Ecole Primaire Les Cèdres Quetigny

Ecole Primaire Les Cèdres Quetigny

Atelier Philo - Classe de CM1-CM2 - "Être riche, être pauvre - Apparence et réalité" - 26-11-2014

MERCREDI PHILO

Atelier débat de la classe de CM1-CM2

Mercredi 26 novembre 2014

 

ateliers_philo-595x354.jpg

 

Thème du jour :

« Être riche, être pauvre, apparence et réalité »

 

Mercredi Philo 26-11-2014 01.jpg 

Le président de séance Léo, la secrétaire Annabelle et la responsable de l'heure Méline

 

Le premier débat de l’année a tourné autour des idées de ce que représentent la richesse et la pauvreté, autant d’un point de vue financier que d’autres points de vue moins visibles en apparence. De quoi peut-on être riche en dehors des biens matériels ? Est-il possible de réduire la fracture entre les plus pauvres et les plus riches ? Comment ? La richesse rime-t-elle avec bonheur et la pauvreté avec tristesse ? Peut-on être pauvre et être heureux ? Quelle différence y a-t-il entre pauvreté et misère ? Quels sont vos petits et grands bonheurs ?

Telles étaient les questions de ce débat animé par le président de séance du jour, Léo, assisté de Annabelle au secrétariat et aux inscriptions pour les prises de paroles, également de Méline, responsable de l’heure afin que le débat ne dépasse pas une heure.

Le sujet étant connu depuis quelques jours, les enfants s’étaient documentés pour enrichir le débat de données plus affinées.

A ce sujet, Chloé P. a donné deux définitions de dictionnaire, une de la richesse (abondance de biens ou de revenus), une de la pauvreté (manque de moyens et de ressources). Ces deux définitions ont été expliquées en termes plus simples au cours du débat. 

 

Mercredi Philo 26-11-2014 02.jpg

 

Les premiers échanges ont très vite porté sur le rapport entre la richesse et le bonheur. Plusieurs enfants (Séréna, Yasmine…) ont rappelé qu’on peut être pauvre et heureux car on vit avec une famille, des enfants, des amis qui sont essentiels et sans prix. Nadir a même cité cette phrase : « Mieux vaut être pauvre avec honneur que riche sans valeur ». Pour Méline, on peut être riche en argent mais pas en bonheur. Elisa, pour sa part, a évoqué le cas d'une jeune fille pas riche mais pleine de capacités artistiques. 

Car la notion de valeur a effleuré de nombreux propos. La valeur de l’argent, différente selon qu’on en possède beaucoup ou peu, la valeur de l’esprit (Léna a utilisé la formule « pauvre ou riche d’esprit », Séréna a parlé du fait d’être riche sans être riche, formule apparemment paradoxale mais pourtant très significative de l’idée d’une richesse qu’on porte en soi très différente de celle de l’argent), la valeur de l’être humain. Lamia a renchéri en évoquant les amis qui existent en nous, dans la tête comme faisant partie de notre vie.

Dans un deuxième temps, suite à une intervention de Yasmine sur les plus pauvres qui vivent dans la rue même si, comme l’a rappelé Annabelle, des pauvres vivent aussi dans des maisons, le débat s’est orienté sur le fait de savoir si vivre dehors était un choix de la personne ou une obligation suite à des accidents de la vie. Rapidement il fut convenu que pour un petit nombre, cela pouvait être un choix, mais que pour l’immense majorité c’était une conséquence d’un grave problème, lié au chômage ou à d’autres problèmes importants que peuvent rencontrer les adultes.

 

Mercredi Philo 26-11-2014 03.jpg

 

Certains élèves se sont interrogés sur la question de l’argent qu’on gagne en faisant la manche. Même s’il pouvait s’agir de sommes importantes dans certains cas, il fut clair que rester assis des heures pour espérer des pièces de monnaie n’avait rien de confortable et que pour gagner de l’argent, il y avait d’autres solutions plus faciles, qu’en clair faire la manche ne relevait pas du plaisir.

Si certains enfants pensaient que dans la rue on pouvait recevoir de la nourriture facilement par des dons de passants (une baguette de pain par exemple), pour beaucoup cela ne constituait pas un repas complet et nourrissant.

Il apparut aussi dans les échanges entre élèves que l’un des problèmes des  gens de la rue était la solitude. Peu de contacts avec le reste de la population. Le problème du froid et de la propreté (Yanis : « Dans la rue, on peut avoir très froid »). Au point de créer un sentiment de peur pour ceux qui les croisent. Ce qui explique l’indifférence, l’absence de regard vers eux, comme s’ils n’existaient pas. Et pourtant ils sont là au coin de nos rues. On les évite pour ne pas avoir à leur donner d’argent.

Eléonore est intervenue pour dire que le simple fait de dire bonjour à un SDF est un acte généreux même si on ne donne pas de pièce de monnaie. Séréna a ajouté que le simple fait de leur parler pouvait leur donner un peu de bonheur. Une parole gentille à leur égard signifie qu’ils existent. Car nous existons tous sur terre dans la relation à l'autre. Nous portons un nom et un prénom pour être identifié par les autres. Notre vie n'a de sens que dans le lien avec les autres. Chacun porte en lui des noms, des images de personnes importantes pour sa vie. L'autre existe en nous.  

A l’opposé de cette situation, Yasmine, Abou Bakr et d’autres élèves ont parlé de la vanité d'un certain nombre de très riches vis-à-vis des plus pauvres, d’une forme de vantardise, de mépris. Certains enfants ont exprimé l'idée que les riches jouaient au loto pour gagner beaucoup d'argent. En fait, les plus riches ne jouent pas au loto. Ils ont d'autres moyens de gagner de l'argent. Ce sont plutôt les plus pauvres qui y jouent, en perdant très souvent (quelques gagnants, souvent des petites sommes, pour des millions de perdants). Nawel a évoqué des clips vidéos qui parlent de ces sujets. Abou Bakr a émis l'idée que, lorsque qu'on a été pauvre, on s'en souvient toute sa vie, même quand on est devenu plus riche. Certains élèves n'étaient pas d'accord avec ce point de vue-là. Lamia a ajouté une information au sujet d'une star partie en afrique aider les populations pauvres. 

 

Mercredi Philo 26-11-2014 04.jpg

 

L’enseignant est intervenu pour moduler des propos trop réducteurs en évoquant une grande majorité de gens qui ne sont ni riches ni pauvres, ceux qui appartiennent aux classes moyennes, et pour relativiser la notion de richesse et de pauvreté selon l’endroit de la planète où on se trouve. Par exemple, une personne considérée comme plutôt pauvre dans un pays comme la France, mais qui vit dans une maison avec l’eau courante, l’électricité, la télévision, une voiture, serait considérée comme plutôt riche par un habitant d’un pays en voie de développement. La notion de pauvreté et de richesse ne recouvre pas les mêmes réalités partout sur la planète.

De même, être riche ne signifie être méchant et pauvre être bon et généreux. L'attitude d'une personne ne dépend pas forcément de sa richesse ou de sa pauvreté, mais de sa façon de considérer les autres. 

De plus le débat a permis de différencier le mot pauvreté du mot misère. La pauvreté indique peu de moyens mais n’empêche pas de vivre, contrairement à la misère qui signifie un manque significatif de ressources qui rapproche l’existence de la survie aux limites avec la mort. La pauvreté n’empêche pas d’être heureux à l’opposé la misère.

 

Mercredi Philo 26-11-2014 05.jpg

 

La fin du débat a été centrée sur le comment sortir le monde des inégalités entre les riches et les pauvres, en partant du constat que si tous les habitants de la Terre vivaient comme ceux de l’Occident, il nous faudrait cinq planètes pour y arriver. Il nous faut donc, par obligation revoir nos modes de vie et revoir les rapports entre pays pauvres et pays riches, entre gens pauvres et gens riches.  Plusieurs élèves comme Léna, Lamia, Eléonore ou Yasmine ont évoqué la place de l’école comme essentielle dans la vie des enfants en rapport au film « Sur le chemin de l’école ». L'école, l'éducation peut être une chance pour sortir de la misère.

Les élèves ont aussi parlé d’avancer sur le chemin de la paix pour s’opposer aux guerres, d’aider les gens à pouvoir vivre en famille, de pouvoir se loger, se nourrir, se vêtir. Si tout le monde avait ces moyens, il y aurait moins d’écart entre les gens, moins d’envie d’avoir ce que l’on n’a pas, moins d’envie de voler. Séréna, entre autres, a dit que pour que le monde soit meilleur, chacun devrait avoir un minimum d'argent pour vivre.

Annabelle est intervenue avec réalisme pour dire que beaucoup de gens disent de faire ceci ou cela, mais en réalité on ne fait rien. Malgré tout l’idée centrale a été d’améliorer le partage des richesses entre les gens. Idée tout à fait réaliste quand on sait qu’il est possible de nourrir tous les habitants de la planète si ce partage était effectif.

Le débat fut riche et passionné avec des points de convergences et des désaccords qui ont abouti à des précisions dans la pensée de chacun. Pratiquement tous les élèves sont intervenus au moins une fois. Près de 120 prises de paroles ont été notifiées pendant l’heure de cet atelier philo. Au-delà du contenu de la discussion, il s'agit surtout d'apprendre à écouter l'autre complètement, à s'exprimer devant un groupe, à oser donner son avis, à utiliser un langage plus élaboré qui soit compris de tous et à apporter des informations au groupe. C'est une pratique qui donne de la confiance en soi tout en garantissant le respect de chaque enfant. Aucun mise en cause personnelle n'est acceptée. L'expression du désaccord ne passe pas par un jugement de l'autre, mais par des formules qui engage le "Je" comme "Je ne suis pas d'accord avec ce qu'a dit Untel" ou "Je pense autrement que Unetelle". On peut ainsi respecter les autres orateurs tout en montrant son désaccord. 

C'est également une pratique qui permet d'argumenter ses opinions. Et cela passe par le langage et des mots précis. Les opinions s'appuient sur des connaissances scolaires et autres, sur sa propre expérience de vie.

Ainsi, cela traverse plusieurs matières scolaires : le français et la lecture, l'expression orale, les connaissances historiques, géographiques, scientifiques nécessaires à son argumentation, l'éducation civique et la citoyenneté, l'écoute de l'autre et la prise d'initiatives, les mathématiques autant dans l'organisation précise du débat que dans la structuration de la pensée pour être clair dans ses interventions. 

 

Mercredi Philo 26-11-2014 06.jpg

 

atelier-philo-adulte-a-la-mediatheque-ce-samedi--12102011192735vig.jpg 

 

 

Walt Disney - Le riche et le pauvre

 


 Walt Disney - Le riche et le pauvre (version anglaise complète)

 

Dix ans après son premier élargissement de masse (dix nouveaux adhérents en 2004), l'Europe des 28 affiche un front uni, mais en réalité, un rideau de fer social divise Est et Ouest. Une des équipes D'Euronews s'est rendue dans le pays le plus riche et dans le pays le plus pauvre de l'Union européenne pour comprendre les causes de ces différences et voir quelle pourrait être la contribution de Bruxelles à la lutte contre la pauvreté.

 

Commentaires d'élèves 

 

Annabelle (CM2)

Si l'on donnait 5 € à un riche, il dirait que ce n'est rien du tout, mais pour quelqu'un qui n'a pas de quoi se payer à manger ou un endroit pour se loger, il serait ravi de l'avoir ce billet de 5 €.

 

People in need 01.jpg 

Europe : sac à main 32 € - Afrique : Nourriture pour une semaine 1,50 €

 

Un enfant qui n'a pas les moyens d'aller à l'école peut faire énormémement de kilomètres pour aller à l'école (...)  Ce n'est pas parce qu'on est pauvre qu'on est malheureux et ce n'est pas parxce qu'on est riche qu'on est heureux. (...) J'ai bien aimé la forme du débat car personne ne s'est disputé et tout le monde a respecté les règles mais aussi tout le monde a pu être écouté et s'exprimer.

 

Léo (CM1)

J'ai bien aimé ce débat car il y avait de bonnes idées. Tout le monde parlait beaucoup. J'ai trouvé ça bien parce que tout le monde a proposé une idée. Quelques personnes ont levé la main à répétition.

 

Méline (CM2)

J'ai aimé ce débat car on s'écoutait les uns les autres. Au début on avait des idées puis quand les autres ont exprimé leurs idées, c'étaient des choses auxquelles on n'avait pas forcément pensé. Chacun exprimait ce qu'il pensait et après les autres disaient s'ils étaient d'accord ou pas. 

Au début je ne savais pas quoi dire, puis en fonction des réflexions des autres, je disais si j'étais d'accord ou pas. A la fin du débat, je savais que , même si on était pauvre, on pouvait être heureux et que même si on était riche on pouvait être malheureux. A la fin du débat, je savais aussi des choses que je ne savais pas au début.

 

Nadir (CM1)

Ce qu'on avait fait, c'était bien, car on parlait des pauvres, que c'était dur de vivre dans la rue. Tu n'as pas à manger. Surtout pas d'eau pour prendre une douche. On aralit des riches qui avaient tout. Ils abusaient avec tout l'argent. Je ne dis pas tous les riches car il y a des pauvres méchants et des riches gentils. Des pauvres, il y en a surtout en Afrique. En clair, le débat, c'était bien. 

 

Océane (CM1)

J'ai trouvé le débat très intéressant car ça a parlé de la richesse des gens et la pauvreté d'autres qui sont dans la rue. Certaines personnes donnent de l'argent aux pauvres (...) 

 

Léna (CM1)

Les pauvres n'ont pas choisi d'être à la rue (...) On peut avoir des amis dans tous les cas. (...) On peut être riche ou pauvre en amour. On peut être riche ou pauvre d'esprit (...) Tout peut basculer. (...) Les pauvres peuvent mourir de faim ou de soif. (...) Si on partageait plus, il y aurait moins de problème (...) C'était super comme discussion et j'aimerais refaire quelque chose d'un sujet super. 

 

Mourir de faim à la porte d'un palais.jpg

 

 Yanis (CM1)

Quand on est pauvre, on n'est pas complètement pauvre parce qu'au moins on existe. (...) Quand on est riche on se croit fort, mais on peut devenir pauvre. (...) J'aime bien ce débat parce qu'on dirait qye c'est vrai. Et puis on dit des choses, des fois on est d'accord, des fois on n'est pas d'accord. j'aimme bien !!!

 

Yasmine (CM1

J'ai aimé ce débat car, moi, j'ai beaucoup parlé et j'adore m'exprimer sur ce genre de choses. Je pense qu'il faut plus partager.

 

Abou Bakr (CM2)

On peut être riche sans forcément avoir d'argent. Certains riches profitent moins de leurs amis alors que certains pauvres ne profitent plus. Mieux vaut être pauvre avec honneur que riche sans valeur. Il y a des pauvres qui peuvent être heureux sans vouloir être riche. Tout peut basculer. Certains pauvres peuvent devenir riches. Certains riches peuvent devenir pauvres. La pauvreté est le manque d'argent. L'argent ne rend pas heureux mais il y contribue. 

 

Séréna (CM2)

On peut être riche sans être riche.  On peut être riche d'amitié, d'amour et de plein de choses. On peut être riche mais être malheureux. (...) On peut passer devant un mendiant sans même un sourire alors que du jour au lendemain on peut être à la rue. C'est pour ça qu'il faut partager et aider. Soyons solidaire. Le débat était trop bien car l'ai pu dire ce que je pensais. 

 

Elisa (CM2)

On peut être riche sans avoir beaucoup d'argent (...) Les amis ne s'achètent pas. Parfois quand on est très riche, on ne sait pas trop bien comme faire pour dépenser son argent. (...) Le bonheur, c'est la famille, les ami(e)s, la maison, la nourriture, les habits... On peut être auvre mais riche en qualités, en ami(e)s, en famille... le débat a été animé. Il n'y a pas eu de dispute entre élèves. Le débat a été bien argumenté et chacun a expliqué son opinion avec un exemple.

 

 Alizée (CM2)

On peut être riche sans avoir d'argent, avec une famille qui t'aime. Les riches ne se rendent pas compte de la chance qu'ils ont. (...) Dans le livre d'Elisa, il y a une fille pauvre mais qui est très intelligente. (...) On peut être pauvre mais aussi tu peux faire des échanges de légumes contre des cours de guitare (...) On peut être riche en argent et être pauvre en bonheur. (...)

 

Lamia (CM1)

J'ai aimé ce débat car on parlait de choses qui m'ont beaucoup plu. Je savais un peu plus de choses sur les pauvres car c'est grâce au débat. Donc j'ai hâte d'aborder le nouveau sujet de débat pour apprendre beaucoup plus de choses sur d'autres sujets. Et je saurai beaucoup plus de choses sur les sujets de débat.  

 

 714059_3_12f1_un-sdf-sur-un-trottoir-parisien-en-novembre.jpg

 

Le prochain débat aura lieu le mercredi 10 décembre sur le thème « Que sera notre futur ? » avec comme présidente de séance Elisa et comme secrétaire Alliya. 

 

Lien avec des articles sur le même thème

CM1 - La violence en débat - 19 mars 2013



26/11/2014
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 156 autres membres