Ecole Primaire Les Cèdres Quetigny

Ecole Primaire Les Cèdres Quetigny

Livre - Essai / "Les Identités Meurtrières" par Amin Maalouf

Parce que l'année 2016 continue de par le monde, en France y compris, à diviser les hommes au lieu de les rassembler, c'est l'opportunité de remettre au goût du jour ce livre essentiel de Amin Maalouf sur l'identité, sur les identités.

 

Amin Maalouf - Identités Meurtrières 03.jpg

 

Les Identités Meurtrières

de Amin Maalouf

Editions Grasset 

Le livre de poche n°15005 / 189 pages

 

 

Amin Maalouf - Identités Meurtrières.jpg Version d'origine - Editions Grasset

 

 

 

Amin Maalouf formule un vœu pour son livre : 

"que [son] petit-fils, devenu homme, le découvrant par hasard dans la bibliothèque familiale, le feuillette, le parcoure un peu, puis le remette aussitôt à l'endroit poussiéreux d'où il l'avait retiré, en haussant les épaules, et en s'étonnant que, du temps de son grand-père, on eût encore besoin de dire ces choses-là."

 

Il est vrai que ce livre renferme une somme conséquente d'évidences sur l'identité, ou encore sur les identités, ou plutôt sur notre identité multiple. Et pourtant, on peut constater avec regret que ces évidences n'ont plus leur place en ce monde. 

 

A la lecture de ces pages, on peut se rendre compte que l'humanité passe à côté de ces évidences qui sont pourtant l'essence de la vie humaine. 

 

Du Moyen-Orient à l'Occident, en traversant l'ensemble des continents, en visitant un grand nombre de peuples, partout ce sont des êtres humains, les mêmes et tous différents, tous complémentaires. Cela peut paraître simple de le dire, de l'écrire. Pourtant non. On ressort de ce livre avec des yeux grands ouverts sur les béances de notre monde, et l'évidence devient cet objet obscur et refoulé que beaucoup gardent au fond d'eux, sans chercher à trop y regarder, de peur de trouver là les raisons de leur surdité et de leur vision aveuglée de l'existence d'autrui. 

Cet ouvrage est une lumière sur notre obscurité parfois voulue. 

 

Nous sommes complexes. Nos identités sont complexes. Chacune d'elles. Dans un monde qui cherche à tout simplifier. Même nos identités. 

 

Le livre d'Amin Maalouf passe au crible les grands conflits (anciens et actuels) de notre planète, conflits collectifs et individuels, les religions, les doctrines, les traditions, les rites et les croyances. Un livre qui ouvre un champ considérable de questions, qui ouvre l'esprit à une autre image de "l'autre", à une autre image de soi-même. C'est un essai (comme il est défini par l'auteur), et aussi plus qu'un simple essai. C'est une clé vers ce que notre monde pourrait être si nous regardions cet autre, ailleurs et à côté de nous, d'un oeil différent et moins hostile, avec l'évidence qu'il est autant humain que nous, qu'il soit suédois, sud-africain ou arabe, juif musulman ou orthodoxe, noir jaune rouge ou blanc. Qu'au-delà de toutes nos appartenances, il en est une qui nous est commune à tous, c'est notre humanité, égale pour tous, partout, hier, aujourd'hui et demain. 

 

Considérant ce point de vue comme une base pour penser le monde, c'est avec un autre regard que l'on observe sa marche et ses tourments. C'est avec cet autre regard  que l'on pose des espoirs pas forcément vains. 

 

Forcément ce livre trouve aisément sa place sur un blog d'école, lieu d'éducation s'il en est, lieu d'expérimentation de ce qu'est la tolérance et le partage. Car, si le monde doit changer, ce sont avant tout les adultes de demain qui seront aux commandes. Et les adultes de demain, ce sont les enfants d'aujourd'hui, ceux qui sont dans les écoles ou ceux qui devraient y être (ceux des pays où la vie ressemble davantage à de la survie). 

Les propos d'Amine Maalouf, les enseignants pourraient les tenir à leurs élèves. Ils les tiennent déjà en partie, tant l'école de la République est porteuse de cet espoir d'avancer ensemble malgré nos différences, grâce à nos différences.  

 

Voici donc un ouvrage hors du temps qui comme Amine Maalouf l'a fort bien énoncé dés le départ, ne devrait même pas exister car le fait qu'il reste une référence signifie que le monde ne va pas bien. 

 

tableau-decoratif-carte-du-monde-par-richard-unglik.jpg

 

 

Extraits

 

 

(page 17 à propos de nos différentes appartenances) "C'est justement cela qui fait la richesse de chacun, sa valeur propre, c'est ce qui fait que tout être est singulier et potentiellement irremplaçable."

 

 

(page 28) "L'humanité toute entière n'est faite que de cas particuliers, la vie est créatrice de différences, et s'il y a "reproduction", ce n'est jamais à l'identique."

 

 

(page 42) "Lorsque nous installons telle communauté dans le rôle de l'agneau, et telle autre dans le rôle du loup, ce que nous faisons, à notre insu, c'est accorder par avance l'impunité aux crimes des uns."

 

 

(Page 50) Le pays d'accueil n'est ni une page blanche, ni une page achevée, c'est une page en train de s'écrire."

 

 

(Page 76) "Quand... des musulmans du tiers-monde s'en prennent violemment à l'Occident, ce n'est pas seulement parce qu'ils sont musulmans et l'Occident chrétien. C'est aussi parce qu'ils sont pauvres, dominés, bafoués et que l'Occident est riche et puissant."

 

 

(page 110) "Une vision du monde qui transcende notre existence, nos souffrances, nos déceptions, donne un sens à la vie, à la mort (...) Séparer l'Eglise et l'Etat ne suffit pas : tout aussi important serait de séparer le religieux de l'identitaire."

 

 

(page 124) Respecter quelqu'un, respecter son histoire, c'est considérer qu'il appartient à la même humanité, et non à une humanité différente, une humanité au rabais.  

 

 

(page 142) Chacun devrait pouvoir assumer, la tête haute, sans peur et sans rancoeur, chacune de ses appartenances. 

 

 

(page 153) Un homme peut vivre sans aucune religion, mais évidemment pas sans aucune langue.

 

 

(page 170) Une laïcité sans démocratie est un désastre à la fois pour la démocratie et pour la laïcité. 

 

 

(page 177) Parce qu'on porte déjà sur son visage la couleur de son appartenance, parce qu'on fait partie de ceux qu'on appelle dans certaines contrées "les minorités visibles", alors on n'a pas besoin de longues explications pour comprendre que les mots de "majorité" et de "minorité" n'appartiennent pas toujours au vocabulaire de la démocratie. 

 

 

Pascal Marchand

 

 



26/01/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 137 autres membres