Ecole Primaire Les Cèdres Quetigny

Ecole Primaire Les Cèdres Quetigny

Quetigny, son histoire...

Quetigny, son histoire...

 

Eglise de Quetigny en 1840

 

 

Quetigny est situé à 5 km l'est de Dijon et fait partie du Grand Dijon.

Actuellement, la ville compte plus de 10.000 habitants. 
Elle fait partie du département de la Côte d'or au sein de la région Bourgogne-Franche-Comté.
 
Cette commune est l'exemple même de la ville à la campagne.
En 1954, sans aucun commerce, elle ne comptait que 324 habitants agriculteurs. De nos jours, avec près de 10 000 habitants, son développement et son cadre de vie sont à remarquer. 


Quetigny a multiplié sa population de 30 fois son nombre d'habitants en 30 ans. Cette gestion urbaine rondement menée, préserve actuellement une surface moyenne d'espaces verts de 13,50 m2 par habitant. L'espace commercial, l'un des plus importants de la région, est remarquablement fleuri. Une stratégie urbaine et paysagère de qualité qui a porté ses fruits. On y plante des arbres, on privilégie les jardins familiaux, on encourage le fleurissement sur le plan pédagogique et social.

 

L'école des Cèdres se situe dans le vieux village de Quetigny, près de l'église, où a débuté l'histoire de ce village devenu l'une des pricipales villes de Côte d'Or.

Quetigny serait né des villas construites au confluent de la Mirande et du Cromois par de riches dijonnais, ou, pense-t-on aussi, par des soldats de la cinquième légion romaine. Deux cercueils trouvés en 1855 dans le lit du Cromois, au lieu-dit "en Galagat", le laissent à penser. De nombreux noms de  lieux-dits sont évocateurs du passé : la Chapelle, l'Homme Mort, le Pont au prêtre, le Brûlé, Tirevaude, les Séhérons, des terres sèches et arides, les Nasoires, terres humides où poussent les joncs, les Brousses, petits bouquets de bois, les Huches, le Creux du Suchot...

Il semble bien que Quetigny existait déjà avant l'invasion des Barbares : Wisigoths, Alamans, Ostrogoths, Burgondes.

Quetigny deviendra propriété de l'Eglise avant que de nouveaux envahisseurs y viennent semer la ruine et  la terreur au XVIème siècle (reîtres puis ligueurs). Un texte ancien dit à ce sujet : « Des hauteurs de Talant et de la tour du Logis du roi, on voyait l'affreux spectacle d'un incendie de vingt lieues, dévorant toute la plaine jusqu'au bord de la Saône... »

 

Quétigny Décembre 2015 03.jpg

 

Au moment de la Révolution Française, les habitants pauvres de Quetigny deviennent propriétaires de leur terre. 

Plus tard, les troupes de réserve campent sur le territoire du village avant d'aller vaincre à Marengo. Mais l'histoire bégaie : sous le Second Empire, les Allemands reviennent dans la plaine. Sous l'occupation prussienne, les pertes subies par Quétigny s'élèvent à 54 236,58 F. En 1842, on jette bas l'édifice roman de Saint-Martin, en forme de croix latine et surmonté d'une tour carrée. Une église nouvelle va mirer son toit dans le Cromois.

 

A la fin du XVIIIe, le village compte 291 habitants. Sa population semble former une grande famille. Les gens d'ici sont appelés les « cousis », nom patois dérivé du mot « cousins ». On vit dans une quasi-autarcie, entre cultivateurs, manouvriers, journaliers et propriétaires terriens. Jusqu'en 1960, la gazette parle moins de Quétigny que de ses voisins du hameau de Mirande ou de Chevigny-Saint-Sauveur. C'est si vrai qu'une nouvelle résidente à Quétigny a noté que lors du passage du 110 volts au 220, les ménagères n'avaient guère montré d'empressement pour changer leurs appareils électriques. Et pour cause : elles repassaient encore leur petit linge au fer à plaque et moulaient le café à la main...

 

au début du XXème siècle. Seuls quelques téméraires s'aventurent à vélo jusqu'à la « ville », éclairés par leur lampe à carbure. Un mauvais chemin de terre cahoteux mène à Dijon et la population de Quétigny ne compte alors que 70 familles. Elles ont pour nom Renard, Nicolardot, Prieur, Burley, Baracco, Perreaux, Cottenet, notamment. La cité est divisée en trois parties, semblables à trois hameaux, n'ayant que peu de rapports les uns avec les autres. On vit essentiellement de la terre, cultivant les asperges, la pomme de terre mais aussi la vigne, derrière le château de la Motte, sur la respectable surface d'une douzaine d'hectares. Et l'on vient se réchauffer le gosier à la goutte que distille l'alambic du café Cottenet, fruit des vergers des alentours. Mais c'est une tout autre goutte qui fera déborder l'habitat quétignois un peu plus tard. Le village deviendra ville...

 

 Château dans le parc des Cèdres au début du XXème siècle

 

 

Quetigny est une ville située au centre est de la France. Elle fait partie des 466 communes du département de la Côte-d'Or en région Bourgogne. La ville de Quetigny appartient à l'arrondissement de Dijon et au canton de Dijon 2e Canton. Le code postal de la ville de Quetigny est le 21800 et son code Insee est le 21515. 

Géographie :

L'altitude de Quetigny est de 220 mètres environ. Sa superficie est de 8.19 km². Sa latitude est de 47.315 degrés Nord et sa longitude de 5.115 degrés Est. Les villes et villages proches de Quetigny sont : Chevigny-Saint-Sauveur (21800) à 2.10 km, Sennecey-lès-Dijon (21800) à 2.72 km, Saint-Apollinaire (21850) à 3.17 km, Couternon (21560) à 3.45 km, Neuilly-lès-Dijon (21800) à 3.85 km. 
(Les distances avec ces communes proches de Quetigny sont calculées à vol d'oiseau)

Population et logements :

Les habitants de Quetigny se nomment les Quetignois et les Quetignoises. La population de Quetigny était de 9 409 au recensement de 1999, 9 546 en 2006, 9 598 en 2007 et 9 684 en 2009. La densité de population de la ville est de 1 171.92 habitants par km². Le nombre de logements sur la commune a été estimé à 3 932 en 2007. Ces logements se composent de 3 830 résidences principales, 12 résidences secondaires ou occasionnelles ainsi que 90 logements vacants.

 

 

Début de la zone commerciale en 1980

après les premiers immeubles des années soixante.

On distingue au premier plan le parc du Cromois et la place Centrale,

et tout au fond, derrière les immeubles,

le magasin Carrefour déjà installé au milieu des champs

en attendant l'extension de la zone commerciale que nous connaissons maintenant. 

 

Voici l'historique de la population de la ville depuis 1968
- 9 684 habitants en 2009 
- 9 598 habitants en 2007 
- 9 409 habitants en 1999 
- 9 230 habitants en 1990 
- 7 292 habitants en 1982 
- 4 596 habitants en 1975 
- 1 219 habitants en 1968

 

 

Parallèlement, le nombre de logements était de
- 3 932 hébergements en 2007 
- 3 552 hébergements en 1999 
- 3 184 hébergements en 1990 
- 2 373 hébergements en 1982 
- 1 344 hébergements en 1975 
- 351 hébergements en 1968

 

 

 

 

 

 

Quetigny dans les années 1950-60

Vous reconnaîtrez, derrière l'église, l'actuelle rue des Marronniers

qui n'était alors qu'une petite rue de village.

L'école actuelle des Cèdres se trouve dans le parc des Cèdres situé vers les arbres 

en bas à droite de la photo. 

 

Quétigny Décembre 2015 04.jpg

 

Population avant 1968

 

481 habitants en 1962 (début du développement de la ville)

326 habitants en 1954

322 habitants en 1946

306 habitants en 1936

309 habitants en 1931

283 habitants en 1926

281 habitants en 1921

347 habitants en 1911

319 habitants en 1906

318 habitants en 1901

321 habitants en 1896

335 habitants en 1891

334 habitants en 1886

323 habitants en 1881

326 habitants en 1876

338 habitants en 1872

357 habitants en 1866

352 habitants en 1861

359 habitants en 1856

358 habitants en 1851

338 habitants en 1846

321 habitants en 1841

294 habitants en 1836

297 habitants en 1831

297 habitants en 1821

302 habitants en 1806

300 habitants en 1800

293 habitants en 1793

 

On voit nettement, après un siècle et demi de stabilité autour de 300-350 habitants, l'explosion démographique entre 1962 et 1968 où la population est passée de 481 à 1219 habitants (presque le triple), au moment des premières constructions d'immeubles dans les petites villes et les petits villages péri-urbains. Ce n'était qu'un début puisque 44 ans plus tard, la population quetignoise dépasse les 10.000 habitants et la ville est officiellement passée en 2011 à la cinquième place des villes de Côte d'Or de plus de 10.000 habitants derrière Dijon, Beaune, Chenôve et Talant, juste devant Chevigny-Saint-Sauveur. 

 

 (Sources Wikipédia / Le Parisien.fr / Le Bien Public)

 

 

 

Le château de Quetigny en 1960 (au loin, en haut à droite, le vieux village avec

l'église et le parc des Cèdres)

 

Cube Quétigny 2015.gif

 

 


 


 Inauguration du Tram à Quetigny / Septembre 2012

 

Galerie-Photos de Quetigny d'hier à aujourd'hui

 



25/12/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 180 autres membres