Ecole Primaire Les Cèdres Quetigny

Ecole Primaire Les Cèdres Quetigny

Atelier-Philo - La violence en débat - Classe de CM2

 

 

 

vvOliv1-940x198.png


Débat - La violence.jpg

 

Atelier – Philo

Débat sur la violence

18 décembre 2017

 

 

dmitry-ratushny-64773-e1499343833207-1024x406.jpg

 

 

Suite à un conflit dans la cour de récréation, la classe de CM2 a organisé un débat sur le thème de la violence, ses formes, sa signification, ses raisons et les moyens de l’éviter.

L’organisation de la classe a été modifiée afin que tout le monde puisse se voir. Les tables ont été placées en forme de grand rectangle. Chaque élève avait de quoi prendre des notes pour écrire ce qu’il voulait exprimer et se rappeler des interventions de camarades considérées comme intéressantes.

 

Ce débat était présidé par Miriame qui donnait la parole, avec Clémence comme secrétaire qui notait les prénoms de ceux qui voulaient intervenir. Chaque élève (comme l’enseignant d’ailleurs) ne pouvait intervenir qu’après avoir été appelé par la présidente de séance. Pour l’enseignant, son droit d’intervenir hors appel de la présidente consistait à rappeler si nécessaire les enfants à l’écoute de celui ou celle qui était appelé à parler par la présidente.

Ce principe garantissait la liberté de chacune des interventions et l’écoute de tous. Si quelqu’un n’était pas d’accord avec ce qui avait été dit, il/elle devait s’inscrire pour donner les arguments qu’il/elle opposait à l’intervenant en question. C’est aussi pour cette raison qu’il était important de noter ce que l’on voulait exprimer, car on pouvait bien évidemment être appelé par la présidente après d’autres personnes qui s’étaient inscrites auparavant.

La secrétaire faisait un signe de la main pour indiquer à celle ou celui qui voulait intervenir que son nom était écrit sur la feuille et qu’il n’avait plus qu’à attendre que la présidente l’appelle.

Ce débat de 50 minutes a donné lieu à environ 75 interventions.

20 élèves sur 25 ont demandé la parole au moins une fois, jusqu’à 8 fois pour les plus demandeurs.

 

 

visuel_seminaire_violence_0.png

 

 

Pour ce qui est du contenu de ce débat, il a été divisé en trois parties :

  1. Qu’appelle-t-on la violence ? Quelles sont ses formes ?
  2. Pourquoi les humains ont-ils des pratiques violentes alors qu’ils savent pertinemment que cela fait mal et peut même être très dangereux ?
  3. Que peut-on faire pour empêcher la violence ? Quelles sont les autres voies de résolution de conflit ?

 

 

sbFighters.jpg

 

 

Driss a été le premier à intervenir. Il a expliqué que les insultes et les menaces, c’étaient des formes de violence. Pour Hugo, ce sont des gens malades dans leur tête. Walid a rappelé que s’il y a violence, il y a forcément des victimes. Elina a évoqué le problème des enfants battus dans leur famille, qu’on n’en parle pas assez parce que personne ne le sait. Yann a parlé des attentats comme forme grave de violence. Hugo a rajouté que ces attentats tuaient beaucoup de gens, que leurs auteurs souvent se suicidaient en pensant qu’ils iraient au paradis grâce à leur acte, ce qu’Hugo considère comme faux.

Pour Calvin, la violence peut être due à la jalousie ou à la vengeance. Marion a rapporté les faits historiques des camps de concentration où des millions de juifs ont été exterminés pour des raisons religieuses. Elle a précisé que chacun doit être libre de pratiquer sa religion quelle qu’elle soit.

Yann est revenu sur des faits divers où des parents tuent leurs enfants avant de se suicider.

Arthur s’est posé la question de savoir pourquoi les gens aiment insulter. Sara est intervenue pour dire que les insultes ne servaient à rien.

Walid a évoqué ceux qui tuent pour de l’argent alors qu’Angèle a expliqué ce qu’est la discrimination entre hommes et femmes et les violences que cela suscite.

 

 

Racism_by_secondaryprotocol.jpg

 

 

Hugo a parlé du racisme et expliqué que nous étions tous de la même espèce.

Face à tout cela, Yann a ajouté que ceux qui tuent, les plus souvent, ne veulent pas être tué comme un droit qu’ils se donnent sans le donner aux autres. Marion a évoqué la violence involontaire due à des personnes souffrant de maladies.

Hugo a parlé du harcèlement (un groupe contre une personne), « ça peut aller jusqu’au suicide ». Pour Elina, « on naît ensemble, on meurt ensemble ; il faut aider les autres. »

Pour Léo-Paul, la violence c’est l’expression des « déprimés de la vie. »

 

 

armes.jpg

 

 

Ethan est entré dans le domaine plus large de la violence liée aux décisions des présidents ou des rois, ceux qui décident des guerres et donc de la violence. Arthur, Yann et Walid se sont dit d’accord avec Ethan. Walid est même revenu sur ce sujet  en parlant des dirigeants nord-coréens et plus généralement des peuples qui ne s’aiment pas et qui se font la guerre. L’enseignant a précisé que les guerres étaient surtout dues à des intérêts de conquête (territoire à prendre à un autre peuple), d’argent aussi (puisque souvent les guerres permettent à un petit nombre de personnes de s’enrichir.  Imade a parlé de la volonté de guerre pour vendre des armes), et, pour reprendre l’idée de Walid, de religion ou de culture quand certains considèrent qu’ils détiennent la vérité et que les autres ont tort, en clair l’intolérance. Yann a même expliqué qu’Hitler voulait tuer pour rien tandis qu’Angèle a parlé de sa cruauté. Donald Trump a aussi été évoqué dans la discussion sur le sujet de la Corée du Nord et des missiles. 

 

 

wallpaper-7822.jpg

 

 

Ce problème du mépris de l’autre au niveau collectif, on le retrouve au niveau individuel, même dans les cours d’école. Les petits conflits trouvent aussi leurs origines pour des raisons semblables d’intérêts des uns face à ceux des autres (une partie de la cour pour jouer, la volonté de montrer qu’on est plus forts que les autres, une volonté de domination ou d’appropriation de ce qui appartient à l’autre, à défaut d’argent, des billes, des goûters ou autres choses de ce type.

Au sujet des guerres, Hugo a expliqué que certaines d’entre elles ont eu lieu pour des raisons défensives, pour que les habitants se libèrent de ceux qui s’étaient approprié leur territoire. La résistance française pendant la seconde guerre mondiale fait partie de ces exemples. 

 

 

maxresdefault (2).jpg

 

 

Driss a alors exprimé l’idée qu’un monde sans violence serait « trop bien ». Jihad pense qu’on doit se respecter. Adrien a expliqué que nous ne sommes pas « au pays des Bisounours ». Hugo est revenu sur le sujet en disant que ce serait pas mal de vivre dans un tel pays, où « tout irait bien ». Léo-Paul a signifié également son désaccord avec Adrien puis ajouté que ce serait pas mal de vivre dans un monde sans guerre, on serait en paix. 

Elina pense qu’en cas de violence, il faut appeler la police comme Théo.

Jihad a précisé que tuer, c’est devenir un meurtrier.

 

 

bois.jpg

 

 

Théo est alors intervenu sur le thème des animaux qui sont tués soit pour être mangés, soit par des braconniers, ce qui a suscité un vif débat entre ceux qui pensent qu’il faut bien tuer des animaux pour manger puisque l’humain mange de la viande (Hugo en particulier) et ceux qui pensent qu’on peut remplacer les protéines animales par des protéines végétales (Calvin entre autres). Léo-Paul  a exprimé son accord avec Calvin en précisant l’idée des protéines sans viande.

Adel a exprimé son accord avec Théo en expliquant que les humains peuvent survivre grâce aux animaux. Ce thème s’est poursuivi sur l’idée de la différence entre tuer pour le plaisir (intervention d’Imade et soutien de Clara) et tuer par besoin alimentaire. Calvin a parlé des personnes qui tuent des animaux sauvages pour avoir des trophées. Marion a expliqué que la violence directe (chasse) ou indirecte (pollution, destruction de l’habitat animal et dérèglement climatique) accélère la disparition de nombreuses espèces animales que « nos enfants ne verront pas ».

Ethan a ajouté que certains animaux tuent pour rien. Scientifiquement, il semblerait que cela soit vrai pour très peu d’espèces, et dans des cas précis. Mais la majorité des espèces animales en tuent d’autres par nécessité (se nourrir) et ce qui est sûr, en dehors de l’être humain, jamais les espèces animales n’ont été responsables de la disparation complète de l’une d’entre elles.

 

 

violence-arrêt-image_csp17898074.jpg

 

 

Puis il fut question du racket et de l’alcool, de formes de violence que l’on retrouve dans la rue. Plusieurs exemples ont été donnés comme les défis de bandes pour tuer quelqu’un au hasard (intervention de Calvin), comme le manque de contrôle de soi après avoir trop bu (Sara a signifié son accord avec Walid puis a précisément dit : « Je vous déconseille de devenir saoul car on fait de la violence. »). Arthur est d’accord avec Calvin sur ce sujet et pense qu’on peut se lancer des défis mais pas violents et pas dangereux, qu’il faut avoir une vie saine.

Imade s’est exprimé sur des exemples, très rares, de personnes qui veulent crever les pneus des voitures des enseignants. Le maître de la classe ne s’en est pas inquiété outre mesure.

 

 

two-boys-fighting.jpg

 

 

Un autre sujet a été abordé par Angèle, celui des violences liées aux différences corporelles. Elle a expliqué que les moqueries étaient une forme de violence et que chacun devait « se respecter même si on n’est pas pareils ». Sara ajoute que la violence, ça peut être des mots qui blessent, même entre amis, aussi la violence physique. « Il faut arrêter ça ». Angèle ajoute qu’en cas de problème avec ses amis, on peut se respecter et vivre en paix, au final on peut s’aimer.

 

 

maxresdefault.jpg

 

 

Enfin il fut question des jeux vidéo, sujet amené par Driss qui considère que ce peut être un bon défoulement. Comme pour le sujet sur les animaux, cela a alimenté un débat animé. Calvin a donné l’exemple d’un petit garçon qui s’est jeté par la fenêtre suite à un jeu vidéo. Imade considère qu’en plus des jeux vidéo, le laser-game aussi est un jeu violent. Plusieurs élèves expriment leur accord sur ce point (Kenza, Sara, et Marion). Elina propose plutôt de regarder des dessins animés comme ceux de Walt Disney, Mickey par exemple. Marion précise que sur des sites Internet, des youtubeurs tiennent des propos violents.

Pour Driss, ces jeux sont dangereux seulement en partie. Il faudrait pouvoir y jouer seulement une heure par jour. L’enseignant intervient pour élargir le débat des jeux vidéo à l’ensemble des écrans qui, quand ils sont utilisés pour des jeux violents sur de longues durées, peuvent avoir un impact important sur le comportement des enfants comme des adultes. Et surtout, il précise que le débordement d’énergie est naturel pour tout le monde, que dans l’antiquité, le défoulement, c’étaient les jeux du cirque avec toute la cruauté que cela représentait, avec toujours la mort comme finalité. A présent, ce débordement d’énergie peut se faire dans des stades, avec des règles et pas de violence ni de mort (au moins, c’est le principe, pas toujours respecté). Ça s’appelle la pratique sportive de compétition comme il existe celle sans compétition ans laquelle chacun peut trouver une source de défoulement sans que cela ne provoque de violence.

 

 

coreenne-tank-m26-big.jpg

 

 

Le débat s’est terminé par deux interventions de Miriame et de Yann. Pour l’une, les sorties en boîte de nuit peuvent occasionner des accidents et des morts ; pour le second, suite à une question justement de Miriam « Comment naissent les guerres ? », il a expliqué qu’elles apparaissaient pour une question de territoire.

 

Quant aux façons de répondre autrement que par la violence, les réponses ont été difficiles à trouver d'emblée, surtout parce que les enfants avaient beaucoup de choses à dire sur ce qu'ils voyaient de leur environnement proche ou éloigné.  

 

Ce très riche débat n’a donc pas pu permettre de répondre à toutes les questions d’une part en raison du temps limité puis parfois de la complexité des sujets abordés. Mais les débats qui suivront en 2018 reviendront de toute évidence sur certains des points discutés ce jour (comme les réponses pacifiques à la violence) tant les sujets se croisent.  

 

Six autres débats sont prévus d'ici la fin juin 2018. Le blog de l'école s'en fera bien sûr l'écho. 

 

 

5052587-6-4788-des-habitants-dans-les-ruines-d-alep-2c374487f7d98b84b35a8f12098d5145.jpg

 

 

Et maintenant les commentaires directs des enfants-débatteurs...

 

Léo-Paul

(...) Ce débat parlait des guerres, de la violence etc... On a parlé de pourquoi les gens étaient meurtriers, les différentes formes de violence (insultes, coups...), comment se créaient les guerres, sur qui ou sur quoi les gens faisaient de la violence... A la suite de ce débat, nous avons voté d'autres thèmes de débat, donc un débat par mois. 

 

Elina

Tout a commencé un lundi 18 décembre en début d'après-midi. les chaises et les tables étaient positionnées en rectangle. Il y avait aussi une secrétaire (Clémence) et le cheffe de séance (Miriame). Nous on devait lever la main et clémence devait écrire nos noms. Dès qu'elle avait fini, elle nous faisait un signe avec la main. Ensuite Miriame nous interrogeait un par un. Exemple : "Il y a des présidents qui veulent la guerre". "S'il n'y avait plus de vaches sur Terre, on n'aurait plus de lait, ni de steak, en gros tous les produits laitiers." J'avais sorti la vache de l'humanité.

 

Hugo

(...) Nous avons parlé de la violence, du harcèlement, des la guerre, des animaux, du racisme. Tout cela a duré 45 minutes.

 

Driss

Le lundi 18 décembre 2017, dans la classe de M. Marchand, nous avons parlé des guerres et de la violence. La classe a été organisée en rectangle. Tout le monde était très sérieux. Il s'est dit qu'il y a plusieurs sortes de violence. Il y a la violence verbale et la violence physique. Il s'est dit que la violence verbale est aussi blessante que la violence physique. J'ai adoré. J'ai envie de recommencer. 

 

Ambrine

(...) Walid a dit que dans la violence, il y a une victime. Yann a dit que dans la violence, il y a aussi des attentats. Driss a dit que la violence, ce n'est pas que les coups et les insultes. Jihad a dit : "Je ne sais pas pourquoi les hommes se tuent entre eux". Moi, j'ai bien aimé le débat parce que chacun a donné son avis. 

 

Jihad

la violence est l'utilisation de la force ou du pouvoir, physique ou psychique, pour contraindre, dominer, tuer détruire ou endommager. Elle implique des coups, des blessures, de la souffrance ou encore la destruction de biens humains et d'éléments naturels. Selon l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé), la violence est l'utilisation de menaces à l'encontre des autres ou de soi-même, contre un groupe ou une communauté, ce qui entraîne ou risque fortement d'entraîner un traumatisme, des dommages physiques, psychologiques, des problèmes de développement ou de décès. 

Pour moi, la violence peut-être partout visible et invisible. On peut être violent sans s'en rendre compte, par exemple se moquer de quelqu'un sur son physique pour faire rire les autres. Eh bien, ces rires peuvent être violents à entendre. 

 

Ethan

(...) La violence est une forme de menace envers les autres. Il y a différentes formes de violence, la violence physique (les coups, les guerres), la violence morale (les insultes)

 

Imade

1/ Organisation

Pour mettre en place le débat, nous avons tout d'abord réaménagé la classe en disposant nos tables en rectangle afin de pouvoir tous nous voir et de mieux nous entendre. Le maître a attribué des rôles aux élèves volontaires : un(e) président(e) de séance dont la rôle était de distribuer la parole (Miriame), un(e) secrétaire qui devait noter les prénoms des élèves qui voulaient intervenir pendant le débat ainsi que l'ordre d'intervention de ces derniers. Clémence a été désignée pour jouer ce rôle. Elle devait donner cette liste à Miriame. Une règle a été établie : nous devons lever la main pour que Clémence nous note. 

2/ Le débat

Nous avons parlé de plusieurs sujets. 

- Qu'est-ce que la violence (environ 15 minutes)

- Comment  pourrait-on faire pour éviter de faire appel à la violence et régler nos conflits au sein des élèves d'une manière plus sereine. 

Nous avons dit que la violence ne peut pas être que des coups. Des mots peuvent aussi blesser. La violence, ce n'est pas qu'entre humains, mais aussi envers les animaux car nous ne sommes pas obligés de les tuer. Nous pouvons trouver des protéines dans d'autres aliments. Pour régler ça autrement, il faut éviter de trop regarder des dessins animés trop violents ou des jeux violents. Il est toujours possible de s'arranger. 

 

Naoufel

La violence, ce n'est pas que des coups mais c'est aussi des insultes. Il y a a des victimes des cette violence qui ressentent les coups. Les gens peuvent être tués ou blessés par des armes comme les kalashs ou les machettes. Les hommes peuvent être violents pour plusieurs raisons, comme pour gagner de l'argent, pour se venger, pour faire les malins parce qu'ils ont bu trop d'alcool. 

 

Brechna

Tous ensemble, nous avons mis les tables en forme de rectangle pour faire ce débat.

Nous avons fait un débat parce que dans notre classe, il y a toujours des histoires de bagarres, enfin tout ça, bref...

Maintenant les propositions des des élèves : Walid a dit que dans la violence, il y a toujours des victimes. Il est d'accord avec Ethan, parce qu'il y a un président (nord-coréen) qui fait sacrifier son pays. 

 

 

Réfléchir pas convaincre.jpg

 

 

Marion 

le lundi 18 décembre, nous avons fait un débat sur la violence. Pour que l'on se voie tous, nous avons mis les tables en rectangle et le maître a choisi une présidente et un secrétaire. La secrétaire était Clémence, elle était chargée d'écrire sur une feuille les noms des personnes qui levaient la main. La présidente devait les appeler. Nous nous sommes posé les questions suivantes : qu'est-ce que la violence ? Comment pouvons nous faire pour arrêter ceci ?Nous avons aussi dit que la violence, ce n'est pas que des coups, c'est aussi les insultes. Il y a beaucoup de violence à cause des religions. Il y a aussi le braconnage et les réseaux sociaux qui incitent à blesser ou à tuer. 

 

Yann

Le lundi 18 décembre, nous avons mis les tables en rectangle pour faire un débat sur la violence. La violence, ce n'est pas qu'avec les coups . C'est aussi les insultes. Il y a des présidents qui veulent faire la guerre. 

Comment s'est créée la guerre ? La guerre s'est créée parce que les présidents  voulaient plus de territoires et du coup, ça a causé des guerres. 

Mon sentiment : J'ai trouvé que c'était plutôt cool de parler de ça.  

 

Miriame

Le lunid 18 décembre, nous avons fait un débat sur la guerre, les disputes. Il y avait une directrice qui s'appelait Miriame et une assistante qui s'appelait Clémence. . Avant de prendre la parole, il fallait lever la main et elle vous inscrivait. Ensuite, la directrice donnait la parole aux élèves. Puis on a parlé des présidents qui font la guerre comme Hitler ou d'autres. Et on a parlé du braconnage et des animaux tués. Ce n'est pas bien. Oui, mais on mange presque tous les jours de la viande. On a parlé de tout ça. 

 

Kenza

(...) Nous avons positionné la classe en rectangle pour que tous les élèves se voient. Moi, je trouve que la violence ne sert à rien. le monde serait mieux sans les coups ou les insultes. La violence, c'est aussi les menaces, des mots méchants sur les corps des personnes. Il y a la religion aussi. Ils tapent beaucoup de personnes parce qu'elles n'ont pas la même religion. 

 

Angèle

(...) Dans le débat, nous avons expliqué qu'il y a plusieurs formes de violence. la violence, ce n'est pas que des coups, il y a aussi les insultes qui peuvent blesser les gens. Certaines personnes se font taper ou insulter à cause de leur religion, d'autres sont victimes de violence en raison de leur physique. Le racisme et le harcèlement peuvent fire beaucoup de mal aux gens alors qu'on est tous de la même espèce. Même les animaux se font tuer parfois sans raison alors que nous avons besoin d'eux pour survivre. Nous devons les respecter comme toute personne. 

Dans certains pays, des dictateurs veulent la guerre et sont très cruels avec leur peuple. Les personnes qui sont maltraitées peuvent reproduire la violence avec les autres. Les réseaux sociaux peuvent aussi être dangereux : les insultes, le harcèlement, des gens mal intentionnés proposent des rendez-vous aux adolescents ou aux enfants. Il y a aussi des gens qui croient que la vie est un jeu vidéo où on ne meurt jamais. Ils sont violents avec les autres. Ils pensent qu'il n'y a pas de conséquences, que personne ne souffre, alors que c'st le contraire. Il ne faut pas faire aux autres quelque chose qu'on n'aimerait pas que l'on nous fasse. ARRÊTONS LA VIOLENCE ET VIVONS DANS LA PAIX !

 

Adrien

La violence peut être physiquement comme oralement. La violence est permanente sur Terre, animaux comme humains. Pourquoi autant de violence ? La violence est une action par laquelle la personne tente d'établir un rapport de force avec ne autre personne. La violence ne donne pas d'importance aux besoins et aux émotions de l'autre. la personne utilisant des comportements violents, force l'autre à agir contre son gré sans respecter ses droits. (...) La violence n'est pas une caractéristique de l'individu, mais plutôt un moyen utilisé pour atteindre ses buts. Voilà pourquoi on parle d'un individu utilisant des comportements violents et non une personne violente. Il est important de distinguer la violence de la colère. Contrairement à la violence qui est une action, la colère est une émotion. 

 

Clémence

(...) C'était intéressant ce qu'a dit Imade , les jeux vidéo ce n'est pas bien parce que les personnes peuvent reproduire ça. Driss a dit qu'avec les jeux vidéo, on peut se défouler. Elina a dit que, si on tuait les animaux, on n'aurait presque plus de nourriture. Elle a pris l'exemple avec la vache. Si il n'y a plus de vaches, il n'y a plus de fromage ni de lait. 

 

Adel

(...) Nous avons pris une feuille de classeur et un stylo bleu et nous avons donné des exemples de violence : la violence, c'est les insultes, le racisme, et il y a toujours des victimes. Théo a fait une bonne remarque en disant que c'était mal de tuer les animaux pour rien. Et aussi, la violence ne résout rien. 

 

Emma

Lundi 18 décembre 2017, nous avons fait un débat sur la violence et la guerre. Pour débattre de ces deux sujets, nous avons réorganisé la classe en installant les tables en rectangle. Ensuite nous avons élu une présidente (Miriame) puis une secrétaire (Clémence), deux élèves de la classe. Pour parler, on devait lever la main et Clémence s'inscrivait notre prénom, Miriame nous appelait pour que l'on s'exprime. Chacun de nous avons donné des exemples sur la violence et la guerre, comme la violence des adultes sur les enfants, la jalousie, les meurtres, les hommes qui frappent leurs femmes... La violence existe aussi chez les animaux, ainsi que la violence faite sur les Juifs pendant la seconde guerre mondiale lorsqu'on les envoyait en camp de concentration... les guerres de religion... je pense qu'il faudrait limiter les jeux vidéos ainsi que certains films dus à leur violence et sur les réseaux sociaux !

 

Sara

(...) Il fallait attendre que la présidente nous appelle. Nous avons parlé de la violence. C'était vraiment bien. Même le maître n'avait pas le droit de parler sans s'inscrire. Nous avons pu dire ce qu'on pensait. Nous aussi, on a eu une feuille pour écrire les phrases que les autres ont dit, celles qui nous intéressaient d'écrire et celles qu'on voulait dire. 

 

Walid 

(...) Walid disait des choses intéressantes comme l'histoire des victimes, des présidents. Et, à chaque fois, le maître levait la main et disait des choses intéressantes des élèves. Et après, le débat s'est terminé.

 

Clara

(...) Pour finir, voici quelques phrases dites par les élèves. La violence, ce n'est pas que des coups, mais aussi des mots (Driss). On tape les gens à cause des religions (Angèle). On naît ensemble, on meurt ensemble (Elina). Un président chinois interdit de quitter le pays (Walid). La violence de maintenant est horrible, mais dans le passé, c'est ça qui nous a fait la paix (Hugo). 

 

 

et dans quelques jours, les derniers témoignages de Calvin, Théo et Arthur...

 

Course d'Orientation 24.jpg

La classe de CM2 à la fin d'une séance de course d'orientation - Novembre 2017

 

 

 

 



24/12/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 158 autres membres