question des jeux vidéo, sujet amené par Driss qui considère que ce peut être un bon défoulement. Comme pour le sujet sur les animaux, cela a alimenté un débat animé. Calvin a donné l’exemple d’un petit garçon qui s’est jeté par la fenêtre suite à un jeu vidéo. Imade considère qu’en plus des jeux vidéo, le laser-game aussi est un jeu violent. Plusieurs élèves expriment leur accord sur ce point (Kenza, Sara, et Marion). Elina propose plutôt de regarder des dessins animés comme ceux de Walt Disney, Mickey par exemple. Marion précise que sur des sites Internet, des youtubeurs tiennent des propos violents.

Pour Driss, ces jeux sont dangereux seulement en partie. Il faudrait pouvoir y jouer seulement une heure par jour. L’enseignant intervient pour élargir le débat des jeux vidéo à l’ensemble des écrans qui, quand ils sont utilisés pour des jeux violents sur de longues durées, peuvent avoir un impact important sur le comportement des enfants comme des adultes. Et surtout, il précise que le débordement d’énergie est naturel pour tout le monde, que dans l’antiquité, le défoulement, c’étaient les jeux du cirque avec toute la cruauté que cela représentait, avec toujours la mort comme finalité. A présent, ce débordement d’énergie peut se faire dans des stades, avec des règles et pas de violence ni de mort (au moins, c’est le principe, pas toujours respecté). Ça s’appelle la pratique sportive de compétition comme il existe celle sans compétition ans laquelle chacun peut trouver une source de défoulement sans que cela ne provoque de violence.

 

 

coreenne-tank-m26-big.jpg

 

 

Le débat s’est terminé par deux interventions de Miriame et de Yann. Pour l’une, les sorties en boîte de nuit peuvent occasionner des accidents et des morts ; pour le second, suite à une question justement de Miriam « Comment naissent les guerres ? », il a expliqué qu’elles apparaissaient pour une question de territoire.

 

Quant aux façons de répondre autrement que par la violence, les réponses ont été difficiles à trouver d'emblée, surtout parce que les enfants avaient beaucoup de choses à dire sur ce qu'ils voyaient de leur environnement proche ou éloigné.  

 

Ce très riche débat n’a donc pas pu permettre de répondre à toutes les questions d’une part en raison du temps limité puis parfois de la complexité des sujets abordés. Mais les débats qui suivront en 2018 reviendront de toute évidence sur certains des points discutés ce jour (comme les réponses pacifiques à la violence) tant les sujets se croisent.  

 

Six autres débats sont prévus d'ici la fin juin 2018. Le blog de l'école s'en fera bien sûr l'écho. 

 

 

5052587-6-4788-des-habitants-dans-les-ruines-d-alep-2c374487f7d98b84b35a8f12098d5145.jpg

 

 

Et maintenant les commentaires directs des enfants-débatteurs...

 

Léo-Paul

(...) Ce débat parlait des guerres, de la violence etc... On a parlé de pourquoi les gens étaient meurtriers, les différentes formes de violence (insultes, coups...), comment se créaient les guerres, sur qui ou sur quoi les gens faisaient de la violence... A la suite de ce débat, nous avons voté d'autres thèmes de débat, donc un débat par mois. 

 

Elina

Tout a commencé un lundi 18 décembre en début d'après-midi. les chaises et les tables étaient positionnées en rectangle. Il y avait aussi une secrétaire (Clémence) et le cheffe de séance (Miriame). Nous on devait lever la main et clémence devait écrire nos noms. Dès qu'elle avait fini, elle nous faisait un signe avec la main. Ensuite Miriame nous interrogeait un par un. Exemple : "Il y a des présidents qui veulent la guerre". "S'il n'y avait plus de vaches sur Terre, on n'aurait plus de lait, ni de steak, en gros tous les produits laitiers." J'avais sorti la vache de l'humanité.

 

Hugo

(...) Nous avons parlé de la violence, du harcèlement, des la guerre, des animaux, du racisme. Tout cela a duré 45 minutes.

 

Driss

Le lundi 18 décembre 2017, dans la classe de M. Marchand, nous avons parlé des guerres et de la violence. La classe a été organisée en rectangle. Tout le monde était très sérieux. Il s'est dit qu'il y a plusieurs sortes de violence. Il y a la violence verbale et la violence physique. Il s'est dit que la violence verbale est aussi blessante que la violence physique. J'ai adoré. J'ai envie de recommencer. 

 

Ambrine

(...) Walid a dit que dans la violence, il y a une victime. Yann a dit que dans la violence, il y a aussi des attentats. Driss a dit que la violence, ce n'est pas que les coups et les insultes. Jihad a dit : "Je ne sais pas pourquoi les hommes se tuent entre eux". Moi, j'ai bien aimé le débat parce que chacun a donné son avis. 

 

Jihad

la violence est l'utilisation de la force ou du pouvoir, physique ou psychique, pour contraindre, dominer, tuer détruire ou endommager. Elle implique des coups, des blessures, de la souffrance ou encore la destruction de biens humains et d'éléments naturels. Selon l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé), la violence est l'utilisation de menaces à l'encontre des autres ou de soi-même, contre un groupe ou une communauté, ce qui entraîne ou risque fortement d'entraîner un traumatisme, des dommages physiques, psychologiques, des problèmes de développement ou de décès. 

Pour moi, la violence peut-être partout visible et invisible. On peut être violent sans s'en rendre compte, par exemple se moquer de quelqu'un sur son physique pour faire rire les autres. Eh bien, ces rires peuvent être violents à entendre. 

 

Ethan

(...) La violence est une forme de menace envers les autres. Il y a différentes formes de violence, la violence physique (les coups, les guerres), la violence morale (les insultes)

 

Imade

1/ Organisation

Pour mettre en place le débat, nous avons tout d'abord réaménagé la classe en disposant nos tables en rectangle afin de pouvoir tous nous voir et de mieux nous entendre. Le maître a attribué des rôles aux élèves volontaires : un(e) président(e) de séance dont la rôle était de distribuer la parole (Miriame), un(e) secrétaire qui devait noter les prénoms des élèves qui voulaient intervenir pendant le débat ainsi que l'ordre d'intervention de ces derniers. Clémence a été désignée pour jouer ce rôle. Elle devait donner cette liste à Miriame. Une règle a été établie : nous devons lever la main pour que Clémence nous note. 

2/ Le débat

Nous avons parlé de plusieurs sujets. 

- Qu'est-ce que la violence (environ 15 minutes)

- Comment  pourrait-on faire pour éviter de faire appel à la violence et régler nos conflits au sein des élèves d'une manière plus sereine. 

Nous avons dit que la violence ne peut pas être que des coups. Des mots peuvent aussi blesser. La violence, ce n'est pas qu'entre humains, mais aussi envers les animaux car nous ne sommes pas obligés de les tuer. Nous pouvons trouver des protéines dans d'autres aliments. Pour régler ça autrement, il faut éviter de trop regarder des dessins animés trop violents ou des jeux violents. Il est toujours possible de s'arranger. 

 

Naoufel

La violence, ce n'est pas que des coups mais c'est aussi des insultes. Il y a a des victimes des cette violence qui ressentent les coups. Les gens peuvent être tués ou blessés par des armes comme les kalashs ou les machettes. Les hommes peuvent être violents pour plusieurs raisons, comme pour gagner de l'argent, pour se venger, pour faire les malins parce qu'ils ont bu trop d'alcool. 

 

Brechna

Tous ensemble, nous avons mis les tables en forme de rectangle pour faire ce débat.

Nous avons fait un débat parce que dans notre classe, il y a toujours des histoires de bagarres, enfin tout ça, bref...

Maintenant les propositions des des élèves : Walid a dit que dans la violence, il y a toujours des victimes. Il est d'accord avec Ethan, parce qu'il y a un président (nord-coréen) qui fait sacrifier son pays. 

 

 

Réfléchir pas convaincre.jpg

 

 

Marion 

le lundi 18 décembre, nous avons fait un débat sur la violence. Pour que l'on se voie tous, nous avons mis les tables en rectangle et le maître a choisi une présidente et un secrétaire. La secrétaire était Clémence, elle était chargée d'écrire sur une feuille les noms des personnes qui levaient la main. La présidente devait les appeler. Nous nous sommes posé les questions suivantes : qu'est-ce que la violence ? Comment pouvons nous faire pour arrêter ceci ?Nous avons aussi dit que la violence, ce n'est pas que des coups, c'est aussi les insultes. Il y a beaucoup de violence à cause des religions. Il y a aussi le braconnage et les réseaux sociaux qui incitent à blesser ou à tuer. 

 

Yann

Le lundi 18 décembre, nous avons mis les tables en rectangle pour faire un débat sur la violence. La violence, ce n'est pas qu'avec les coups . C'est aussi les insultes. Il y a des présidents qui veulent faire la guerre. 

Comment s'est créée la guerre ? La guerre s'est créée parce que les présidents  voulaient plus de territoires et du coup, ça a causé des guerres. 

Mon sentiment : J'ai trouvé que c'était plutôt cool de parler de ça.  

 

Miriame

Le lunid 18 décembre, nous avons fait un débat sur la guerre, les disputes. Il y avait une directrice qui s'appelait Miriame et une assistante qui s'appelait Clémence. . Avant de prendre la parole, il fallait lever la main et elle vous inscrivait. Ensuite, la directrice donnait la parole aux élèves. Puis on a parlé des présidents qui font la guerre comme Hitler ou d'autres. Et on a parlé du braconnage et des animaux tués. Ce n'est pas bien. Oui, mais on mange presque tous les jours de la viande. On a parlé de tout ça. 

 

Kenza

(...) Nous avons positionné la classe en rectangle pour que tous les élèves se voient. Moi, je trouve que la violence ne sert à rien. le monde serait mieux sans les coups ou les insultes. La violence, c'est aussi les menaces, des mots méchants sur les corps des personnes. Il y a la religion aussi. Ils tapent beaucoup de personnes parce qu'elles n'ont pas la même religion. 

 

Angèle

(...) Dans le débat, nous avons expliqué qu'il y a plusieurs formes de violence. la violence, ce n'est pas que des coups, il y a aussi les insultes qui peuvent blesser les gens. Certaines personnes se font taper ou insulter à cause de leur religion, d'autres sont victimes de violence en raison de leur physique. Le racisme et le harcèlement peuvent fire beaucoup de mal aux gens alors qu'on est tous de la même espèce. Même les animaux se font tuer parfois sans raison alors que nous avons besoin d'eux pour survivre. Nous devons les respecter comme toute personne. 

Dans certains pays, des dictateurs veulent la guerre et sont très cruels avec leur peuple. Les personnes qui sont maltraitées peuvent reproduire la violence avec les autres. Les réseaux sociaux peuvent aussi être dangereux : les insultes, le harcèlement, des gens mal intentionnés proposent des rendez-vous aux adolescents ou aux enfants. Il y a aussi des gens qui croient que la vie est un jeu vidéo où on ne meurt jamais. Ils sont violents avec les autres. Ils pensent qu'il n'y a pas de conséquences, que personne ne souffre, alors que c'st le contraire. Il ne faut pas faire aux autres quelque chose qu'on n'aimerait pas que l'on nous fasse. ARRÊTONS LA VIOLENCE ET VIVONS DANS LA PAIX !

 

Adrien

La violence peut être physiquement comme oralement. La violence est permanente sur Terre, animaux comme humains. Pourquoi autant de violence ? La violence est une action par laquelle la personne tente d'établir un rapport de force avec ne autre personne. La violence ne donne pas d'importance aux besoins et aux émotions de l'autre. la personne utilisant des comportements violents, force l'autre à agir contre son gré sans respecter ses droits. (...) La violence n'est pas une caractéristique de l'individu, mais plutôt un moyen utilisé pour atteindre ses buts. Voilà pourquoi on parle d'un individu utilisant des comportements violents et non une personne violente. Il est important de distinguer la violence de la colère. Contrairement à la violence qui est une action, la colère est une émotion. 

 

Clémence

(...) C'était intéressant ce qu'a dit Imade , les jeux vidéo ce n'est pas bien parce que les personnes peuvent reproduire ça. Driss a dit qu'avec les jeux vidéo, on peut se défouler. Elina a dit que, si on tuait les animaux, on n'aurait presque plus de nourriture. Elle a pris l'exemple avec la vache. Si il n'y a plus de vaches, il n'y a plus de fromage ni de lait. 

 

Adel

(...) Nous avons pris une feuille de classeur et un stylo bleu et nous avons donné des exemples de violence : la violence, c'est les insultes, le racisme, et il y a toujours des victimes. Théo a fait une bonne remarque en disant que c'était mal de tuer les animaux pour rien. Et aussi, la violence ne résout rien. 

 

Emma

Lundi 18 décembre 2017, nous avons fait un débat sur la violence et la guerre. Pour débattre de ces deux sujets, nous avons réorganisé la classe en installant les tables en rectangle. Ensuite nous avons élu une présidente (Miriame) puis une secrétaire (Clémence), deux élèves de la classe. Pour parler, on devait lever la main et Clémence s'inscrivait notre prénom, Miriame nous appelait pour que l'on s'exprime. Chacun de nous avons donné des exemples sur la violence et la guerre, comme la violence des adultes sur les enfants, la jalousie, les meurtres, les hommes qui frappent leurs femmes... La violence existe aussi chez les animaux, ainsi que la violence faite sur les Juifs pendant la seconde guerre mondiale lorsqu'on les envoyait en camp de concentration... les guerres de religion... je pense qu'il faudrait limiter les jeux vidéos ainsi que certains films dus à leur violence et sur les réseaux sociaux !

 

Sara

(...) Il fallait attendre que la présidente nous appelle. Nous avons parlé de la violence. C'était vraiment bien. Même le maître n'avait pas le droit de parler sans s'inscrire. Nous avons pu dire ce qu'on pensait. Nous aussi, on a eu une feuille pour écrire les phrases que les autres ont dit, celles qui nous intéressaient d'écrire et celles qu'on voulait dire. 

 

Walid 

(...) Walid disait des choses intéressantes comme l'histoire des victimes, des présidents. Et, à chaque fois, le maître levait la main et disait des choses intéressantes des élèves. Et après, le débat s'est terminé.

 

Clara

(...) Pour finir, voici quelques phrases dites par les élèves. La violence, ce n'est pas que des coups, mais aussi des mots (Driss). On tape les gens à cause des religions (Angèle). On naît ensemble, on meurt ensemble (Elina). Un président chinois interdit de quitter le pays (Walid). La violence de maintenant est horrible, mais dans le passé, c'est ça qui nous a fait la paix (Hugo). 

 

 

et dans quelques jours, les derniers témoignages de Calvin, Théo et Arthur...

 

Course d'Orientation 24.jpg

La classe de CM2 à la fin d'une séance de course d'orientation - Novembre 2017

 

 

 

 


24/12/2017
0 Poster un commentaire

Le Grand Canyon - Arizona - USA

Le Grand Canyon – Arizona - USA

 

 

colorado-river-in-grand-canyon-credit-phil-roussin-flickrcc-header.jpg

 

 

Devinette : Quel est ce grand labyrinthe naturel aux Etats-Unis qui est visité chaque année par 5 millions de personnes, un parc national classé au patrimoine mondial de l’humanité depuis 1979 ?

C’est le Grand Canyon bien sûr ! Mais comment en est-on arrivé à cela, ce paysage extraordinaire qui fait rêver les amateurs de nature du monde entier ?

 

Son histoire remonte à plusieurs millions d’années. A cette époque, la mer recouvrait toute cette partie du nord-ouest de l’Arizona. Petit à petit, de millénaire en millénaire, des sédiments (un ensemble de particules en suspension dans l'eau, l'atmosphère ou la glace et qui a fini par se déposer sous l'effet de la gravité, souvent en couches ou strates successives) se sont déposés sur une épaisseur de 1.600 mètres.

 

Puis un choc monumental eut  lieu. Les plaques tectoniques se sont violemment heurtées, avec une telle puissance que toute la géologie et le relief de cette région en furent transformés. C’est ainsi que naquit le plateau du Colorado qui culmine à 2.000 mètres au-dessus de la mer.

 

Le travail suivant fut l’œuvre du fleuve Colorado qui éroda (usa) ce plateau au point d’ne créer une profonde gorge (un grand Canyon) long de 450 km avec une largeur variant entre 1,5 et 30 km de large.

 

 

blog_LCR_panoramic_Jack_Dykinga_0.jpg

 

 

En observant de nos jours les strates géologiques du Grand Canyon, on peut comprendre l’histoire du continent nord-américain. Certaines couches remontent à trois milliards d’années. Au sud, ce sont des murailles de pierres multicolores qui donnent une impression d’infini et dont les couleurs varient selon la luminosité du jour.

Sur la rive ouest, vit une partie des rares habitants du Grand Canyon, la tribu des Havasupaï (le peuple des eaux bleu vert). D’un point de vue faune, c’est l’abondance. On y trouve des pélicans bruns, des condors, des pumas, des lynx, des coyotes, des chèvres sauvages et une multitude de poissons dans le fleuve Colorado.

 

 

grand-canyon-mountain-lion.jpg

 

 

Les Conquistadors espagnols furent les premiers blancs à découvrir ce site exceptionnel dont le seul trésor est la vie extraordinaire qui s’offre aux visiteurs.

En 2007, pour des raisons financières (Ah ! Ce monde de l’argent !), une autre tribu amérindienne de la région, les Husapaïs ont installé une passerelle de 22 mètres de long au-dessus du vide. Ainsi, les touristes peuvent marcher en toute sécurité sur une plaque de verre « au-dessus » du Grand Canyon. Effet et sensations garantis.  

 

 

5-Star-Grand-Canyon-Helicopter-Tours-images-VIP-Hualapai.jpg

 

 

 

Galerie-images du Grand Canyon 

 


24/12/2017
0 Poster un commentaire

Arts visuels - CM2 - Portraits colorisés sur fond couleur

Arts visuels - CM2 - Portraits colorisés sur fond couleur

Décembre 2017

 

 

Photos colorisées Affiche.jpg

 

 

 

Ce travail a pour origine l'utilisation des mêmes portraits noir et blanc qui avaient servi dans le cadre du travail d'arts visuels en CM1-CM2 de M. Sourrieu, création qui consistait à découper des bandes d'une photo noir et blanc pour les recoller et en donner un effet de visage derrière une grille, un portrait décalé. 

voir article :  Arts visuels - Portraits découpés - Classe de M. Sourrieu - Automne 2017

 

 

Ici, ces mêmes visages de départ ont été colorisés à la main, au crayon ou au feutre, comme pour en donner un effet peinture, proche des retouches numériques d'une image retravaillée avec Photo Filtre en format postérisé. 

Puis, après découpage, ils ont été collés sur un fond couleur qui les met en valeur, en contraste ou en complément de couleur. 

 

 

Cela donne un résultat entre Pop Art et dessin de visage qui fait oublier la photo.  

 

 

Vous trouverez juste au-dessous une galerie-photos de ces travaux d'enfants

 

 

 


06/12/2017
0 Poster un commentaire

Conseil d'école - Octobre 2017

Conseil d'école - Octobre 2017

 

IMG_9701.JPG

 

 

Assistaient à la réunion :
Mme DELOGE (Enseignante, directrice de l’école, présidente du Conseil d’école)
Mmes LAURENT, BALLOT, BONI, MANNINO, MM. SOURRIEU, MARCHAND (enseignants de l’école), M. DUCÔTÉ (maître E RASED)
Mmes BAY, CHAVANON, DEMMER, EL IDRISSI, JACOB, MAÎTRE, MARECAUX, MARTIN, NORMAND, M. KENCKER (représentants des parents d’élèves)
Mme BONNEAU (représentante de la Mairie de Quetigny)


Excusés : Mme MANZONI (Inspectrice de l'Éducation nationale), M. FONTAINE (DDEN), Mmes DEMMER et TRAMALLONI (parents d'élève)
Secrétaire de séance : Mme BONI

 

Ordre du jour :
⦁ Installation du Conseil d’école : rôle, composition, fonctionnement, résultats des élections
⦁ Rappel des effectifs et organisation pédagogique
⦁ Règlement intérieur
⦁ Expérimentation allemand CM2
⦁ Modification horaires écoles élémentaires et maternelles ?
⦁ Mise en place du pedibus
⦁ Projets pour l’année scolaire 2017-2018 
⦁ Fête de l'école
⦁ Rythmes scolaires 
⦁ Travaux
⦁ Coopérative : bilan

 

 

⦁ Installation du Conseil d’école : rôle, composition, fonctionnement, résultats des élections

 

Le Conseil d'école se réunit trois fois par an. Un Conseil d'école extraordinaire peut être réuni en fonction des besoins. Le Conseil d'école est composé des enseignants et de la directrice, qui le préside, des parents d'élèves élus, du DDEN (Délégué Départemental de l'Éducation Nationale), de représentants de la Mairie. L'Inspecteur de l'Éducation nationale de la circonscription en est également membre et peut y assister. Lors d'un vote, seuls les membres de droit peuvent participer. Les parents suppléants ne peuvent voter qu'en l'absence du parent titulaire qu'ils remplacent.

La liste de parents d'élèves qui s'est présentée a obtenu 100 % des suffrages exprimés. Le taux de participation était de 69,10%.


Rappel des effectifs et organisation pédagogique


L’école accueille actuellement 142 élèves répartis comme suit :

Mme Laurent CP : 22
Mme Boni CE1 : 21
Mme Mannino CE1/CE2 : (6+18) 24
Mme Deloge et Mme Ballot CE2/CM1 : (10+15) 25
M. Sourrieu CM1/CM2 : 25 (20+5)
M. Marchand CM2 : 25


D’autres adultes font partie de l'équipe éducative de l'école des Cèdres : les enseignantes du RASED (Réseau d'Aide aux Élèves en Difficulté) les maîtres E qui sont chargés de l'aide pédagogique et la psychologue scolaire, Mme Malfroid. Cette année, M. Ducôté interviendra auprès des élèves de CP et de CE1 trois fois par semaine.

Plusieurs parents ont fait savoir aux parents délégués leur inquiétude pour le comportement de certains élèves de la classe de CE1. Mme Boni souligne qu'elle constate des progrès depuis le début de l'année. Les prises en charge de certains élèves sont en cours.

Mme Saltana Machiankhialou, enseignante ELCO (Enseignant Langue et Culture d'Origine), assure les cours d'arabe du CE1 au CM2, le samedi, à l'école des Aiguisons.

Mme Evelyne Ménaucourt, intervenante musique, aidera toutes les classes de l'école en musique cette année.

Il n’y a, à l’heure actuelle, aucun adulte « supplémentaire » pour aider l'équipe enseignante et la directrice ce qui est problématique dans un certain nombre de situations (téléphone qui sonne pendant le temps scolaire, arrivée ou départ d'élèves durant le temps de classe, ouverture et fermeture du portail...).


⦁ Règlement intérieur


Aucune modification n’est apportée au règlement intérieur. L'ensemble des membres du Conseil d'école est d'accord pour le conserver tel qu'il a été voté au 3ème trimestre 2014-2015.


⦁ Expérimentation allemand CM2


Cette année aura lieu de nouveau l'expérimentation allemand, pour tous les CM2 de l'école. Il s’agit d’une sensibilisation à la langue allemande. Toutes les écoles de Quetigny vont bénéficier de cette mesure. Les objectifs sont les suivants :
⦁ familiariser les élèves à une seconde langue avant l'entrée au collège ;
⦁ favoriser la diversification des langues à l'école élémentaire ;
⦁ sensibiliser les élèves à d'autres cultures et favoriser le vivre ensemble ;
⦁ développer la continuité école/collège.

Suite à cette année d’expérimentation, il n'y a aucune obligation pour les familles. Pour la classe de 6ème, les parents qui souhaitent que leur enfant continue la bilangue allemand/anglais pourront la poursuivre, et ceux qui ne le souhaitent pas pourront arrêter. Avec cette première sensibilisation à l'allemand, le choix sera réel car on ne choisit pas ce qu'on ne connaît pas. En ce qui concerne le volume horaire, les CM2 auront 45 minutes d'anglais assurées par l'enseignant de la classe et 45 minutes d'allemand assurées par Mme Pukallus, professeur d'allemand au collège.
Mme Marécaux, maman d'Etienne, qui a bénéficié de cette expérimentation l'an passé en CM2, trouve cette initiation positive même si elle fait remarquer que son enfant a trouvé les séances d'anglais en 6ème un peu difficile. (Est-ce le fait d'un volume horaire diminué en anglais l'an passé ?). D'autres parents pensent que l'on privilégie l'allemand au détriment d'une autre deuxième langue.

Le renouvellement de cette expérimentation a obtenu un vote positif lors du Conseil d'école.


⦁ Modification des horaires écoles maternelles et élémentaires


Une réunion s'est tenue jeudi 28 septembre en présence des deux directrices Mmes Cassier (Aiguisons maternelle) et Deloge, Mme Drocourt (responsable du service enseignement de la Mairie), Mme Bonneau et Mme Manzoni (IEN). Une des pistes envisagée serait de modifier les horaires de l'école des Cèdres et des écoles maternelles Aiguisons et Nelson Mandela. Les Cèdres prendraient les horaires des écoles maternelles, à savoir 8h40-11h40 et 13h40-15h55, et les maternelles Aiguisons et Nelson Mandela se calqueraient sur les horaires des autres écoles élémentaires, à savoir 8h30-11h30 et 13h30-15h45.
Avec ce système, les élèves de maternelle étant généralement prêts lorsque les parents arrivent, les familles n'arriveraient pas en retard en élémentaire. Mais Mme Zenadja, directrice de Nelson Mandela, qui n'était pas présente lors de la réunion, a fait savoir suite à cette proposition, que cela poserait des problèmes pour les parents qui ont leurs enfants à Mandela en maternelle et aux Huches en élémentaire et qu'il faudrait de ce fait aussi changer les horaires de l'élémentaire et de la maternelle des Huches …
La solution d'un accompagnateur qui viendrait chercher dans les classes les élèves dont les parents ou la nounou va par la suite en maternelle serait le plus simple mais cela est coûteux pour la commune car il faudrait rémunérer un animateur.
Le problème semble se poser principalement avec les Aiguisons maternelle car les parents nous font savoir qu'il est difficile d'accéder d'une part avec son véhicule et d'autre part à pied à la maternelle.
L'équipe enseignante a bien conscience des difficultés rencontrées par les parents mais tout est fait de leur côté pour aider. Le temps laissé entre la sortie des maternelles et des élémentaires est trop court.


⦁ Mise en place du pedibus


Lors du sondage de l'an passé, il y avait 30 familles intéressées et 9 bénévoles potentiels.
Le principe : il y aurait un circuit avec des arrêts prévus dans les allées cavalières (site petitbus.com). Le parent référent serait identifié au moyen d'un gilet jaune.
Un nouveau sondage serait à refaire uniquement pour les CP et CE1.


⦁ Projets pour l’année scolaire 2017-2018


Nous poursuivons notre projet d'école débuté l'an passé dont voici les trois priorités :
1) Élaboration du parcours citoyen dans le cadre de la grande mobilisation pour les valeurs de la République ;
2) Diversification des accompagnements scolaires pour une meilleure réussite de tous les élèves ;
3) Épanouissement des élèves par la pratique artistique et sportive.
Musique : Spectacle de Batucada pour toutes les classes de l'école avec l'aide d'Evelyne Ménaucourt, intervenante musique. Ce spectacle devrait être présenté deux fois : une fois pendant la fête de l'école le 8 juin 2018 et une fois dans le cadre du Festival En Quet'd'ailleurs.

STAPS : Intervention des étudiants tout le 1er trimestre : CP : course d'orientation - CE1 : acrosport, CE1/CE2 : jeux de ballons - CE2 : acrosport - CM1 : jeux d'opposition, CM2 : course d'orientation

Natation : Séances à la piscine olympique pour les CE1 de Mme Boni et les CM2 au 1er trimestre.

Latitude 21 : CE1 et CE1/CE2 : ornithologie, CE2/CM1 : Ville et nature , CM1/CM2 : Habitat d'ici et d'ailleurs 

Musées : La classe de CE1 de Mme Boni s'est rendue au planétarium pour une exposition sur les volcans.

Spectacle : Le service culturel propose un spectacle pour le cycle 2 . Les classes de CP, CE1 et CE1/CE2 participent au spectacle du 6 novembre « Le plus petit cirk du bord du bout du monde ».

« Cinéma et école : Les Cèdres font leur cinéma » : Les classes de CE2/CM1, CM1/CM2 et CM2 organiseront en interne des séances comparables à « École et cinéma » avec un travail en amont et en aval de la présentation du film. Une programmation est prévue par trimestre.

Sortie champignons : L'association Quetigny Environnement invite chaque année une classe d'une école élémentaire de Quetigny à participer à une cueillette de champignons dont la récolte donne lieu à une exposition salle municipale Fontaine-aux-jardins le 21 et 22 octobre. Cette année, les classes de CE2/CM1 et CM1/CM2 participent à ce projet. La totalité du coût de la sortie est financée par l'association Quetigny Environnement.

Quinzaine des parents à l'école : Présentation du dispositif aux nouveaux membres du Conseil d'école. Cette action se déroulera la première quinzaine de janvier 2017. M. Kencker interviendra dans quelques classes de l’école pour faire une présentation autour de la Première Guerre mondiale.

Secours populaire : Le Secours populaire se trouvant à proximité de l'école, la classe de CM2 rencontrera des membres de l'association pour réfléchir au thème de la solidarité.

Bibliothèque municipale : Les élèves de Mme Laurent ont participé à un projet autour de la nature et de la plantation de graines. La classe de CE1 participera à un atelier autour du thème « Chouettes et hiboux ».

CROSS : Pour toutes les classes de l'école. La date prévue est le 6 avril 2018.

Plantation d’un arbre de la laïcité : Action prévue au cours de cette année scolaire.

Ski : Toutes les classes souhaitent participer à une sortie ski de fond au Val des Dappes.


⦁ Fête de l'école


La date retenue pour la fête de l'école est le 8 juin 2017. Il y aura une présentation du spectacle de Batucada dans la cour. La suite des festivités (repas, jeux …) restent à définir.
Quel jour sera la « Fête à Léo » ? À plusieurs reprises, la fête de l'école a eu lieu le même jour que la « Fête à Léo » et de nombreuses familles de l'école sont concernées. Il faudrait se renseigner.

 

 

⦁ Rythmes scolaires


Mme Bonneau précise qu'une consultation de tous les parents aura lieu. Une réunion avec un chronobiologiste sera également programmée. Les conseils d'école seront ensuite invités à se prononcer.


⦁ Travaux


L'équipe enseignante remercie de nouveau les services techniques pour les travaux réalisés dans les toilettes filles, garçons et adultes de l'étage. Les toilettes adultes du bas vont également être rafraîchies. Mais avant cela il faut créer un placard dans la petite cuisine du périscolaire qui permettra de stocker le matériel des dames de ménage plutôt que celui-ci soit dans les toilettes adultes.
Les sols du couloir de l'étage vont être refaits pendant les vacances de la Toussaint. Si le budget est voté, les sols des classes devraient être refaits l'an prochain.
Concernant la chaudière, le brûleur a été changé. La chaudière sera changée l'année prochaine.


⦁ Coopérative : bilan


La coopérative a un résultat de – 1911,80 € (la subvention de l'Assemblée Nationale a été dépensée cette année mais reçue l'année précédente : le résultat réel est donc – 411,80 €). La vente des photographies scolaires a rapporté 381,60 €. Le montant des participations volontaires des parents en 2016 est de 1296 €. Il reste en banque un solde de 3 969,56 €.

 


La séance est levée à 20h25.

 


Les prochains conseils d'école auront lieu :

- jeudi 8 février 2018
- vendredi 15 juin 2018

 

 

IMG_9738.JPG


04/12/2017
0 Poster un commentaire