Ecole Primaire Les Cèdres Quetigny

Ecole Primaire Les Cèdres Quetigny

Histoire d'une oeuvre / "La jeune Fille à la Perle" de Johannes Vermeer - 1665

LA JEUNE FILLE à la PERLE

(Meisje met de parel)

Tableau de Johannes Vermeer, vers 1665

Huile sur toile – 44,5 cm x 39 cm

Exposé au Musée Mauritshuis à Den Haag (La Haye)

 

 

Johannes_Vermeer_(1632-1675)_-_The_Girl_With_The_Pearl_Earring_(1665).jpg

 

 

Ce célèbre tableau de Vermeer présente le buste d’une jeune femme anonyme. Certains spécialistes pensent qu’il s’agit d’une des filles de Vermeer. Elle porte une perle à l’oreille, aussi un turban sur la tête.

Le sujet et sa composition ont fait dire de cette œuvre qu’il s’agit de la « Joconde du Nord » tant elle est proche du tableau de Léonard de Vinci.

« La Jeune Fille à la Perle » appartient au genre Tronies, du mot néerlandais qui signifie visage, un genre distinctif de la période de l’âge d’or de la peinture néerlandaise dans les provinces unies au milieu du XVIIème siècle (1600-1700). Ce fut une période exceptionnelle pour sa riche production picturale. Cela a duré des années 1620 jusqu’à l’invasion française de 1672, lors de la guerre de Hollande. La peinture de cette époque sera profondément influencée par ces évènements. Outre Vermeer, d’autres peintres ont marqué leur époque : Gerard ter Borch, Ferdinand Bol, Frans Hals et surtout Rembrandt.

 

Actuellement, ce tableau est considéré comme un chef d’œuvre inestimable par la qualité de sa composition et l’atmosphère si particulière qu’il dégage.

 

Il semblerait que le tableau soit une commande d’un des clients et protecteurs du peintre, soit le boulanger Hendrick Van Buyten, soit un riche percepteur Pieter Van Ruijven.

« La Jeune Fille à la Perle » a d’abord été acquis par ce dernier. Son beau-père l’aurait vendu aux enchères à Amsterdam le 16 mai 1696 lors de la succession de l’imprimeur de Delft, Jacob Dissius. Le tableau appartenait à un lot numéroté 38, 39 et 40. La vente a commencé à 17 florins pour l’œuvre de Vermeer.

Il est ensuite passé entre les mains de notables de Delft avant de tomber dans l’oubli pendant deux siècles.

Un homme politique du début du XXème siècle, Victor de Stuers, découvre cette œuvre non signée et pense qu’il s’agit d’une œuvre de Vermeer. Il en parle à son ami collectionneur Arnoldus Andries des Tombe qui l’achète aux enchères pour quelques florins. L’hypothèse se révèle juste. Il s’agit bien d’un tableau de Vermeer. Le nettoyage de la toile fait apparaître le nom du peintre. En 1881, Des Tombe prête l’œuvre au musée Mauritshuis avant de lui léguer à sa mort en décembre 1902. Le tableau y est toujours conservé. C’en est d’ailleurs une pièce maîtresse.

 

 

 

Mauritshuis musée Den Haag.jpg

Musée Mauritshuis à Den Haag (La Haye), Pays-Bas

 

 

En 1994, « La jeune Fille à la Perle » a été restaurée. Cela a permis de d’apprécier davantage la qualité de cette œuvre et de mieux comprendre la technique employée par Vermeer. La restauration de la Jeune Fille à la Perle en 1994 a eu lieu en public et non dans le secret du musée.

  

C’est un tableau presque carré (44 cm sur 40 environ). Il est présenté dans un cadre de bois sculpté avec des motifs floraux.

La jeune femme est une adolescente ou une très jeune femme dont on ne voit que le buste. Le fond du tableau est d’un noir uniforme. Par sa position avec des épaules tournées vers la gauche, on découvre d’elle son visage au trois-quarts avec ses yeux qui fixent le spectateur. La position de ses lèvres semble indiquer qu’elle nous dit quelque chose ou qu’elle va nous le dire. La sensualité des lèvres rouges laisse supposer qu’elle va nous dire un secret. C’est sans doute cet aspect du lien intime entre la jeune femme et le spectateur qui donne au tableau cette atmosphère si particulière. 

Elle porte un turban bleu outremer et blanc, surmonté d’un tissu jaune qui descend dans le dos. Ce côté exotique a fait que le tableau a longtemps été appelé « La jeune Fille au Turban ». La perle qui donne maintenant son nom officiel au tableau est d’une nature que les spécialistes discutent encore.

La jeune femme semble porter une veste épaisse avec peu de plis. Elle est de couleur ocre foncé qu’un col blanc rehausse en partie.

Le tableau est éclairé par une source lumineuse venant de la gauche. Cette lumière blanche éclaire le visage presque de face. Le positionnement de celui-ci permet un jeu d’ombres élaboré qui trouve son point d’orgue dans le reflet scintillant de la perle.

 

 

La_jeune_fille_à_la_perle_-_Vermeer_-_détail_de_la_perle.png  Reflet scintillant de la perle

 

Aucune date n’est indiquée sur le tableau. Mais de l’avis général des chercheurs, on estime qu’il a été réalisé entre 1664 et 1667.

Au départ, il n’avait pas de nom. On l’appelait simplement Tronie du nom du genre de peinture très en vogue à cette époque. Puis la découverte par le collectionneur Arnoldus Andries des Tombe va modifier la donne :

En 1908, il est appelé « La jeune Fille » ou « Tête de jeune Fille » (« Head of a girl » en 1952). Après la seconde Guerre Mondiale, on le désigne avec l’idée du turban (« Jeune Fille au Turban » en 1952 aussi et en 1974). Ce n’est qu’après 1970 que petit à petit s’imposera le titre « la Jeune Fille à la Perle », surtout en raison de l’énorme succès du roman de Tracy Chevalier  qui porte ce nom et dont le sujet est justement le tableau de Vermeer. Ce roman sera traduit en français en 2000.

En 1995, le Mauritshuis lui-même appelle le tableau « La jeune Fille à la Perle ».

 

 

 

 La_jeune_fille_à_la_perle_-_Vermeer_-_détail_de_la_bouche.png
 Détail de La Jeune Fille à la perle permettant de voir le point clair qui apparaît après la restauration de 1994.

 

La_jeune_fille_à_la_perle_-_Vermeer_-_détail_de_la_bouche_avant_restauration.png

Le même détail avant restauration.

 

On ne sait pas avec certitude qui est la jeune fille qui sert de modèle à Vermeer. Une servante de la famille ? Une des filles du peintre ?  Même si la plupart des spécialistes pensent qu’ils s’agit d’une des filles du peintre, Maria ou Elisabeth (Lijsbeth), en fin de compte, on considère que ce débat n’a pas beaucoup d’importance tant le tableau est d’abord marquant parce que le portrait n’a pas pour but de représenter quelqu’un en particulier mais surtout un personnage portant un vêtement exotique dans l’art du tronie.

 

 

Roman.jpg

 

Ce tableau a eu des répercussions au XXème et XXIème siècle d'autant plus qu’il a inspiré un roman devenu best-seller. L'écrivain Tracey Chevalier a imaginé les circonstances de la réalisation de ce tableau. Passionnée de Vermeer, elle a cherché à comprendre ce qui se cachait dans le mouvement des lèvres de la jeune femme, ce qu'elle cherchait à dire. C'est ce qui générer l'écriture du livre. 

 

Résumé d'après Wikipédia "En 1664, Griet, jeune fille curieuse et timide issue d'une famille pauvre de Delft, est engagée comme servante dans la maison de Johannes Vermeer pour s'occuper des six enfants de la famille et surtout pour faire le ménage dans l'atelier du peintre. Celui-ci, sentant le potentiel artistique qui se dégage de la jeune fille, lui fait découvrir petit à petit les rudiments de l'art qu'il exerce. Leur proximité va entraîner de nombreuses tensions au sein de la maison des Vermeer, ainsi que des rumeurs qui vont rapidement se propager en ville."

 

Un film avec Colin Firth et Scarlett Johansson a été tiré du roman. On retrouve une similitude troublante entre la jeune femme du tableau et Scarlett Johansson.

 

Film.jpg 

 

 

Bande-annonce du film 

 

 

 

 

 

 

 

Coloriage à imprimer

 

coloriage-vermeer-jeune-fille-perle.gif 

Articles de la même rubrique

 

Histoire d'une oeuvre / "Les Tournesols" de Vincent van Gogh - Août 1888

Histoire d'une oeuvre / "La Joconde" de Léonard de Vinci - vers 1503-1506

Histoire d'une oeuvre / "La Dame à la Licorne" - Fin XVème-Début XVIème siècle

Histoire d'une oeuvre / "Les Nymphéas" de Claude Monet - 1915-1926

Histoire d'une oeuvre / "Guernica" de Pablo Picasso - 1937

Histoire d'une oeuvre / "Le Penseur" de Rodin - 1880-1881

HISTOIRE D'UNE OEUVRE / "La Liberté guidant le peuple" d'Eugène Delacroix

Histoire d'une oeuvre / Le Manneken Pis à Bruxelles

Histoire d'une oeuvre / "La Laitière" de Jan Vermeer

HISTOIRE D'UNE OEUVRE / "LA VAGUE" de HOKUSAI

Ekaterina Panikova - Peinture sur livres

Street Art - L'art de la rue



07/11/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 141 autres membres