Ecole Primaire Les Cèdres Quetigny

Ecole Primaire Les Cèdres Quetigny

La course d'orientation à l'école primaire des Cèdres - CM2 - Octobre-Novembre 2016

La course d'orientation à l'école primaire des Cèdres

 

Course d'orientation 10.jpg 

 

Dans le cadre du partenariat avec l'UFR STAPS, la faculté des sciences du sport, les élèves de l'école des Cèdres ont la chance  tous les ans d'être encadrés par des étudiants professeurs qui les initient à différentes pratiques sportives. Cela dure environ trois mois, d'octobre à décembre.

 

Pour l'année 2016, les élèves de CM2 de la classe de M. Marchand pratiquent la course d'orientation à travers différentes activités complémentaires, toutes centrées sur le repérage sur une carte du parc des Cèdres ou celui du Cromois de l'autre côté de la rue. 

 

L'objectif est de retrouver des balises cachées dans ces espaces.

C'est un travail par équipe ou individuel en fonction des activités proposées par les professeurs. 

Au-dela de la pratique sportive que cela suscite (course et déplacement rapide), c'est aussi une initiation à la lecture de cartes, une manière inhabituelle pour les enfants de se repositionner sur un plan à taille réduite pour envisager leurs déplacements sur l'espace réel. 

 

De ce fait, la course d'orientation est une activité transdisciplinaire qui requiert des capacités à la fois physiques et mentales, une recherche concrète basée sur une représentation et des déplacements virtuels avant d'entrer en action dans la réalité. On est aux frontières de la géométrie, des mathématiques (notamment la proportionnalité), de la géographie et du sport. 

 

C'est aussi une autre manière de représenter son corps dans un espace donné : "Où sommes-nous sur la carte ? Pour aller à cet endroit sur la carte, dois-je partir à gauche ou à droite, devant ou derrière moi ? La balise qui se trouve dans cet endroit est-elle loin ou près, plus par ici ou plus par là ? 

 

La course d'orientation est un moyen plaisant et ludique pour des enfants de s'approprier l'espace environnant, de se placer dans le monde à la fois d'un point de vue psychique (j'existe parce que, dans cet espace défini par une carte, je me déplace virtuellement, je repère d'avance l'endroit où est caché une balise) et d'un point de vue physique puisque le corps en mouvement fait le lien avec la réalité de ce monde dans lequel est caché réellement la balise. 

 

C'est donc une pratique qui permet aux enfants, en plus de jouer, de grandir, de mûrir, de mieux appréhender ce qui les entoure, de mieux comprendre l'organisation de leur environnement, naturel ou non. 

 

 

Course d'orientation 33.jpg

 

 

La chance de l'école des Cèdres est de posséder un magnifique parc, en partie adjacent à l'établissement, et ainsi de pouvoir utiliser cet espace dans le cadre d'activités scolaires. 

 

Concernant la course d'orientation, le travail proposé par les étudiants-professeurs est remarquable autant d'un point de vue pédagogique que d'un point de vue organisationnel. Les élèves attendent chaque mardi avec impatience pour se confronter à nouveau à cette verdure qui leur sert de terrain de jeu et de "chasse aux trésors".  

 

Ce travail très varié montre les facettes multiples liées à la course d'orientation, une riche découverte pour les enfants. 

 

 

Course d'orientation 22.jpg 

 

Commentaires d’enfants

 

Ce que j’ai aimé :

J’ai aimé la chasse au trésor parce que c’était la dernière séance et il y avait un goûter.  (Sarah J.)

J’ai aimé les codes à déchiffrer parce que c’était bien (Etienne)

J’ai aimé le dernier cours parce que la finale était en équipe et pas individuel. J’ai tout aimé. (Amine)

J’ai aimé ce que les étudiants professeurs ont fait pour moi : ils m’ont aidée. (Lou)

J’ai aimé quand on a tous attrapé le trésor car on l’a porté. (Siryam)

J’ai bien aimé chercher les balises parce qu’on se croyait dans une compétition. J’ai tout aimé. (Mathys)

J’ai aimé chercher les balises car je les trouvais. (Désiré)

J’ai aimé trouver les balises parce qu’au début je ne savais pas me repérer avec une carte. (Solenn)

J’ai aimé quand on cherchait des balises parce qu’on on pouvait se repérer sur une carte. (Camille)

J’ai aimé chercher des balises parce que je galérais à les chercher et c’était marrant. (Johan)

Ce que j’ai aimé, c’est d’aller chercher des balises parce que ça faisait du bien de se promener dehors et chercher. (Sarah L.)

J’ai adoré la dernière séance car on s’est vraiment bien amusés. En plus c’est mon équipe et moi qui avons trouvé le trésor. (Thibaud)

J’ai aimé trouver toutes les balises parce qu’à la fin, on gagnait. Et aussi le décryptage car il fallait trouver les lettres. (Aaron)

J’ai aimé chercher en groupe parce que c’était drôle et sympa. (Hugo)

J’ai tout aimé. (Manelle)

J’ai bien aimé chercher des balises avec Francis et Désiré parce qu’on a bien rigolé ensemble. (Corentin)

J’ai bien aimé les premiers jours parce qu’on était en groupe avec nos amis et j’ai bien aimé à la fin avec le goûter. (Nylan)

J’ai aimé parce qu’ils étaient trop gentils les étudiants professeurs et non pas méchants. J’ai tout aimé car ils m’ont appris. (Inaya)

J'ai aimé quand on devait trouver es balises en équipes parce que c'était pas trop dur. (Clément)

J'ai aimé cacher des balises parce que les autres on eu du mal à les retrouver. (Francis)

 

Ce que je n’ai pas aimé :

Je n’ai pas aimé les premiers jours de C.O. parce que c’était dur. (Etienne)

Il n’y a rien que je n’ai pas aimé (Amine)

C’est le temps qu’on nous a donné (Lou)

C’est quand nous étions divisés en deux équipes car je trouve que ça pourrait être mieux par groupe de 5. (Siryam)

Je n’ai pas aimé la dernière séance car, pour la balise, j’ai tourné en rond et j’ai perdu beaucoup de temps. (Désiré)

Je n’ai rien pas aimé. (Solenn)

Je n’ai pas aimé quand on a fini la C.O. car j’aime beaucoup la C.O. (Camille)

Je n’ai pas aimé que pendant que les autres cherchaient allaient aider les autres personnes de l’équipe, moi je devais rester à attendre, mais c’était rigolo. (Sarah L.)

Quand on était tout seul, je n’arrivais pas à trouver le trésor. (Thibaud)

Je n’ai pas aimé le parcours sans chiffres parce qu’il fallait trouver l’ordre. (Aaron)

Je n’ai pas aimé quand Inaya me suivait. (Hugo)

Il n’y a rien que je n’ai pas aimé. (Manelle)

Je n’ai pas aimé chercher des balises dans tous les coins parce que ça me fatiguait. (Corentin)

Il n’y a rien que je n'ai pas aimé. (Nylan)

Je n'ai pas aimé quand je devais trouver des balises tout seul ; en plus, elles étaient bien cachées. (Clément)

Je n'ai pas aimé chercher des balises car je tournais en rond. (Francis)

 

Ce que j’ai appris :

J’ai appris à courir plus vite et me repérer sur une carte (Sarah J.)

C’est de me repérer sur une carte (Etienne)

Déjà, je n’avais jamais fait de course d’orientation, donc j’ai appris ce sport. En plus j’ai appris à m’orienter sur une carte. (Amine)

J’ai appris à mieux me repérer. (Lou)

J’ai appris à le repérer sur un plan. (Siryam)

J’ai appris à m’orienter sur une carte. (Mathys)

J’ai appris à me repérer, à situer où sont les balises. (Désiré)

J’ai appris à me repérer sur une carte. (Solenn)

J’ai appris à me repérer sur une carte. (Camille)

J’ai appris à m’orienter sur une carte. (Johan)

J’ai appris à me repérer sur une carte et à en faire une. (Sarah L.)

J’ai appris à m’orienter car je ne savais pas m’orienter sur une carte. (Thibaud)

J’ai appris à m’orienter. (Aaron)

J’ai appris à me repérer sur une carte. (Hugo)

J’ai appris à me repérer sur une carte et à l’orienter. (Manelle)

J’ai appris à me repérer sur une carte. (Corentin)

J’ai appris à m’orienter sur une carte. (Nylan)

J’ai appris à me repérer sur une carte. (Inaya)

J'ai appris à me repérer sur une carte de C.O. et sur un plan. (Clément)

J'ai appris à manier une carte parce que c'est plus facile pour moi de me repérer. (Francis) 

 

Une anecdote :

C’est quand je cherchais la balise sauf qu’elle était là. (Sarah J.)

C’est quand Francis s’est fait courser par un chien ; il a commencé à crier et à lâcher ses affaires. (Etienne)

En fait, je cherchais la balise et j’ai dit à un professeur qu’il n’y avait pas de balise. Il m’a dit de chercher. J’ai fait : « Fuuuu » et je l’ai trouvée. (Amine)

J’ai bien aimé quand un lapin a traversé le parc. Ça m’a fait peur. (Lou)

C’est quand Francis s’est fait courser par un chien et quand il a commencé à crier puis il a lâché ses affaires. (Solenn)

Mon anecdote c’est quand Mathys est tombé par terre au moment où nous avons trouvé le trésor. (Siryam)

Thibaud et moi, nous aidions Clément à chercher sa balise. Mais Clément avait regardé sur la carte adverse. Du coup Thibaud et moi, on cherchait au mauvais endroit. (Mathys)

Quand je cherchais une balise dans la petite forêt, un gland m’est tombé sur la tête. (Camille)

J’ai aimé quand Francis s’est fait courser par un chien et quand il a crié d’une voix aigüe puis il a lâché toutes ses affaires. (Aaron)

J’ai cru que c’était le numéro 1 parce que c’était Cèdre 1. (Corentin)

C’est quand Francis s’est fait courser par un chien. Il a commencé à tout lâcher et à crier. C’était très rigolo. (Nylan)

Nous avons fait un code et c’était trop bien et trop bon. (Inaya)

Je me suis fait courser par un chine et j'ai fait tout tomber : mon manteau, ma pochette etc... (Francis)

 

 

Galerie Photos

 



16/11/2016
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 141 autres membres