Ecole Primaire Les Cèdres Quetigny

Ecole Primaire Les Cèdres Quetigny

Correspondance Quétigny - Makemo (Polynésie Française) - Histoire du pêcheur et de la baleine

Cette correspondance scolaire commence par une belle histoire. Mais déjà cette correspondance scolaire EST une belle histoire. L'histoire du parrainage d'une baleine par une école de Côte d'Or racontée sur son blog et commentée par une association d'écoliers de Polynésie en plein Pacifique. Quelques mois plus tard et quelques échanges de mails plus tard, la correspondance a commencé. 

Nos désormais correspondants et amis de Polynésie nous ont donc fait parvenir ce récit de l'île de Makemo.

Merci beaucoup pour cette contribution à la nouvelle correspondance scolaire. 

 

 

baleine-bosse-sylvian-girardot-6157.jpg

 

 

Les familles polynésiennes ont souvent un animal protecteur, un tâura. Les tâura animaux les plus connus sont le chien, le cent-pieds, la frégate et tous les animaux marins. Patricio Utahia nous raconte son étonnante rencontre avec son tâura, une baleine, au large de Makemo.

Un gros poisson mord et m’entraîne

Je m’appelle Patricio UTAHIA. Je suis né à Marokau en 1934. J’ai grandi à Makemo. J’avais 14 ans lorsque cela m’arriva.

Ce jour-là, j’avais décidé d’aller pêcher, le vaù ou le àahi , je préparai mon matériel de pêche et partis pêcher. Je m’approchai de la passe, j’avais l’habitude de ramer près de la passe.

Je lançe ma ligne, peu de temps après, un àahi (thon au nageoires jaunes) mord, je le tire, le monte sur ma pirogue, prends un deuxième appât, un vaù (thon aux dents de chien) mord, recrache mon hameçon. Alors que j’attrape mon 5ème poisson, je dérive au large, entraîné par le courant. J’appâte pour la 6ème fois, lance ma ligne et là, c’est un très gros poisson qui mord et m’entraîne dans ce courant, vers le large, loin.

Je ferre ma ligne et la bobine de nylon frappe mon bras à chaque tour de débobinage. Mon bras est tout gonflé, je ferre ce poisson pendant 2 heures environ avant de le hisser à bord de ma pirogue. L’île de Makemo est alors très loin, je la distingue à peine, tellement je suis éloigné d’elle. Quant à mon bras, il est très douloureux, lorsque  je tiens ma rame, je n’arrive pas à la soulever, le poisson est dans la pirogue, je ne sais plus que faire, je suis très loin de l’île.

Une baleine vient à mon secours

Une baleine émerge alors, tout près de ma pirogue, et je ne sais pas comment j’ai cette idée de diriger ma pirogue sur son dos.

La baleine s’immerge, j’avance ma pirogue, la baleine se soulève et ma pirogue ne touche plus la mer, elle est portée au-dessus, et c’est ainsi que la baleine me transporte jusqu’à l’île. Cela dure longtemps car la distance est grande. La baleine avance ainsi, alors que je suis assis dans ma pirogue sur son dos, elle avance et s’approche de la passe.

Le courant entre, alors qu’il était sortant lorsque je commençais ma partie de pêche. Maintenant, le courant entre dans la passe. Lorsque nous arrivons en bord de passe, la baleine s’approche du rivage, puis plonge pour se libérer et me laisse seul.

Je l’appelle et lui dit « Je te remercie de m’avoir porté et ramené, sans toi, je serai sans doute mort ». Je n’ai pas pensé à ce moment-là à lui offrir un poisson.

Une aventure étonnante

J’ai rangé ma pirogue et mon matériel, puis je suis rentré à la maison et j’ai demandé à mon père de m’aider à porter tous ces poissons. Je lui ai alors raconté ce qui venait de m’arriver, qu’une baleine m’avait ramené à terre.

« Lui as-tu donné un poisson ? » me demanda mon père.
« Je n’en ai pas eu le temps, la baleine a plongé pour se délester de sa charge, je n’ai pas eu le temps »
« C’est une aventure étonnante, vraiment étonnante » dit mon père.
« Les êtres marins pour nous, cela signifie de la nourriture, et pourtant cet être marin, cette baleine, elle a compris que j’étais en difficulté et elle est venue m’aider. »

Nos dirigeants quant à eux ne voient pas qu’il y a des familles qui ont besoin d’aide.

Lorsque je raconte cette histoire, les larmes me coulent des yeux, car la baleine est un être marin et elle a compris que j’étais en difficulté et elle s’est portée à mon secours.
Je suis monté sur son dos, elle s’est soulevée pour ne pas que ma pirogue dérive. Notre retour a duré longtemps car c’était loin, la lumière du phare de la passe était à peine visible.

Voilà ce qui m’est arrivé.

 

Photos Makemo.jpg

Galerie photos de Makemo

 

Retrouvez ce récit sur le site Tahiti Héritage

Lien direct :  https://www.tahitiheritage.pf/baleine-makemo/



26/02/2017
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 136 autres membres