Ecole Primaire Les Cèdres Quetigny

Ecole Primaire Les Cèdres Quetigny

Les yeux de l'art

LES YEUX DE L’ART

 

 Semur-en-Auxois, revue et corrigée

 

 

Que ça fait du bien quand les yeux de l’art et des artistes se penchent sur ce monde !

 

Pourtant l’art n’a rien de fonctionnel, et heureusement, il n’est pas fonctionnel. Il se penche sur l’humanité et sa Terre en s’attardant sur les bords de chemin, sur les taillis sauvages, sur les marges qui parlent autant de la route que si on se trouvait en son milieu balisé. Car la route balisée n’a de sens que parce qu’elle est signifiée par ses bordures qui ouvrent sur d’autres paysages, sur les possibles que la raison ignore, sur les espoirs qu’on exclut par ignorance.

 

Et l’art combat l’ignorance par le ressenti à fleur de peau, en battements de cœur et en émotion.

 

 

 

 

L’art est un vagabond qui traîne sur les bas-côtés, qui s’émerveille des lumières et des ombres, qui vit de plongée et de contre-plongée, de vagues et d’ondulé contre l’horizontalité des regards bardés d’œillères.

 

L’art ignore la peur, ou la vainc en l’utilisant comme une énergie créative.

La peur, la faim, la douleur deviennent colère et combat, mouvement et création.

 

L’art naît de l’esprit libre. Il ne peut être détruit. Car s’il meurt quelque part, il renaît ailleurs chez quelqu’un d’autre. Un relais dans le temps et l’espace, du passé au futur, d’un continent à l’autre. Il suffit d’un seul humain vivant pour reprendre le flambeau. 

 

L’art ignore les frontières. Son univers est aussi grand que l’humanité entière, même au-delà.

Il est né avec le premier homme et se terminera avec le dernier vivant.

 

L’amour, la fraternité, les mains tendues sont des mots de son univers, sans exclusive, sans compétition, sans concurrence, hors des carcans de religiosité, hors des valeurs comptables de mécène. Il suffit de saisir ses propos, sa réactivité, ses élans.

 

"Docteur Folamourde Stanley Kubrick, «Hiroshima mon amour» de Alain Resnais, «Godzilla» (le 1er opus japonais), chacun à leur façon, disaient déjà l’enfer et la folie nucléaire longtemps avant Tchernobyl et Fukushima. Et quand les drames se sont réellement produits, les images de l’art ont refait surface pour mieux parler du réel, comme une mémoire déjà présente de ce qui n'était pas encore, mais qu'on savait pourtant possible, peut-être inéluctable.

 

L’art parle d'ailleurs souvent avant le constat du réel. Une proclamation de ce qui est heureux, ou peut l'être, ou bien encore une prise de conscience de ce qui menace, de ce qui condamne, de ce qui déjà se détruit.

 

 

Victor Hugo

 

 

Les écrivains et les poètes promènent leurs chants de mots en prose ou en vers dans les prairies des âmes vagabondes, dans le creuset des douleurs oubliées, dans les chroniques de vie qui ne sont plus d'actualité, dans les songes d'une vie meilleure à laquelle chacun en ce monde aspire.

Comédies et tragédies de fiction évoquent l’humanité dans ses grandes épopées ou ses petites histoires qui font la grande mémoire du monde.

 

Le théâtre, comme celui de Bertolt Brecht, amène le spectateur à avoir un regard critique. Il suscite la réflexion et le jugement plus que l'identification, que ce soit par le rire ou les larmes.

 

Les scénarii hollywoodiens des films catastrophes pensaient déjà le 11 septembre bien longtemps avant le 11 septembre. Entre une tour infernale en feu et un requin tueur sur les côtes américaines du Pacifique, émerge le même personnage d'une société qui détruit, dans un spectacle où l'on ne voit d'abord que les trucages les plus performants.

 

Les comédies sociales britanniques font rire autant qu’elles émeuvent de ces petites vies presque sans importance qui disent que les « héros » sont des gens ordinaires avec des besoins presque ordinaires dans une situation placée sur le terrain artistique de l’extraordinaire.

 

Le commun devient singulier, l’anodin devient essentiel et dans les yeux de ces gens de passage, inspirés des artistes, surgit le rêve, l’envie d’aller plus loin, alors que la normalité de l’existence mise en tiroirs voudrait les en limiter.

Et ces gens de passage, êtres de fiction ne sont que des semblables, presque clones, à ces vraies personnes dans la vraie vie qui disent et qu'on n'entend pas. L'art cinématographique leur donne la parole à haute voix.

 

Les œuvres picturales ou sculptées nous entraînent dans le mouvement des couleurs, dans les champs en relief de premier plan en arrière-plan, vers ces contrées que chacun s’invente.

 

La musique et la danse nous offrent les tourbillons de vie qui nous sortent de l’immobilité qu’on nous impose malgré la façade des belles idées vidées de leur sens.

 

Les photographes posent leur caméra sur des instants de lumière inattendue, sur des portions de paysages qu'on n'avait pas vues, sur des cadrages décalés qui disent le monde autrement, sur des scènes de vie qui émerveillent, interrogent ou bouleversent.

 

 

 

 

L’art donne de la profondeur au regard. Il fait voir l’invisible, il fait vibrer le moindre frisson, le plus petit souffle de vent et de couleur.

 

La vie sans l’art, c’est comme un océan sans houle, sans écume et sans tempête.

 

Pascal Marchand


11/01/2017
0 Poster un commentaire

Cross des Cèdres 2019 - Vendredi 12 avril

Cross des Cèdres 2019

 

 

DSC00658 (2).JPG

 

 

Pour sa troisième édition, le cross de l'école des Cèdres a bénéficié du beau temps malgré les jours pluvieux qui ont précédé. De nombreux parents étaient présents pour encadrer les différentes courses, six au total : 7 min, 11 min, 15 min, 18 min et deux courses de 20 min du fait du nombre important d'élèves qui s'étaient inscrits sur ce temps. 

 

Comme les années passées, les enfants ont massivement soutenu leurs camarades en course par des encouragements, par des mains tendues à checker. Pour beaucoup d'élèves, ce fut un dépassement d'eux-mêmes avec une grande envie de faire mieux qu'à l'entraînement. 

 

Tout s'est passé pour le mieux. Certains enfants ont dépassé les 4 km et pratiquement atteint le cinquième (4.750 m de parcourus).

 

L'équipe éducative de l'école des Cèdres remercie très chaleureusement les parents qui se sont investis dans l'encadrement des élèves et ceux qui sont venus ne serait-ce qu'une demi-heure pour participer à la fête. Car, en effet, c'était une belle fête où visiblement beaucoup se sont fait plaisir. 

 

Voici maintenant les albums photos des différentes courses :

 

 

Course de 7 minutes

 

 

 

 

 

Course de 11 minutes

 

 

 

 

Course de 15 minutes

 

 

 

 

Course de 18 minutes

 

 

 

1ère course de 20 minutes

 

 

 

Bientôt la dernière galerie de la deuxième course de 20 minutes...

 

 

 

Lien vers d'autres articles sur ce thème

 

Cross des Cèdres 2017

Cross des Cèdres 2018


19/04/2019
0 Poster un commentaire

APC - Photos retouchées - Ecole des Cèdres décalée - CM2 - Mars-Avril 2019

Photos retouchées

 

 

DSC00465.JPG

 

 

A partir de clichés pris par les enfants dans la cour de l'école,

le groupe les a retouchées via le logiciel Photo Filtre.

Certaines ont ensuite été de nouveau retouchées via le logiciel Bloggif.

 

En voici quelques résultats :

 

 

bloggif_5cb065b81e7ec.jpg

 

bloggif_5cb066a76602c.gif           bloggif_5cb0667eca67f.gif  

 

bloggif_5cb06628bbe9f.jpg




bloggif_5cb066572a684.jpg

 

bloggif_5cb06641911cb.jpg

 

 

DSC00462B.jpg

 

 

 

Galerie des photos d'origine prises par les enfants

 

 

 


12/04/2019
0 Poster un commentaire

Perspectives de chambres - Arts visuels - CM2 - Avril 2019

Perspectives de chambre

Création d'élèves de CM2

Avril 2019

 

Chambre Marine Bloggif 00.gif

 

Entre géométrie et arts plastiques...

 

Chambre Mathias Publisher 01.jpg

 Création de Mathias (CM2)

 

 

 

Chambre Soumaya Publisher 01.jpg

Création de Soumaya (CM2)

 

 

 

Travail de création individuelle à partir d'une base commune, la perspective d'une chambre dans laquelle chacun des élèves y place les éléments de son choix, en plus du lit.

Les bases ont été dessinées par chaque enfant en suivant les consignes collectives de tracé de la perspective. 

 

Le point de fuite vers lequel les lignes se dirigent se trouve sur le mur du fond. Plus le point de fuite est situé bas sur la feuille, plus le point de vue du regard se rapproche su sol. 

Voici un plan pour faciliter la compréhension :

 

IMG_20190413_0002.jpg

 

A partir de cette base, tout est possible. Toute ligne suit une de ses trois directions :

1/ Vers le point de fuite, pour la plupart des lignes qui se dirigent vers le fond du dessin. celles qui donnent la profondeur du décor.

2/ L'horizontal et la verticale, pour tout ce qui fait face à notre regard, comme sur ce plan, l'extrémité du lit, le devant du tapis, la face droite du coffre à jouets ou l'épaisseur de l'armoire. De même le côté de la fenêtre et de l'horloge. 

 

Sur le mur du fond qui nous fait face, les lignes obéissent aux règles de l'horizontal et de la verticale puisque qu'elles se placent sur une surface que nous voyons comme un plan fixe de face.

 

Chaque objet qui entre dans ce décor respecte ces lois de la géométrie de la perspective. Ainsi, on peut y ajouter ce qu'on désire, à sa guise : un bureau, des étagères, des rangements encastrés dans le mur, un tableau ou une photo sur le mur de côté, une porte, un luminaire etc... La suite est de l'ordre de l'illimité, de sa créativité. On peut même créer un décor imaginaire très crédible si on suit les règles de la perspective, et même jouer à les détourner. 

 

A la suite du tracé géométrique, il suffit ensuite d'arrondir les angles pour donner plus de vérité, gommer les lignes inutiles qui n'avaient servi que pour le tracé, ajouter quelques petits éléments qui donnent plus de vie à la pièce...

 

 

Voici quelques autres travaux de perspective de chambre réalisés par des élèves de la classe de CM2 :

 

Chambre Jade Publisher 01.jpg

Perspective de chambre - Jade - Avril 2019

 

 

Chambre Marine Publisher 01.jpg

Perspective de chambre - Marine - Avril 2019

 

 

Chambre Maïssane Publisher 01.jpg

Perspective de chambre - Maïssane - Avril 2019 

 

 

 

Chambre Sanah Publisher 01.jpg

Perspective de chambre - Sanah - Avril 2019

 

 

 

Galerie d'images des chambres modifiées avec Bloggif

 



 


11/04/2019
3 Poster un commentaire

Exposition "Cache-Cache Ville" - Bibliothèque de Quétigny Classe de Mme Boni - 04 avril 2019

La visite de l'exposition

"Cache-cache ville"

à la bibliothèque de Quetigny,

 

04 avril 2019,

CP/CE1 de Mme Boni

 

 

IMG_8771.jpg

 


Cette exposition était réalisée par Agathe Demois et Vincent Godeau, d'après leur album "éponyme". Nous avons eu 3 ateliers à explorer :

 

1) Une ville "miniature" à découvrir à l'aide d'une loupe magique :  "à travers" les murs nous pouvions voir  ce qui se cachait dans les maisons. 


2) Chacun, à l'aide d'un kit de maisons miniatures, pouvait dessiner ce qu'il imaginait à l'intérieur.

 

3) Une application "Cache-Cache Ville" permettait aussi de découvrir l'exposition sur une tablette, et d'ajouter des dessins.

 

Merci aux bibliothécaires, pour cette découverte très agréable et ludique ! Les enfants ont beaucoup aimé, et les adultes aussi.

 

IMG_8745.jpg

 

IMG_8748.jpg

 

IMG_8751.jpg

 

IMG_8752.jpg

 

IMG_8753.jpg

 

IMG_8754.jpg

 

 

 

IMG_8759.jpg

 

IMG_8760.jpg

 

IMG_8761.jpg

 

IMG_8763.jpg

 

IMG_8764.jpg

 

IMG_8769.jpg

 

IMG_8772.jpg

 

IMG_8776.jpg

 

IMG_8777.jpg

 

IMG_8790.jpg


11/04/2019
0 Poster un commentaire

Périscolaire - Pause Méridienne - Le jardin pédagogique

Un jardin pédagogique à l'école des Cèdres
 
 
IMG_1067.JPG
 
 
A l'initiative de l'équipe d'animation du périscolaire, suite au projet compostage (et réduction des déchets alimentaires de la cantine) avec un groupe d'enfants de l'école sur les temps d'animation, l'idée avait été de créer un jardin pédagogique afin d'utiliser le compost.
 
Le bac en bois a donc été fabriqué par les services techniques de la ville et c'est eux aussi qui remplissent régulièrement le bac de matière sèche (broyat) sur la placette de compostage.
 
A chaque période de plantation, les enfants disent ce qu'ils aimeraient avoir et la direction du périscolaire se rapproche de Régis, l'employé aux serres, afin qu'il montre ce qu'il a de disponible pour la plantation. C'est ainsi que régulièrement le bac à bois change de décor en fonction des saisons et de l'envie des enfants
 
 
A l'heure de la pause méridienne, les équipes de petits jardiniers investissent la place pour prendre soin des plantations. 
 
 
En résumé, c'est une belle collaboration qui s'est tissée entre tous, au profit des enfants qui sont au centre de ce beau projet écologique qui rappelle à tous l'intérêt du compostage et d'un jardin sans pesticide. Une belle éducation à une forme de jardinage respectueuse de la planète, dans l'idée aussi que les petits jardiniers d'aujourd'hui seront les adultes de demain, capables de transmettre une autre conception d'un monde à préserver pour les générations futures.
 
 
 
 
Jardin pédagogique 01.jpg
 
Jardin pédagogique 02.jpg
 
 
Galerie Photos
 
 

10/04/2019
2 Poster un commentaire

Conseil d'école du 12 février 2019

Conseil d'école du 12 février 2019

 

 IMG_9941.JPG

 

 

 

Assistaient à la réunion :

Mme DELOGE (Enseignante, directrice de l’école, présidente du Conseil d’école)

Mmes BONI, MANNINO, MM. SOURRIEU, MARCHAND (enseignants de l’école)

Mmes DEMMER, JACOB, NORMAND,  MM. BENTRARI, MARTIN (représentants des parents d’élèves)

Mme BONNEAU (représentante de la Mairie de Quetigny)

 

Excusés : Mme MANZONI (Inspectrice de l'Éducation nationale), Mme BALLOT (enseignante), M. DUCOTÉ (maître E RASED), Mme EL IDRISSI  et M. KENCKER (parents d'élèves), M. FONTAINE (DDEN)

Secrétaire de séance : Mme BONI

 

Ordre du jour :

 

✔     Prévisions des effectifs 2019-2020

✔     Travaux dans l'école

✔     Projets des classes

 

 

Prévisions des effectifs 2019-2020

 

CP : 17

CE1 : 16

CE2 : 20

CM1 : 26

CM2 : 30

 

Total : 109 élèves

 

Le CTSD (Comité Technique Spécial Départemental) carte scolaire s'est tenu vendredi 1er février. Notre école ne faisait pas partie du champ d'étude. Notre 5ème classe est pour l'instant maintenue.

 

Travaux

 

Les sols des classes vont être rénovés. Dans un premier temps, ce sera celui du bureau de la directrice (ainsi qu'une rénovation des murs et du plafond) puis de deux classes aux vacances d'avril. Tous les sols de l'étage seront refaits d'ici les prochaines vacances d'octobre 2019.

Il y a un souci avec l'aménagement réalisé rue des Marronniers. En effet, l'ASQ s'est installée, sans d'ailleurs qu'aucune communication n'ait été faite à la directrice. Puis il y a eu des travaux provisoires réalisés qui ont gêné l'accès à l'école. Mme Deloge a appelé les services techniques : un rendez-vous est prévu jeudi matin 14 février avec Mme Mathieu pour aborder l'accès et le déplacement du portail.

L'enrobé de la cour de récréation sera refait dans 3 à 4 mois.

Des problèmes de stationnement et de circulation apparaissent rue des Marronniers. Des voitures stationnent devant le portail, d'autres véhicules prennent la rue en sens interdit. Avec les travaux envisagés pour le déplacement du portail, il faudra être vigilant pour éviter un stationnement anarchique.

La communication de la grève des agents de cantine a eu lieu très tardivement (lundi 4 février à 13h30 pour le mardi 5 février). Il y a eu plusieurs absences par classe du fait de cette annonce trop tardive aux parents. Serait-il envisageable que lorsque les animateurs ne font pas grève, ils puissent garder les enfants avec leur sandwich ? La question sera posée.

 

   Projets pour l’année scolaire 2018-2019

 

Musique avec l'aide de l'intervenante : CE2/CM1 et CM1/CM2 : Les CP/CE1 ont présenté leur spectacle de percussions corporelles et les CE1/CE2 ont présenté leur sonorisation d'album. Les CM2 participeront au spectacle sur la paix vendredi 15 février.

Les CE2/CM1 et les CM1/CM2 débuteront en mars leur projet autour des percussions africaines avec une participation au festival « En quêt' d'ailleurs » le 22 juin 2019 avec les CE2 de l'école des Huches, en collaboration avec Evelyne Ménaucourt et Julien Charnet.

 

Spectacles : Mme Boni se rendra à l'auditorium vendredi 14 février pour une présentation des chœurs de l'opéra autour notamment de Carmen de Bizet. 

M. Marchand présentera le spectacle de théâtre des CM2 jeudi 13 juin au Théâtre des prairies.

 

PROJET PAIX : Projet de photographies, poèmes, fresque et débats sur la paix.

 

CROSS : Pour toutes les classes de l'école. La date prévue est le 12 avril 2019.

 

Ski : Les classes de CP/CE1 et CE2/CM1 se sont rendues à la sortie ski de fond au Val des Dappes lundi 21 janvier 2019. Il a fait très beau temps. Les élèves ont été ravis.

 

Sorties scolaires de fin d'année :

-CP/CE1 et CE1/CE2 : sortie autour de la fabrication du pain à Verdun- sur-le Doubs le 11 juin 2019

-CE2/CM1 et CM1/CM2 : sortie sur le thème du Moyen-Âge à Châteauneuf-en-Auxois le 24 mai 2019

-CM2 : sortie à la Karrière de Villars Fontaine et ses fresques monumentales.

 

Fête de l'école : L'équipe enseignante souhaiterait fonctionner une année sur deux car il n'y a pas de spectacle fédérateur commun à toutes les classes cette année, mais aussi car cela nécessite un groupe important d'organisateurs.

 

La séance est levée à 19h00.

 

 

Le prochain conseil d'école aura lieu le vendredi 14 juin 2019

 

 

IMG_9937A.JPG


04/04/2019
0 Poster un commentaire

Atelier-Philo - Les humains et les animaux - La Maltraitance animale - Débat entre les CM2 - 1er avril 2019

Débat

« Les humains et les animaux »

Classe de CM2 – Ecole des Cèdres – Quétigny

Lundi  1er avril 2019

 

animal heureux.jpg

 

 

PRESENTATION DU DEBAT

 

La classe de CM2 de l’école des Cèdres s’est regroupée pour son deuxième débat de l’année (après celui sur la violence), sur le thème des rapports entre les humains et les animaux, en particulier la maltraitance dont sont souvent victimes ces derniers.

 

Les élèves étaient placés autour de tables installées en rectangle afin que tout le monde puisse se voir. Comme pour les autres débats, la discussion était dirigée par un président qui donne la parole aux interlocuteurs. Ce jour-là, il s’agissait de Rachid. Pour pouvoir intervenir, les élèves comme l’enseignant devaient lever la main et se faire inscrire auprès de la secrétaire, en l’occurrence Maïssane. 

 

 

Débat Humains Animaux présidence.jpg

 

 

Dans les règles instituées, personne ne peut parler sans l’autorisation du président ou de la présidente de séance ; aucun interlocuteur ne peut être interrompu dans ce qu’il dit, même si cela peut sembler choquant pour d’autres. Le principe est alors de s’inscrire à nouveau pour donner une réponse ou exprimer son désaccord avec ce qui a été dit, ou même approuver une précédente intervention, voire même la compléter. L’enseignant lui-même se trouve dans le même cas sauf pour une exception : rappeler les règles d’écoute pour les enfants qui dérangent la discussion. Les enfants doivent impérativement prendre des notes, d’une part pour ne pas oublier les choses qui ont été dites, au moins celles qu’ils considèrent importantes, et surtout pour ne pas oublier ce qu’ils ont à dire car ils peuvent attendre plusieurs minutes avant d’intervenir si leur nom est inscrit après une dizaine d’autres.

 

 

bloggif_5ca3d07fd8597.jpg

 

 

A la fin de la séance, on fait un tour de tables pour que chacun puisse dire un point qui lui a semblé important dans ce qui a été exprimé dans le débat.

 

 

bloggif_5ca3d06e52cba.jpg

 

 

Ainsi, avec de telles garanties, la discussion peut s’installer dans de bonnes conditions de respect et d’écoute des uns et des autres.  Ce lundi 1er avril, c’est ainsi que 18 élèves sur 26 ont pris part directement aux échanges pour 84 interventions sur une durée d’une heure. Les 8 autres se sont exprimés dans le tour de table final.

 

 

bloggif_5ca3d096b4f9f.jpg

 

 

 

CONTENU DU DEBAT

 

 

abandon d'animaux.jpg

 

 

Le premier point abordé a été l’étonnement des enfants face à la maltraitance des animaux, en particulier leur abandon (interventions d’Adem et Lina).  Mathias pense que cette maltraitance est souvent liée au fait de gagner de l’argent. Cette idée a réveillé des envies de s’exprimer chez d’autres enfants. Yannis a parlé de la vente des peaux et plus tard dans la discussion, le groupe a parlé des trafics de défense d’éléphants et de cornes de rhinocéros. Si ces trafics se poursuivent, c’est sans doute parce que des gens achètent ces produits issus du braconnage des animaux sauvages. S’il n’y avait pas d’acheteurs, le trafic s’arrêterait de lui-même faute de clients, d’où l’idée de ne pas participer à ce commerce pour simplement le stopper et ainsi protéger ces animaux dont certains en voie de disparition.

 

Alice a eu des mots très forts, voire très bruts : « L’humain est la pire race sur la Terre». 

 

Cela a provoqué une suite d’interventions sur ce thème, d’abord pour relativiser le propos. Tout le monde n’est pas à mettre dans le même sac, même s’il est vrai que les humains font partie d’une des rares espèces vivantes qui peut tuer non par besoin vital, mais pour le plaisir. Ont alors été évoquées les vidéos violentes d’Internet où des animaux (souvent chats ou chiens) sont maltraités et les images font le buzz sur la toile (interventions de Lina, Anissa, Alice, Célia, Aloïs, Valentin…). Si personne n'allait les regarder, elles n'auraient plus lieu d'être. 

Ilhan a ajouté que pour certaines personnes, tuer ou maltraiter des animaux procure du plaisir et que ce n’était pas normal. Célia a poursuivi avec l’exemple de ceux qui attirent les animaux avec de la nourriture  pour ensuite les maltraiter.

Valentin a fait un rappel à la loi en disant que la maltraitance d’un animal peut être condamnée par la justice à une amende pouvant aller jusqu’à 30.000 € et une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à deux ans.

 

 

Enfant et animaux 01.jpg

 

 

 

Choquée de tout cela, Marine va jusqu’à affirmer qu’au lieu de tuer des animaux, il vaudrait tuer des humains. Propos repris par Naël  qui exprime l’idée que ceux qui tuent des animaux devraient être tués. Plusieurs interventions ont alors rappelé que les humains étaient aussi victimes de massacres (rappel de la Shoah, de l’esclavage et de ses conséquences, des guerres multiples où les humains en sont les victimes en très grand nombre). Puis, il a été discuté de l’idée de la peine de mort. L’enseignant a rappelé la réalité des sociétés où existe la peine de mort, celles où l’état se donne le droit de tuer un citoyen, même si ce qu’il a fait est horrible. Ce droit de tuer est aussi une permission donnée de le faire. Et les chiffres parlent d’eux-mêmes : ce sont les sociétés où la peine de mort existe qui sont les plus violentes. A l’inverse, dans celles où elle est abolie, même si les meurtres existent, ils sont moins nombreux.  La violence des actes des dirigeants agit comme une permission pour les citoyens, et pas seulement en ce qui concerne la peine de mort. D’où l’idée d’agir autrement pour changer la façon d’être avec les animaux.

 

 

Manger de la viande.jpeg

 

 

Anissa est ensuite intervenue sur un autre sujet brûlant : « Il faudrait être végétarien, à cause de la maltraitance des animaux». Et Aloïs pose la question de savoir si c’est méchant de tuer un animal.

 

Cela a provoqué bien évidemment une vive discussion sur le fait de manger de la viande. L’humain est omnivore. Il a des canines pour cela. Il consomme des protéines qui lui sont nécessaires comme pour d’autres animaux. Peut-on compenser les protéines animales par des protéines végétales ? Ont-elles la même valeur ? Ce sujet débattu dans la classe reprenait ce qui se dit en général sur l’évolution de la consommation des ménages. Le problème est-il de manger de la viande ou l’impact de la surconsommation de viande sur l’équilibre de la planète ? Pour beaucoup d’enfants, manger de la viande est normal et légitime. Ce n’est pas de la maltraitance. Pour certains autres, visiblement, la maltraitance animale pose la question de continuer ou non à manger de la viande. Marine pense qu’il ne faudrait plus manger de viande mais utiliser seulement ce que les animaux produisent : lait, œufs, laine… Elle ajoute que « la vie des beaucoup d’animaux, c’est de finir dans les assiettes des gens ».

 

 

Tauromachie.jpg

 

 

 

Valentin a évoqué ensuite la tauromachie et la tradition de tuer l’animal dans l’arène comme un spectacle. Pour mieux comprendre cette question toujours vive, même en Espagne, l’enseignant a rappelé l’histoire de cette tradition amenée par les Maures il y a plusieurs siècles avec des pratiques autour du taureau avec l’humain à cheval. Quand les Maures ont envahi le sud de l’Espagne, ils ont amené avec eux leurs traditions dont celles de la tauromachie. Année après année, l’humain est alors descendu du cheval pour affronter le taureau en face à face, avec les picadors à cheval autour. La tradition dit que le taureau qui meurt dans une arène est un taureau courageux (« toro bravo »), qu’il restera dans la mémoire des humains. Les défenseurs de la cause animale expriment l’idée qu’il n’y a rien de courageux de tuer un taureau dans une arène, lui qui n’a rien demandé et de plus qui n’a aucune chance de s’en sortir vivant. La seule exception à cela est une vieille histoire qui traîne dans le monde de la corrida d’un taureau qui avait été élevé par une famille dont la petite fille était devenue son amie. Lors de la mise à mort dans l’arène, elle serait alors entrée. Le taureau se serait apaisé et ils seraient sortis ensemble sous les applaudissements du public. Est-ce une légende ou une histoire vraie ? Difficile de savoir. De toute façon, cela ne change rien au débat entre tradition et maltraitance autour de la question de la corrida. Chacun avec les arguments des uns et des autres pourra trouver son point de vue.

 

 

Parcs animaliers.jpg

 

 

Yannis a ensuite ouvert un autre débat : «  Pourquoi  on emprisonne les animaux pour les mettre dans des parcs animaliers ? ». La discussion a alors porté sur les différents rôles des zoos et surtout leur évolution depuis des siècles. Si au départ, il s’agissait de montrer aux gens des animaux du bout du monde qu’ils ne connaissaient pas, peu à peu, avec la question de la condition animale, les parcs animaliers se sont orientés vers la préservation des espèces. Ilhan pense que les animaux dans les parcs ne sont pas forcément malheureux. Naël raconte à l’inverse que dans des cages des animaux ne sont pas en bonne santé et qu’ils manquent de soin (vu sur Internet). La discussion a permis de mettre en évidence des pratiques nouvelles où des parcs situés à proximité de grands espaces naturelles (en Afrique par exemple), des humains réapprennent à des animaux à se trouver seuls de la nourriture, à chasser et à redevenir sauvages, tout l’inverse de la pratique des zoos traditionnels.

 

 

Dégradation de l'habitat animalier.jpg

 

 

En toute logique, cette question de l’animal dans son milieu naturel a mis à jour la destruction des habitats sauvages, la dégradation de la planète, le dérèglement climatique, la pollution comme sources de violence envers les animaux. Naël a évoqué le sort des ours blancs au nord du monde, là où la banquise disparaît peu à peu, mettant en péril l’avenir de cette espèce animale. Adam a dit qu’il fallait arrêter de polluer la planète pour le bien-être des animaux. Valentin a ajouté que ce n’était pas bien de détruire l’habitat des animaux, entre autres les forêts coupées comme en Indonésie où les arbres sont les « maisons » des orang-outans.

 

 

Enfant et animaux 02.jpg

 

 

La question de la vie animale a amené à des prises de position très clairement exprimées. Lina dit « qu’on n’enlève pas une vie comme ça ». Valentin dit que « maltraiter un animal, c’est maltraiter un humain » ou encore « Tuer un animal, c’est tuer un humain ». Melina dit qu’on maltraite aussi les animaux en les faisant « travailler jusqu’à la mort ». Pour Maïssane, « sans les animaux, on ne serait pas là ». Est ainsi évoqué le sort des insectes butineurs qui permettent aux plantes de pousser, notamment celles que les humains consomment. Cette pollution est aussi une forme de maltraitance des animaux. Pour Valentin, « chaque animal a une place sur Terre ». Sofia, positive, explique que « des gens se battent pour empêcher l’utilisation de produits chimiques », ceux qui tuent la vie animale. Adam pense qu’on devrait arrêter de maltraiter les animaux. Ils sont libres, égaux, ils ont une famille dont ils doivent s’occuper. Cette idée à beaucoup plu aux enfants de la classe. Lina explique que des gens ne sont pas « conscients qu’une vie s’arrête sur Terre » quand on tue un animal. Anissa ajoute que « les chats noirs ne portent pas malheur ».

 

 

Animaux-heureux-100k-5.jpg

 

Et bientôt, les comptes-rendus des élèves...


03/04/2019
5 Poster un commentaire

Histoires d'escaliers - Arts visuels CM2 - Mars - Avril 2019

Histoires d'escaliers 

 

Cube 3D 02.gif

 

A partir d'un tracé de base commun réalisé par chacun des enfants lors d'un travail de géométrie, un escalier central,

chaque élève a envisagé le décor autour à sa guise.

En voici quelques résultats...

 

 

UN PORT DE PLAISANCE  par Matthias

 

Escaliers Matthias Publisher.jpg

 

 

 

 

UN MUSEE par Soumaya

 

Escaliers Soumaya Publisher.jpg

 

 

 

UN HÔTEL par Charline

 

Escaliers Charline Publisher.jpg

 

 

 

UNE MAISON DE RÊVE par Melina

 

Escaliers Melina Publisher.jpg

 

 

 

 

 

 

UNE MAISON POUR UNE BELLE VIE par Sanah

 

 

Escaliers Sanah Publisher.jpg

 

 

 

 

UNE MAISON DE LA REUNION par Jade

 

Escaliers Jade Publisher.jpg

 

 

 

Un intérieur avec petit salon au rez-de-chaussée  par Marine 

Escaliers Marine -  Publisher - Avril 2019.jpg

 

 

 

L'entrée d'un bâtiment de ville  par Pierre

 

Escaliers Pierre - Publisher - Avril 2019.jpg

 

 

 

La vie en rose par Maïssane

 

Escaliers Maïssane Publisher.jpg

 

 

 

 

Le Port de Poissory par Nicola

 

Escaliers Nicola Publisher.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Et maintenant la galerie-photos de ces maisons

transformées par ordinateur...

 

 

 

 


02/04/2019
9 Poster un commentaire

Théâtre / "Les Légendes du Vieux Rempart" - Création 2019 de la classe de CM2 de l'école des Cèdres

Théâtre

"Les Légendes du Vieux Rempart"

 

Affiche Les Légendes du Vieux Rempart 02.jpg


 

 

La classe de CM2 de l'école des Cèdres présentera sa dernière création

"Les Légendes du Vieux Rempart"

aux parents de la classe

le jeudi 13 juin 2019 à 20h30 au Petit Théâtre des Prairies.

 

Précédemment, deux autres représentations auront lieu dans la même journée

devant les classes de l'école. 

 

"Les Légendes du Vieux Remparts"  ramèneront à la vie les vieilles histoires du passé...

 

Pour les parents de la classe de CM2,

notez déjà sur vos tablettes cette date historique

où le passé s'entrechoquera avec le présent.

Qu'on se le dise, Bonnes Gens !!!

 

 

bloggif_5ca0e78891801.jpg

 

 

 

bloggif_5ca0e9f9a818c.gif

 

 

bloggif_5ca0e7c4c0ed7.jpg


31/03/2019
2 Poster un commentaire