Ecole Primaire Les Cèdres Quetigny

Ecole Primaire Les Cèdres Quetigny

Correspondance Makemo - Quétigny / Légendes de Bourgogne "La Vouivre"

Avant de publier des légendes de Polynésie pour les bourguignons,
légendes que nous enverrons nos amis de Makemo,
voici quelques légendes de Bourgogne pour nos amis polynésiens 
et pour nos lecteurs aussi bien entendu. 
200px-Héraldique_meuble_Dragon_(wyvern).svg.png
La Vouivre de Mont Saint-lean (Côte d'0r)



Elle fait partie des ''contes de bourgogne''. On y cite le cas d'une veuve : Gervaise, austère, froide, qui élève seule son fils : le ''petit Louis''. A chaque quête, elle refuse de donner de l'argent, bien qu'en faisant entretenir ses Vignes, 1a vente du vin soit d'un grand rapport pour elle.

Un jour, en fouillant dans de vieux papiers, elle découvre que le défunt seigneur de Mont Saint-Jean avait légué vignes et trésor à son mari. Mais qu'est donc devenu ce trésor ? Son mari a-t-il eu autrefois peur de la Vouivre, gardienne de celui-ci ?

La Vouivre était une créature, au visage et tronc de femme, avec un corps terminé en queue de poisson...une sorte de sirène vivant sur terre. Installée dans la salle du trésor, elle balayait tous les intrus à grands coups de queue.

Un jour, Gervoise décida, ce que n'avait jamais fait aucun villageois, d'affronter la Vouivre et de se rendre dans la salle du trésor. A la lueur d'une bougie, elle découvrit le coffre, emporta des pièces d'or, mais en ressortant... le petit Louis n'était plus là ! Elle le chercha en vain, catastrophée.

''Malheureuse lui dit une vieille vigneronne, il ne faut jamais pénétrer dans le domaine de 1a Vouivre, elle s'en aperçoit et se venge.

La Vouivre, voyant que Gervaise était devenue moins avare, et distribuait les pièces d'or dérobées aux mendiants, restitua l'enfant. ''Dommage, dit la Vouivre, je l'aurais gardé volontiers, il me tenait compagnie''. Gervaise changea beaucoup plus tard. Elle finit par s'intéresser au sort des pauvres. quant à la Vouivre, elle quitta Mont Saint- Jean pour la banlieue dijonnaise...
Vouivre 03.gif
La Vouivre de Culles (les Roches - Saône et Loire)

Jean, un solide gaillard rentre à la maison après une rude journée de labeur. Personne, en raison de son gabarit, n'ose l'affronter, et il n'a pas son pareil pour tailler la vigne ou couper le bois. En passant devant ''les roches'', il se souvient toujours du conseil de sa grand-mère : ''tu vas voir la Vouivre, elle va t'emmener dans son trou".

En Passant près de 1a falaise, Jean, ce soir-là frissonna. Il entendit retentir un cri strident; est-ce une bête ou une femme ? Il vit devant lui un visage merveilleux, une créature resplendissante, avec de grands yeux en amandes. Sur le front, un diamant bleu, le torse de la belle surmontait une énorme queue couverte d'écaille produisant, en frottant les unes sur les autres, un son mélodieux.

Il dit à la créature ''que veux-tu de moi ?''. Celle-ci tendit sa tête, Jean posa sa main sur le bijou. L'être se transforma alors en une compagne fascinante dont il tomba amoureux et qui l'invita à aller se baigner dans la rivière.

Les deux êtres s'endormirent plus tard. Jean se réveilla seul, plus de trace de l'inconnue, dans sa main brillait la pierre précieuse qui se désintégra, en laissant une trace noirâtre.

On raconte que les personnes qui rencontrent la Vouivre connaissent des moments intenses, mais plus tard, tout s'efface. Les jeunes vignerons, qui sont choisis par l'animal, ne garderont rien de cette passion éphémère.
1343999915-Le-che-teau-1905.JPG
La Vivre de Gemeaux (Côte d'0r)

 

Elle est à la fois femme et serpent ; elle possède des ailes, elle apparaît couverte d'or et de pierres précieuses, avec un énorme bijou sur son front. Son rôle est de garder jalousement le trésor des Templiers. Son aspect ''physique'' ressemble donc beaucoup à celui de la précédente.

 

La Vivre de Lournand (Vers Cluny - Saône et Loire)

 

La Vouivre devient cette foi "le'' Vivre. Elle se cache dans les failles des rochers. Le passant imprudent sent son souffle glacé et doit, en plus, éviter la rivière proche qui charge son venin.
1479391920-71-Couches-sanatorium-de-Mardor-.jpg
                                               Enfin... la Vivre de Couches
C'est une bête apocalyptique, ayant des caractères de serpent et de monstre de la préhistoire. On raconte que ses méfaits ont été innombrables. Elle a dévoré les enfants, affolé la population, semant partout la terreur.

On aurait, paraît-il, essayer de lutter contre elle, par exemple en organisant des battues : toutes les tentatives ont échoué. A chaque combat, elle trouve une parade et dévore ses assaillants.

C'est ainsi qu'on fit appel à un magicien appelé ''Yoata''. Il réussit à envoûter le monstre par le doux son de sa flûte et à le conduire jusqu'au four spécialement construit pour le rôtir. Malheureusement, le magicien, abandonné par la population, connaîtra lui aussi le même sort.
Depuis la tradition se perpétue et à travers tous les siècles, il en reste périodiquement l'organisation d'une fête grandiose
En pays couchois, la Vivre est une bête fantastique qui terrée dans son antre des ''Grands Breux", ne sort que pour répandre la terreur et la désolation, détruisant cultures, troupeaux et habitations, elle dévore aussi les humains.
Vouivre 02.jpg

Après plusieurs tentatives demeurées infructueuses, les Couchois décident un jour d'en finir avec le monstre. Sur les conseils du vieux Sapiens, la Vivre sera conduite au son de la flûte enchantée du magicien Yoata à un four où elle sera brûlée. D'abord promenée par les rues de la ville, la Vivre périt comme convenu, par les flammes au grand soulagement des Couchois en fête.

Mais, terrorisés par les cris de la bête qui se meurt, ces derniers oublient le pauvre magicien prisonnier des flammes.


X Rappelons à ce propos ce que Monsieur J.B. VINCE a dit à ce propos : ''La Vivre à Couches, comme ailleurs, n'a jamais été qu'une fiction bien justifiée, mais une légende comme toutes les légendes, a une raison d'être et fait partie de l'âme des lieux.

 

Informations trouvées sur le site Microservice 71

Lien :  http://microservice71.chez-alice.fr/couches/vivre.html

 

inaug-ens-mirebeau-12.jpg

Marais de la Rosière à Mirebeau



18/03/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 141 autres membres