Ecole Primaire Les Cèdres Quetigny

Ecole Primaire Les Cèdres Quetigny

Projets interclasses

Comptes-rendus de projets scolaires incluant plusieurs classes de l'école.


Classe de CP-CE1 et CE1-CE2 : Dernière séance de Piscine

P1060673.JPG

 

Dernière séance de piscine des classes de CP-CE1 et CE1-CE2 (Décembre 2015)

 

Lors de cette séance, consacrée traditionnellement aux jeux, une partie des élèves a néanmoins été évaluée. Voici quelques photos.

 

 

 Un grand merci de la part des deux enseignantes et de tous les enfants aux parents accompagnateurs !


27/01/2016
0 Poster un commentaire

Skyline Nocturne des Villes-Mots - Classe de CM1-CM2

Skyline nocturne des Villes-Mots

 

 

Skyline nocturne 27.jpg 

 

Dans le cadre du projet Ville-Energie, les élèves de la classe de CM1-CM2 ont planché sur le thème de la ville nocturne à parti d'un mot qui se dessine sur la ligne des toits. 

Cette idéer a germé lors des APC du 1er trimestre en liaison avec les classes de CP-CE1 de Mme Bergogné et de CM2 de Mme Mannino. 

Les enfants ont fait une liste de mots qui symbolisent la ville. En est sortie une quarantaine de mots variés qui ont été à la base du travail sur les skylines nocturnes. 

L'objectif de cette partie du projet était de faire émerger les lettres d'un des mots de la liste dans la nuit d'une grande ville sur une feuille grand format qui nécessite un travail d'équipe. 

 

Au départ, les lettres ont été tracées avec un crayon à papier puis peintes à la peinture noire.

 

 

Skyline nocturne 04.jpg 

Après le travail à la peinture noire, ce fut de moment de la peinture bleu nuit du ciel puis de l'affinement des lignes et de la couleur noire avec un feutre épais et du blanco. 

 

Skyline nocturne 20.jpg 

Skyline nocturne 21.jpg 


 

 

Le travail final pouvait alors commencer avec la mise en couleur des fenêtres éclairées en jaune lumière, bleu télévision ou orangé intimiste. Un affinement complémentaire a permis de finir avec soin ce long travail accompli.

 

 

 

Skyline nocturne 25.jpg 

 

 

 

 

Voici une galerie d'une trentaine de photos qui explique en images la démarche de travail. 

 

 

 

 


19/12/2015
2 Poster un commentaire

Classe de CP-CE1 : Ré-Inventons nos rues ! Séances 2 et 3

Rue1.jpg

 

Vendredi 27 Novembre

Glaglagla !!! Dans le but de découvrir notre ville, nous avons emmené les enfants dans Quétigny. Observation, devinettes, prises d'empreintes diverses, nous sommes restés autant que nous avons pu, mais assez rapidement, le froid glacial nous a obligé à revenir à l'école !

Un grand merci aux parents qui nous ont accompagnés !

 

 

Vendredi 4 Décembre

 

Troisième et dernière intervention d'Elodie dans le cadre de l'animation "Ré-Inventons nos rues". Bâtiments, être vivants, moyens de transport, mobilier urbain, notre rue est prête !

Lors de cette dernière séance, les enfants ont collé le revêtement de la rue, monté les éléments du mobilier urbain (lampadaires, jeux, bancs, etc...) et dessiné les êtres vivants que nous pouvons croiser dans nos rues (insectes, plantes, petits mammifères, etc...).

Les enfants en action :

 

Le résultat est à la hauteur du travail réalisé par les enfants !

 

 

Merci à Elodie, l'animatrice qui nous a aidé à concevoir cette magnifique maquette de rue !

Nous remercions également Adeline, notre stagiaire de 3ème, présente cette semaine et qui nous a aidés à coller et assembler les différents éléments de notre rue.

 

 

Maquettes CP-CE1 01.jpg 

Maquettes CP-CE1 02A.jpg 

Maquettes CP-CE1 03A.jpg 

Maquettes CP-CE1 04A.jpg


05/12/2015
0 Poster un commentaire

Classe de CP-CE1 : Ré-Inventons nos rues ! Séance 1

20151120_100521.jpg

Vendredi 20 Novembre : 1ère séance

Elodie, animatrice de l'association Pirouette-Cacahuète est venue nous faire sa première animation sur le thème Ré-Inventons nos rues. Les trois animations auxquelles nous allons assisté sont en lien avec notre projet "Ville" de l'année. L'idée de ces animations est de penser la ville autrement.

Lors de cette première séance, nous avons tout d'abord confronté nos représentations à la réalité de la ville.

 

Les enfants avaient dessiné leur quartier, leur rue.

20151120_085939.jpg

 

Nous en avons discuté puis Elodie nous a demandé ce que l'on trouvait réellement dans nos villes et dans nos rues. Ce travail a fait écho avec nos séances d'APC.

Après avoir listé tous les éléments composant une ville, les enfants les ont classé par famille : les bâtiments, les moyens de transports, le mobilier urbain, les êtres vivants de la ville.

 

Les enfants ont ensuite été partagés en trois ateliers.

Les enfants du premier atelier devaient deviner quels étaient les matériaux de construction (ciment, pierre, bois, paille, brique) cachés dans des sacs, uniquement par le toucher. Une fois qu'ils avaient deviné, il fallait attribuer chaque matériau à la maison ou aux maisons qui étaient construites avec.

Dans l'atelier deux, les enfants devaient attribuer des fonctions à certains bâtiments (bureaux, habitations, etc...) et dans le cas des habitations, y loger des familles.

Dans le troisième atelier, les enfants devaient choisir leur maison préféré parmi une dizaine de photographie de maison.

Leurs maisons préférées sont les suivantes :

20151120_100516.jpg

20151120_100521.jpg

20151120_100529.jpg

 

Voici quelques photos de ces ateliers.

 

La seconde partie de cette animation a consisté en la création de la maison idéale de chaque enfant. D'abord dessinées au crayon, puis repassées à la craie grasse, elles ont ensuite été colorées à l'encre en respectant un code couleur : rouge pour les briques, jeune pour la paille, marron pour le bois, vert pour les toits en herbe et violet pour les toits en tuile.

20151120_112821.jpg

 

Quelques photos :

 

Cet article sera complété la semaine prochaine après notre deuxième animation.


21/11/2015
0 Poster un commentaire

Théâtre / "Du temps que les arbres parlaient" par la Compagnie En Attendant

DU TEMPS QUE LES ARBRES PARLAIENT 

par la Compagnie En Attendant

 

Compagnie En Attendant 05.jpg

 

d’Yves Lebeau - Editions Théâtrales Jeunesse
Spectacle tout public à partir de 8 ans

Mise en scène Jean-Philippe Naas 

Avec Sylvain Pottiez et Damir Zisko 

Scénographie Mathias Baudry 

Lumières Nathalie Perrier

Costumes Juliette Barbier 

Musique Julie Rey 

Régie générale Julien Poupon 

Production Audrey Roger

 

 

C’est l’histoire d’un enfant. 
Son père est parti.
Sa mère ne s’occupe plus de lui.
Désoeuvré, délaissé, il est traversé par des sentiments d’une violence inouïe.
Et comme il n’y a rien dans cette vaste plaine où il vit, il se met à parler au grand chêne solitaire.
L’enfant trouve réconfort au pied de ce centenaire auquel il se confie.
Un arbre qui lui répond en plus !
Il n’y a qu’à demander…

 

 

Les élèves de 4 classes de l'école des Cèdres sont allés à la salle Mendès-France de Quétigny pour assister au spectacle de la Compagnie En Attendant, un spectacle intitulé "Du temps que les arbres parlaient". Ce spectacle était proposé par le service culturel de la mairie de Quétigny à destination des écoles de la commune.

 

L'histoire se déroule dans un décor minimaliste en bois, avec un chêne stylisé à deux branches et sans feuilles, au centre d'un espace vide de forme concave. Un acteur jouant le rôle d'un enfant de 12 ans débouche devant l'arbre qui deviendra son confident, son guide bienveillant et confrontant pour sortir des tracas qui lui rongent la vie. Son envie d'être invisible, de disparaître comme le sucre fondant dans le café, se transformera en colère puis, dans un ultime élan, en une renaissance vers le lien aux autres. 

Autour du thème d'une famille disloquée qui ne répond plus aux besoins de cet enfant, se tisse une toile qui évoque à la fois la force de la vie face à la mort. Il est aussi question de la naissance et la renaissance de la vie qui se retrouvent dans le cycle des saisons que l'arbre accepte avec plaisir depuis 217 ans. 

La dialogue est souvent court, direct. Peu de longues tirades. Juste ce lien particulier entre un enfant et un arbre qui parle. La relation semble parfois se rompre pour mieux rebondir vers la lumière. 

Le jeu des deux acteurs, Sylvain Pottiez et Damir Zisko, est juste et puissant. Le travail sur les lumières est remarquable. 

Au final, il s'agit d'une pièce de grande qualité porté par un texte fort. Un beau travail de création artistique.

 

La pièce n'a pas laissé indifférent. Pas de demi mesure dans les réactions. Pour la plupart, les enfants ont soit aimé beaucoup soit pas du tout (les plus nombreux). Le spectacle a pu provoquer beaucoup de questions sur le sens, sur le rythme très rapide de la pensée qui ne se traduit pas forcément par autre chose qu'un dialogue nourri (qui prend trop de place pour certains) entre les deux personnages. De plus ce dialogue prend des formes très variées tant dans les sentiments exprimés que dans la force contradictoire de leur lien. Pourtant un certain nombre d'enfants sont restés sur leur faim car ils attendaient une histoire sautillante, joyeuse avec de multiples rebondissements, des surprises sorties de je ne sais quel chapeau. Il s'agissait en fait du dialogue intérieur d'un enfant en mal de vivre par l'intermédiaire d'un arbre multicentenaire. L'histoire n'apparaît pas sur le plateau de jeu dans des actes qui marquent clairement les étapes de ce parcours initiatique, mais dans quelque chose d'indéfinissable, d'irracontable, dans un mouvement incertain parfois difficile à saisir pour un certain nombre d'enfants. 

"Du temps que les arbres parlaient" a sans doute dérangé autant dans le sujet que dans la forme. Mais c'était sans doute le but recherché : questionner sur le sens de la vie, sur la place des émotions et des sentiments comme moteurs de l'existence. Le texte d'Yves Lebeau demande de toute évidence à être relu pour saisir la multitude de détails qui ont pu passer inaperçus, parasités qu'ils étaient parfois par la force dérangeante de certaines scènes.

 

Cette forme de théâtre contemporain pour enfants fait partie du paysage artistique du moment aux côtés d'un théâtre plus joyeux à l'humour direct et débordant. Au travers des multiples propositions de spectacle faites aux classes, les élèves des écoles de Quétigny ont la possibilité d'approcher ces différentes formes de théâtre. C'est une chance car, au final, ils ramènent tous à la même considération : la vie offre chaque jour un présent à saisir, des nouvelles choses à connaître, des personnes à rencontrer. 

Le passé a avalé hier. Nous n'avons pas de certitudes pour le futur. Il nous reste aujourd'hui. Quelles que soient les formes pour le dire, la vie est là, maintenant avec la mémoire de ceux qui nous accompagnent et ceux qui nous ont accompagnés comme le chêne avec cet enfant de 12 ans. 

 

 

Compagnie En Attendant 01.jpg

 

 

Galerie-Photos

 

 

 

 

Spectacle du livre "Du temps que les arbres parlaient' de Yves Lebeau (2009)

 

 

Du temps que les arbres parlaient.jpg


13/11/2015
1 Poster un commentaire

PLU - Plan Local d'Urbanisation - ou comment des enfants de CM inventent une ville...

PLU Ville Maquettes 21.jpg

 

 

 

 

Dans le cadre de la modification du PLU (Plan Local d'Urbanisation) à Quétigny, deux classes de l'école des Cèdres ont eu la chance de profiter d'un atelier de conception d'une ville en maquette, en tenant compte de tous les aspects nécessaires à la vie urbaine. 

 

Sous la direction de Nathalie l'animatrice, Le groupe a d'abord commencé par réfléchir collectivement sur le plan d'une ville en s'interrogeant sur le sens de "Vivre en ville".  

S'en sont dégagées les idées de :

habiter, travailler, se déplacer (en mettant en avant la fin de tout voiture et la mise en place de transports propres et non polluants), se divertir, faire ses courses, profiter d'un environnement sain (gestion de l'eau et des espaces verts). Ajouté à cela, la prévision de l'arrivée possible de nouveaux habitants. 

 

 

PLU Ville Maquettes 01.jpg

 

 

 

Puis à partir de ce constat et de cette analyse, la classe s'est divisée en groupes de 4 ou 5 élèves pour constituer une ville en maquette qui réponde à tous ces besoins, en respectant l'environnement et les habitants, bref une ville où il fait bon vivre. 

D'un point de vue pratique, leur travail consistait à prévoir une installation correspondant à 100 familles

 

Les enfants devaient d'abord penser puis installer le sol sur lequel on bâtit et on construit. Ils avaient à leur disposition des plaques rectangulaires grises et vertes représentant des zones goudronnées et des zones d'espaces verts. Cette installation répondait au projet d'emplacement des futurs bâtiments ou espaces de vie de la ville. 

 

 

 

PLU Ville Maquettes 02.jpg

 

 

 

Puis quand le sol fut installé, Nathalie a mis à disposition des élèves des blocs de bois peints en rouge et jaune pour les habitations, verts et bleus pour les bâtiments de travail et de service. Sur les blocs jaunes et rouges était inscrit le nombre de familles correspondant à cet espace (1, 2 ou 3), de manière à ce que les enfants puissent constituer leur ville pour 100 familles. 

De grands blocs préconstruits de couleur blanche représentaient les constructions plus complexes comme les hôpitaux, les médiathèques, les parkings, les écoles, collèges, lycées ou universités, les salles de sport, gare...

 

D'autres plaques étaient aussi disponibles pour les rues, routes, rocades et autoroutes, parking, terrains de sport extérieurs, voie de tramway, chemins piétonniers.

 

 

 

PLU Ville Maquettes 07.jpg

 

 

 

Ainsi, dans un premier temps, les groupes ont pu installer leur projet de construction. Un premier bilan a été fait. 

Avec l'animatrice, les élèves ont été confrontés aux difficultés que leur ville posait : des écoles trop éloignées des lieux d'habitation, des parkings trop nombreux ou inutiles, ou à l'inverse des parkings manquants près de centres commerciaux ou d'hôpitaux, aussi un manque de rues pour rejoindre des zones d'habitation ou de travail. 

Parfois également, se posait le problème de la conception même de leur ville avec des centres urbains composés de grands magasins et espaces de travail de jour qui laissent un large espace sans vie le soir et de toute évidence très insécurisé. 

Sur d'autres projets apparaissaient des soucis d'implantation très peu logique des habitations.

 

Ces remarques ont permis de rectifier le plan de leur ville pour la rendre davantage viable. La touche finale a été ajoutée avec des arbres pour donner de la verdure à la ville et des personnages playmobil pour donner de la vie.

 

 

 

PLU Ville Maquettes 14.jpg

 

 

 

A la fin de la séance, la classe a fait le tour des maquettes présentées et, pour chacun d'elles, il a été fait une analyse critique de sa conception (avantages et inconvénients, idées qui guident les choix d'installation, comparaison avec d'autres projets...)

Au bilan, la classe a pu constater des différences considérables dans les lignes directrices qui ont conduit le travail de chaque groupe. Des villes conçues de manière très différente, avec des originalités et des particularités pour chacune d'elles. 

Ce fut à n'en pas douter une riche et dense réflexion sur cet environnement urbain qui nous entoure et sur lequel on en se pose peu de questions. Travailler à partir de maquettes permet de donner du sens à l'évolution de sa ville

Pour les classes de CM1 et CM2 des Cèdres, cela posera aussi la base de la future maquette qui sera présentée en fin d'année.

 

 

PLU Ville Maquettes 23.jpg
 

 

 

Galerie-Photos

 

 

 

 

Cubes Maquettes en bois.gif


12/11/2015
3 Poster un commentaire

Séance Piscine des CP-CE1 et CE1-CE2

20151008_092139.jpg

 

Jeudi 8 octobre

Quelques photos de la troisième séance piscine durant laquelle les enfants des deux classes ont été évalués afin de constituer des groupes adaptés au niveau des enfants.

 

 

 


22/10/2015
0 Poster un commentaire

Projet Rock - Classe de CM2 (Mme Mannino) et Classe de CM1-CM2 (M. Marchand)

Projet Rock

 

rock-concert.jpg

 

En collaboration avec la musicienne-intervenante Catherine Oudot, les classe de CM2 de Mme Mannino et de CM1-CM2 de M. Marchand participent au Projet Rock 2015-2016.

Avec des musiciens de l'école de musique de Quétigny (sections Rock) et leurs professeurs, les deux classes préparent un concert rock pour le samedi 30 avril 2016 à 20 heures à la salle Mendès-France de Quétigny.

Les enfants chanteront accompagnés d'une section guitares électriques, basse, batterie.

Le programme devrait comporter des succès rock des années 80. 

 

Entrée gratuite mais réservation obligatoire au 03.80.48.28.43

 

 

 

 

Tout est dans le programme sur le fascicule présentant la saison culturelle de Quétigny

 

003.jpg 

Plus d'explication en page 12 du fascicule

 

Concert saison culturelle fév-juillet 2016 01.jpg

 

 

Cinq morceaux sont d'ores et déjà inscrits à l'apprentissage :

 

Le morceau de Queen "We will rock you"

 

 

 

Voici un très grand succès du groupe britannique Queen. “We will rock you” est sorti en 1977 dans l’album “News of the world” avec le célèbre titre « We are the champions ». Le titre « We will rock you » a été écrit en réponse à la réaction du public qui, en concert, au lieu d’applaudir avait chanté « You’ll never walk alone », le chant populaire des supporters de football de Liverpool. Brian May, le guitariste du groupe, a alors écrit cette chanson simple et facile à reprendre en chœur par le public. « We will rock you » signifie « On va vous secouer ».

 

We Will Rock You

Buddy you're a boy make a big noise
Playin' in the street gonna be a big man some day
You got mud on yo' face
You big disgrace
Kickin' your can all over the place
Singin'

We will we will rock you
We will we will rock you

Buddy you're a young man hard man
Shoutin' in the street gonna take on the world some day
You got blood on yo' face
You big disgrace
Wavin' your banner all over the place

We will we will rock you (Sing it!)
We will we will rock you

Buddy you're an old man poor man
Pleadin' with your eyes gonna make you some peace some day
You got mud on your face
Big disgrace
Somebody better put you back into your place

We will we will rock you
(Sing it!)
We will we will rock you

(Everybody)
We will we will rock you
We will we will rock you
(Alright)

 

Logo_Queen.png 

 

"You'll never walk alone" chanté au Stade d'Anfield Road à Liverpool 

à l'occasion de la rencontre Liverpool - Chelsea, le 27 avril 2014

 

 

 

Le morceau de Pink Floyd "Another brick in the wall"

 

   

Voici une chanson de Pink Floyd écrite à la fin du XXème siècle (en 1979). Ce morceau est tiré de l’album concept « The Wall » qui traite de l’isolement, des souffrances de l’individu jusqu’aux conséquences mentales que cela provoque. Dans « Another brick in the wall », il est question de la remise en cause de  l’éducation très stricte, à l’ancienne, très humiliante, quand les enfants, les élèves n’avaient pas le droit d’exprimer la moindre pensée (notamment en Angleterre des années 50-60), notamment dans les internats. Les enfants subissaient même des sévices corporels violents. Le titre a été enregistré avec 23 adolescents de 13 à 15 ans d’une chorale scolaire. Les étudiants noirs d’Afrique du Sud avaient repris la chanson dans des manifestations contre l’Apartheid. La chanson fut alors interdite en Afrique du Sud pour incitation à l’émeute. 

 

 

ANOTHER BRICK IN THE WALL

We don't need no education 
We don’t need no thought control
No dark sarcasm in the classroom
Teachers leave them kids alone
Hey! Teachers! Leave them kids alone!
All in all it's just another brick in the wall.
All in all you're just another brick in the wall.

We don't need no education
We don’t need no thought control
No dark sarcasm in the classroom
Teachers leave them kids alone
Hey! Teachers! Leave them kids alone!
All in all it's just another brick in the wall.
All in all you're just another brick in the wall.

"Wrong, Do it again!"
"If you don't eat yer meat, you can't have any pudding.

How can you have any pudding if you don't eat yer meat?"
"You! Yes, you behind the bikesheds, stand still lady !"

 

 

The wall.jpg

 

 

Aussi deux morceaux de Téléphone "Un autre monde"...

 


 

 

 

UN AUTRE MONDE - Téléphone

 

Je rêvais d'un autre monde 
Où la terre serait ronde 
Où la lune serait blonde 
Et la vie serait féconde 

Je dormais à poings fermés 
Je ne voyais plus en pieds 
Je rêvais réalité 
Ma réalité 

Je rêvais d'une autre terre 
Qui resterait un mystère 
Une terre moins terre à terre 
Oui je voulais tout foutre en l'air 


Je marchais les yeux fermés 
Je ne voyais plus mes pieds 
Je rêvais réalité 
Ma réalité m'a alité 

Oui je rêvais de notre monde 
Et la terre est bien ronde 
Et la lune est si blonde 
Ce soir dansent les ombres du monde 

A la rêver immobile 
Elle m'a trouvé bien futile 
Mais quand bouger l'a faite tourner 
Ma réalité m'a pardonné

 

 

... et "Flipper"

 

 

FLIPPER - Téléphone

 

Maintenant 

On te donne trois balles, on te donne trois balles 
On te donne trois balles, la première t'es un môme 
Tu prends d'la cadence, tu entres dans la danse 
Dans la violence des chocs, tu comprends ta chance 
Tu sais maintenant comment, tu sais maintenant comment 
Tu sais maintenant comment, ton histoire commence 

On joue sa vie comme on joue au flipper 
Déjà tout môme on flippe de bumper en bumper 
On gagne on perd, et toujours on espère 
Pouvoir s'en refaire une petite 
Gratuite, gratuite, gratuite, gratuite 

On te donnes trois balles, on te donnes trois balles 
On te donnes trois balles, la deuxième t'es un grand 
Il faut te démerder, tu commence à ruser, hein ? 
Tu cherches un abri et quand tu l'as trouvé 
Tu te vois éjecté, à vitesse grand V 
Vers le bumper d'en face, qui t'attend dans l'impasse 
Vers le bumper d'en face, qui t'attend dans l'impasse 

On joue sa vie comme on joue au flipper 
Déjà tout môme on flippe de bumper en bumper 
On gagne on perd, et toujours on espère 
Pouvoir s'en refaire une petite 
Gratuite, gratuite, gratuite, gratuite 

 

Téléphone est un groupe de rock français fondé le 12 novembre 1976 et séparé le 21 avril 1986. Il connaît un énorme succès dès ses débuts avec plusieurs tubes et des tournées très populaires. Il est aussi l'un des rares groupes français à s'exporter dans d'autres pays.

En dix ans d'activité : de 1976 à 1986, le groupe donne plus de 470 concerts et sort cinq albums studio. Il est également le second plus gros vendeur de disques pour un groupe de rock français (derrière Indochine), avec plus de 6 millions d'exemplaires vendus.

 

telephone paroles002.jpg 

 

Egalement un morceau de Carlos Santana le grand guitariste américain d'origine mexicaine. Il est considéré comme le créateur du rock latino et comme le précurseur de la World Music. Ses titres ont fait danser la planète entière. Rappelons ici qu'outre "Oye como va", on connaît ses grands titres comme "Europa", son célèbre morceau instrumental, "Dance Sister Dance", "Maria Maria", "Africa Bamba", "Black Magic Woman" et bien d'autres encore...  

 

 

Carlos Santana "Oye como va"

 

 

 

Oye como va
Mi ritmo
Bueno pa gozar
Mulata


 

En plus de ces 5 morceaux, un autre supplémentaire pourrait être envisagé selon l'avancée des cinq premiers. 

La date du concert est fixé au samedi 30 avril 2016 à 20 heures à la salle Mendès-France de Quétigny.

L'entrée est gratuite et ouverte à tout public sur réservation obligatoire (03.80.48.28.43). 

Plus de renseignements sur la saison culturelle sur www.quetigny.fr


19/10/2015
7 Poster un commentaire

Projet maquettes animées - analyse pédagogique

PROJET MAQUETTES ANIMEES

 

Photo Blog 14.jpg

 

Le projet maquettes animées débuté fin janvier 2015 est arrivé à son terme le jeudi 2 juillet par sa présentation aux parents.

Trois classes de l’école avaient travaillé ensemble sur ce projet, la classe de CP-CE1 de Mme Bergogné, la classe de CM1-CM2 de M. Marchand et la classe de CM2 de Mme Mannino.

De nombreux parents d’élèves ont répondu présents à l’invitation des classes pour voir  le produit fini de cinq mois de travail.

Une maquette animée d’un château du Moyen-âge, une autre d’un château de la Renaissance et un décor western sur fond de Grand Canyon.

L’objectif de ce travail était de faire collaborer trois classes pour un projet aux multiples facettes qui nécessite une véritable coopération et une prise de responsabilité de chacun.

 

Photo Blog 01.jpg

 

Au fil de l’avancée du travail, ont émergé un nombre important de compétences acquises par les enfants comme celles de l’ordre de la technologie avec l’initiation et la réflexion autour des idées de montages électriques, de circuits en dérivation pour éviter que des lumières manquent de puissance en se trouvant  sur le même circuit, la mise en place de moteurs et le moyen de les ralentir à l’aide d’engrenages, l’installation des ampoules pour qu’elles rendent le plus d’effet possible sans qu’elles ne soient vues. Le tout dans l’objectif d’éclairer des décors de châteaux  et de canyon américain, aussi de faire tourner des plateaux de personnages dansants. 

 

Photo Blog 03.jpg

 

Dans ce travail de maquettes, sont aussi apparues des compétences d’ordre historique en lien au Moyen-âge et à la Renaissance. Les différences dans la construction des châteaux de ces deux périodes, les modes de vie, les modes vestimentaires, l’aménagement des maisons, les approches différentes de l’existence entre le Moyen-âge et la Renaissance, la réapparition des mythes de l’Antiquité.

Ce travail historique s'est enrichi d'une recherche collective sur l'héraldique avec la création du blason de l'école qui apparaît sur la maquette du château du Moyen-âge. 

 

Blason logo 02.jpg   

Le blason de l'école et ses trois couleurs bleu, doré et rouge, ainsi que sa devise

 

De ce même point de vue historique, les enfants du CM2 se sont interrogés sur le monde de l’Amérique au temps de la colonisation par les colons européens et la lutte pour la possession de la terre des amérindiens.

Les mathématiques et la géométrie ont eu une large place avec le calcul des intervalles et le tracé précis des châteaux (créneaux médiévaux, fenêtres alignées de la Renaissance…)

 

Photo Blog 06.jpg

 

Le travail coopératif a permis de développer des formes de tutorat entre grands et petits (parrainage du travail de conception des châteaux), entre petits et grands (les CP-CE1 formés par leur enseignante, apprenant les montages électriques aux CM1-CM2).

Le travail sur les blasons entamé avec les CP-CE1 a trouvé son apogée dans la création collective du blason de l’école avec des choix à la majorité des enfants autant pour la représentation sur l’écu que pour les mots de la devise.

Les arts y trouvaient bien évidemment toute leur place dans une recherche esthétique qui donne un rendu de grande qualité et proche de la réalité des époques concernées.

 

Photo Blog 07.jpg

 

Ce projet global des maquettes est typique d’un travail pédagogique dit « transversal » car il intègre des compétences très différentes, toutes nécessaires et fortement complémentaires pour réaliser le projet. On peut aussi parler d'interdisciplinarité. Les matières scolaires nécessaires au projet ne sont pas identifiables d'emblée. C'est dans une perspective globale qu'elles se retrouvent comme si des personnes de compétences différentes coopéraient pour un projet qui dépasse leurs propres limites de compétence. 

D'un point de vue pratique, ce qui apparaît, c'est le projet commun à tous avec sa dynamique, ses actions, ses choix, son objectif final. 

Et très vite, pointent toutes les nécessités de connaissance qui permettent l'avancée du travail. C'est ce domaine spécifique que gèrent en plus les enseignants qui encadrent le groupe d'enfants. 

Les enfants se motivent dans la réalisation pratique du projet. Ils se l'approprient par les actions et les choix qu'ils font.  Ils deviennent maîtres d'oeuvre, concepteurs, avec l'aide des enseignants, par les connaissances qu'ils intégrent tout au long du travail. Ce statut qui les place en responsabilité les aide à prendre conscience de la valeur du travail pour le bien commun et pour leur bien propre. Ils y trouvent de la reconnaissance mutuelle. Ils grandissent et murissent en sachant qu'ils portent l'autre en eux, cette idée que dans la vie sociale, on n'existe que par l'existence de l'autre qui a autant de valeur que soi. Les connaissances acquises se placent dans ce contexte dynamique. 

Les enseignants suivent les apprentissages des élèves au fur et à mesure de l’avancée des maquettes. Ils se réunissent à intervalle régulier pour vérifier comment avancent les travaux en cours et où en sont les enfants.

Le schéma ci-dessous résume ce propos. 

 

(en cliquant sur le schéma, il s'agrandit our être mieux lu)

Schéma Pédagogie de Projet.jpg

 

L’objectif pédagogique est de permettre une acquisition formelle de connaissances clairement identifiées (technique de montages électriques, tracé en parallèle et perpendiculaire des fenêtres,  connaissances historiques…) et informelle (chaque enfant trouvant dans les étapes du projet des acquisitions propres à lui-même ; certains ont progressé dans les arts plastiques, d’autres dans l’organisation et la méthodologie, d’autres encore dans leur lien aux autres grâce au partage des responsabilités, également dans une meilleure structuration mathématique… )

 

Photo Blog 10.jpg

 

Derrière l’aspect ludique évident d’un tel projet, telle la petite partie visible d’un iceberg, se cache une construction pédagogique considérable qui permet aux contenus scolaires de trouver une place dynamique. L’objectif n’est pas de savoir pour savoir mais d’utiliser les connaissances nécessaires pour monter un projet de grande ampleur. Il s'agit d'une forme de connaisance fonctionnelle pour laquelle l'enfant comprend de suite qu'elle est utile. Ce sont des connaissances scolaires à part entière, à la différence près qu'elles entrent dans un programme créatif  où elles sont absolument nécessaires pour la réussite finale. A l’image de l’existence de tout un chacun, les élèves apprennent en vivant au jour le jour dans la mise en place d’un projet collectif où ils sont à la fois partenaires et initiateurs, par les choix qu’ils proposent ou qu’on leur propose, par les décisions qu’ils initient ou qu’ils choisissent de voter. La connaissance permet de mieux vivre ensemble, de comprendre les autres et de pouvoir faire des choix individuels ou collectifs qui améliorent la vie du groupe et sa propre vie. La connaissance n'est pas un but mais un moyen.

Les mots-clés sont coopération, prise de responsabilité, bien commun, respect de chacun, place pour tous et pour chacun dans ce qu'il est d'unique, compréhension et écoute.

Ce message éducatif est essentiel à l’heure où le grand monde nous propose au contraire le repli sur soi, l’opposition, la compétition permanente, l’exclusion et même la guerre.

 

Photo Blog 15.jpg

 

Les maquettes animées ne sont pas un jeu de centre de loisirs, mais bien un grand projet de travail, ludique certes, mais surtout qui permet aux enfants de grandir en apprenant des savoir-faire et des savoir-être. Telles étaient les valeurs qui ont porté le projet maquettes animées. 

 

Anecdotes :

 

Les anecdotes qui ont émaillé ce projet sont symboliques de l'appropiation 

 

Diaporama du projet Maquettes Animées réalisé par Laurie Bergogné

 

 

Galerie-photos du projet maquettes animées

 


04/07/2015
3 Poster un commentaire

Le blason de l'école

Blason Ecole des Cèdres 2.jpg

 

Mardi 27 mai

Les trois classes participant au Projet Maquettes Animées ont voté afin de choisir le blason de l'école. Nous nous étions tous réunis dans la classe des CP-CE1.

Dans un premier temps, nous avons choisi entre le blason "doré" et le blason "argenté.

Vote Blason 1.jpg

Vote Blason 3.jpg

Vote Blason 4.jpg

 

A l'issue de ce premier vote où le "doré" l'a emporté haut la main, nous avons voté afin de choisir deux blasons parmi les blasons "dorés".

Entre les deux blasons finalistes, les élèves ont choisi celui qui est devenu le blason de l'école des Cèdres :

Vote Blason 5.jpg 

 

Blason Ecole des Cèdres.jpg 

Devise de l'école.jpg

 

 

Le blason en tissus conçu, réalisé et cousu par Mme Piazza

Blason cousu 01.jpg 

Blason cousu 02A.jpg


27/05/2015
3 Poster un commentaire


Recherche

Vous recherchez ? :