Ecole Primaire Les Cèdres Quetigny

Ecole Primaire Les Cèdres Quetigny

Théâtre / "Les Légendes du Vieux Rempart" - Petit Théâtre des Prairies - Jeudi 13 juin 2019

Théâtre

"Les Légendes du Vieux Rempart"

 

Affiche Les Légendes du Vieux Rempart 02.jpg


 

 

La classe de CM2 de l'école des Cèdres a présenté sa dernière création

"Les Légendes du Vieux Rempart"

aux parents de la classe

le jeudi 13 juin 2019 au Petit Théâtre des Prairies.

 

 

Ce jeudi 13 juin a été une très belle journée, l'aboutissement de plusieurs mois de travail pour les CM2 de l'école des Cèdres. Leur pièce de théâtre "Les Légendes du Vieux Remparts" a été présenté trois fois au Petit Théâtre des Prairies, le matin devant les classes de Mme Boni et Mme Mannino et l'après-midi devant les classes de Mme Deloge et M. Sourrieu. Devant deux publics attentifs, les élèves du CM2 ont "raconté" cette histoire étrange d'un vieux rempart du passé, perdu en pleine forêt, dont l'esprit incarné vient révéler ses secrets. 

 

Joué admirablement par Ilhan, tout en puissance et en finesse, cet homme-muraille a été la clé de voûte de ce récit à la fois fantastique et réaliste, comme une ode à la nature, à la mémoire et au temps qui passe. L'humour trouvait largement sa place par des personnages hauts en couleurs comme le vieux roi Artémius, interprété formidablement par Valentin, ou encore le vieux grand-père de 103 ans, lui aussi appelé Artémius qu'Alice a incarné avec beaucoup de talent. 

Autour d'eux, c'est toute une faune de d'autres personnages tragicomiques dans des situations où les soucis donnaient volontairement plus à rire qu'à pleurer. 

 

Cette comédie joyeusement rythmée a trouvé son point d'orgue le soir devant les parents. Une magnifique moment pendant lequel les enfants ont été admirables de jeu et de tenue, Alice ponctuant le spectacle d'un chant a capella de toute beauté. Les parents ne s'y sont pas trompés, heureux d'avoir été présents. 

 

La soirée s'est terminée autour de boissons servies dans la cour de Léo Lagrange devant le théâtre. 

 

Ce groupe d'enfants très atttachants a ainsi pu vivre un beau moment plein d'humanité et d'empathie, un jour qui restera sans doute marqué pour longtemps dans leur mémoire. 

 

 


La vidéo du spectacle - Soirée du jeudi 13 juin 2019 - Un grand merci à la famille Markey

 

 

 

bloggif_5ca0e78891801.jpg

 

 Commentaires d'enfants

 

Le jeudi 13 juin 2019, il y avait 75 personnes qui venaient voir notre théâtre. Le titre est "Les Légendes du Vieux Rempart". On a commencé l'année par des ateliers théâtraux pour savoir exprimer nos émotions. Pour trouver les idées et pour écrire le texte, on était en groupe de 2. On a reçu des textes, moi j'étais le randonneur 4. On avait fait une avant-première devant la classe de Mme Mannino dans  la salle polyvente de l'école. Ils avaient bien aimé. Le jeudi 13 juin 2019, le matin, on a fait le premier spectacle devant la classe Mme Mannino et Mme Boni, et l'après-midi on a fait une 2ème représentation devant la classe de M.Sourrieu et la classe de Mme Deloge. Ils ont bien aimé, et la dernière représentation était devant les parents. On a pique-niqué devant le petit théâtre des Prairies (sur des escaliers). Après on a répété et on a fait le spectacle et à la fin, on a bu un coup. On a servi des verres pour les gens et après on a joué dans la cour du petit théâtre des Prairies.

Adem

 

 

Souvenir de théâtre le jeudi 13 juin 2019

1)  ça me faisait trop rire quand la famille me regardait et que je parlais au roi Artémuis, eux, ils ne le voyaient pas.

2)  J'ai bien aimé le moment où Shayna avait perdu sa maman.

3)  Dans les scènes improvisées j'ai trop aimé quand Joane a fait pipi sur le mur.

4)  J'ai aussi aimé quand Mathias,Rachid et Yannis cherchaient l'Homme Muraille.

5)  Dans la scène des chasseurs, ça m'a fait rire quand elles ont cru qu'elles avaient fait fuir les promeneurs rien qu'avec des mots.

6)  C'était trop cool quand on a tous mangé ensemble dans les escaliers de Léo Lagrange.

Alice

 

 

 

J'ai aimé quand on faisait croire qu'on ne voyait pas Arthémius.

 

J'ai aimé quand on a pique niqué dans les escaliers.

 

J'ai aimé quand on jouait dehors.

 

J'ai aimé quand Shayna pleurait.

 

J'ai aimé quand Ilhan a jeté le sac de diamants.

 

J'ai aimé quand Joane, en chien, a fait pipi sur le rempart et Ilhan a dit "Eh On n'urine pas sur ma muraille !!!

 

Célia

 

 

 

On a commencé l'atelier-théâtre en Octobre. On faisait des jeux de théâtre et quelques mois plus tard on a commencé la pièce de théâtre. Le Jeudi 13 Juin 2019, le matin on a présenté la pièce devant les classes de Mme Boni et Mme Mannino et l'après-midi on l'a refaite devant les classes de Mme Deloge et M Sourrieu . Le soir, on a pique-niqué et après on a commencé le spectacle .

 

Les moments que j'ai bien aimé sont :

 

1)  Quand Joane en chien a fait pipi sur le mur et que Ihlan a dit : "Et on fait pas pipi sur ma muraille."

 

2)  Quand on a fait les tête bizarres parce que le papi parlait au Roi Artémius mais nous, on ne le voyait pas.

Charline

 

 

J'ai aimé quand j'ai jeté le petit sac de diamants.

 

J'ai trouvé que nous avons bien joué nos scènes.

 

J'ai trouvé que c'était drôle quand Joane, déguisée en chien, a uriné sur ma muraille.

 

J'ai bien aimé quand Valentin le roi Artemius a soufflé dans sa corne.

 

J'ai bien aimé quand Adam le policier a dit "C'est ça ! Et moi, je bronzais sur la plage !".

 

Ilhan

 

 

 

Je me rappelle de l'homme-Muraille qui était déguisé.

Je me rappelle que Shayna a pleuré comme un bébé mais bon c'était drôle.

Je me rappelle que Valentin était le roi Arthemius et il soufflait dans une corne.

Je me rappelle qu'Alice a chanté super bien et qu' elle avait une voix magnifique.

Je me rappelle qu' on avait un salut qui était plutôt réussi.

Kenza

 

 

 

Jeudi  13 juin 2019, nous avions fait une représentation d'une pièce de théatre commencée en janvier après des mois d'atelier. Le jour J était maintenant arrivé . Ce matin-là, nous avions présenté la pièce devant les classes de Mme Boni et Mme Mannino ; puis on est rentrés à l'école car nous étions au petit Théatre des Prairies. Nous sommes repartis au théatre en début d'après-midi puis les classes de Mme Deloge et M. Sourrieu sont venues regarder puis ils sont parties. Le soir les parents sont venus à leur tour. J'avais le trac. Après le théâtre, on a bu un coup.

Lina  

 

 

Le jeudi 13 juin 2019, je me rappelle quand j'avais dit  :"J'ai peur que Papi perde la boule".  Et mon père et ma cousine avaient rigolé.

 

Joane avait fait pipi sur le mur, mais le problème c'est que moi je m'avais pas vu ! Puis Ilhan a dit :" Eh Oh ! On ne pisse pas sur mon mur !" 

 

Quand j'ai fait mon rôle du voleur, Lina, Marine, Alice et Joane avaient cru que j'avais jeté le sac de diamants. Comment il était derrière le mur, Ilhan l'a rejeté .

 

Quand Alice a chanté, c'était magnifique. 

 

J'ai bien aimé quand Alice était déguisée en papi et aussi j'ai bien aimé quand on a dit : "Zaïmeur,  c'est une sorte de danse, sport ..."

 

J'ai bien aimé encore  quand Valentin a soufflé dans sa trompette.

 

Maïssane

 

 

 

bloggif_5ca0e9f9a818c.gif

 

 

Le 13 juin 2019, tous les élèves de la classe étaient réunis pour manger avant le grand spectacle. On était tous un peu stressés . Après nous avons fait une grande gamelle. Je me rappelle que c'était Célia qui comptait. Juste après, nous avons révisé nos scènes. Nous sommes rentrés dans le Petit Théatre des Prairies. Quand  on a vu les parents arriver, on était beaucoup plus stressés que quand les classes de Mme Boni et Mme Mannino étaient venues nous voir le matin et quand l'après- midi étaient venus les élèves de Mme Deloge et M Sourrieu. Le maître, avant de commencer la  pièce de théâtre, a expliqué le travail de théâtre à l'école ; puis nous avons commencé les scènes. Au début de chaque scène, l'homme-muraille parlait. On a commencé par la scène du roi ; après c'étaient les chasseurs avec les promeneurs puis une famille d'un grand père de trois enfants et cinq petits-enfants. Après il y avait les voleurs ensuite d'autres promeneurs avec des policiers et après c'étaient les scènes improvisées et pour finir, Alice nous a chanté une belle chanson. Nous sommes sortis et on a bu des jus de fruits .

J'ai beaucoup apprécié ce moment !

Marine

 

 

 

L'attente de l'homme muraille était bien parce que au  départ on ne savait pas trop ce qu'il se passait.

Quand Valentin a soufflé dans sa corne, tout le monde a rigolé. La première fois quand je courais dans les coulisses, je changeais de coulisses sans que personne ne me voie. Lors du concert, j'ai fait tomber ma gourde sous les gradins. J'ai bien  aimé les déguisements surtout celui de Valentin. C'était trop bien quand tout le monde a mangé dans  les escaliers de Léo Lagrange. 

Mathias 

 

Le jeudi, c'était le jour du spectacle de notre pièce de théâtre. Elle s'intitule "Les Légendes du vieux Rempart". Valentin était le Roi Artémius et Ilhan jouait l'homme -muraille. Moi je jouais un chasseur qui chassait en plein mois de juin et un chien qui jouait avec un autre chien. Personnellement, j'ai beaucoup apprécié la pièce. Au début j'avais peur... mais quand on a salué le public, je n'arrivais pas à me retenir de sourire. Les scènes que j'ai aimées : Les chasseurs quand ils se retournent, les chiens qui jouent et quand Joane fait pipi sur le mur. Aussi quand Ilhan crie sur le chien, aussi quand Maïssane dit "J'ai peur que papi perde la boule" etc...

Juste avant le spectacle, le maître nous a fait un tape m'en cinq .

Melina

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         

Quand j' étais dans les coulisses, j'avais peur d'aller sur scène et quand j'étais sur scène, je n'avais plus trop peur.

Quand Valentin soufflait dans sa corne, à chaque fois, tout le monde rigolait.

J'aime bien le moment où Ilhan lance le  sac au dessus de la muraille. J'aime bien quand Adam dit : "C'est ça ! Et moi je bronzais sur  la plage". J'ai bien aimé la scène du début quand ils cherchent l'homme muraille.  

Pierre

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

J'ai bien aimé...

 

1) J'ai bien aimé le respect des parents.

 

2) J'ai bien aimé les scènes humoristiques.

 

3) J'ai bien aimé l'homme-muraille.

 

4) J'ai bien aimé quand le roi Artémius soufflait dans sa corne.

 

5) J'ai bien aimé tout le spectacle.

 

C'était parfait. J'ai très bien aimé. Je m'en souviendrai.

 

Rachid                                                                                                                                                                                                                                                                                 

 

 

 

 

bloggif_5ca0e7c4c0ed7.jpg

 

 

 

 

J'ai aimé quand Joane a fait pipi sur le rempart.

 

J'ai aimé quand  Adam a dit " C'est çà !..."

 

J'ai aimé quand j'ai pleuré.

 

J'ai aimé quand Maïssane a dit : "J'ai peur que Papi perde boule !"

 

J'ai aimé quand Ilhan a dit :"Eh on ne pisse pas sur mon mur !!!!"

 

J'ai aimé quand Sofia a dit : "Peut- être qu'il nous a oublié à cause du zaïmeur."

 

J'ai aimé quand on a mangé tous ensemble .

 

J'ai aimais quand l'Homme-Muraille a jeté le sac de bijoux.

 

Shayna

 

 

 

 

J'aime bien faire du théâtre. L'homme-muraille était drôle avec son déguisement. On aurait dit qu'il allait faire la fête. Alice était drôle avec sa perruque et ses lunettes.

Sofia

 

 

 

Le jeudi 13 juin 2019, j'ai aimé quand Joane a fait pipi sur le mur puis Ilhan a dit : "Eh oh ! On ne pisse  pas sur mon mur".

 

J'ai bien aimé  quand Sofia a dit " Peu-être que Papi est parti à cause du zaïmeur."

 

J'ai aimé quand on a fait le salut à la fin.

 

Aussi on a fait un petit goûter et on a joué à la fin.

 

Soumaya

 

 

 

Le jeudi 13 juin 2019, moi et ma classe on monté une pièce de théâtre. Le titre était "Les Légendes Du Vieux Rempart". Cette pièce de théâtre a été présentée au"petit théâtre des Prairies"(à Quetigny).         

Moi,j'ai joué "le roi Artémius". J'ai inventé la base de la première scène. Donc je jouais le personnage que j'ai inventé. J'ai passé tout le temps de toutes les scènes dans les coulisses (je ne voyais pas les scènes où je ne jouais pas).

Valentin

                                                                                                                                                                                       

 

 

J'ai bien aimé quand Joane a fait pipi sur la muraille et que l'Homme Muraille a dit "Eh oh ! On ne pisse pas sur ma muraille" et Joane s'est enfuie.

 

 

 

J'a bien aimé quand Maïssane a dit : "J'ai peur que Papi perde le boule".

 

 

 

J'ai bien aimé quand Sofia a dit : "peut-être que Papi nous a oubliés à cause du zaïmeur".

 

 

 

J'ai bien aimé quand on a tous pique-niqué ensemble.

 

 

 

J'ai bien aimé quand on a tous crié Pascal Marchand.

 

 

 

J'ai bien aimé la musique de fin.

 

Yannis

 

 

Affiche Les Légendes du Vieux Rempart 04.jpg

 

 

Le texte intégral de la pièce

 

 

Les Légendes du Vieux Rempart

 

 

 

 

 

 

 

(Les enfants recouverts d’un masque blanc entrent un par un. C’est une marche mécanique, presque robotique. Ils portent chacun un pavé représentant un morceau du rempart. Ils vont les empiler au centre de la scène pour mettre en place la muraille. Au final, au son des cuivres l’Homme-rempart apparaît)

 

 

 

Homme – Muraille :

 

Je suis l’homme-muraille. Mille et une histoires ont jalonné ma vie. Et ce soir, je vous en raconterai quelques unes. Rien ne s’oublie, ni les joies, ni les drames, ni les sagesses, ni les folies. Oui, je suis l’homme-muraille, l’homme-mémoire. Je sais ce que vous ne savez pas. Et bientôt, vous connaîtrez quelques uns de mes secrets comme celle du vieux roi Artemius, le jour de ses 103 ans….

 

 

 

 

 

 

 

(Le  vieux roi avec sa canne s’avance très doucement, entouré de ses deux fidèles soldats.)

 

 

 

Artémius : - Ah ! Mes fidèles compagnons ! Vous êtes toujours à mes côtés.

 

                      Vous qui m’avez accompagné  dans toutes mes grandes épopées.

 

Soldat 1 – Clotaire : - Oui, Sire. Et c’était un plaisir.

 

Soldat 2 - Chilpéric : - Un réel plaisir.

 

Artémius : - Mon bon Clotaire ! Mon Bon Chilpéric ! Vous souvenez-vous de la

 

                      bataille de Montsifroy. Nous avions eu tellement chaud. Mais

 

                      quelle victoire !

 

Chilpéric : - Oui. Comme notre triomphe dans la plaine de Montsueur où nous

 

                     avions eu si froid.

 

Clotaire : - C’était en décembre. Il neigeait abondamment. Nos soldats

 

                    s’enfonçaient dans une grande épaisseur de poudreuse.

 

Artémius : - Oui, mes amis. Mais ce furent de magnifiques combats d’où nous

 

                      sortîmes vainqueurs.

 

Clotaire : - Comme toujours, Sire.

 

Chilpéric (faisant la moue) : - Enfin presque. Dans les gorges de la Pâtée, ce fut

 

                                                     une vraie décullotée.

 

Artémius (furieux) : - Chilpéric ! Je t’interdis de parler de nos défaites ! Ma

 

                   légende doit faire de moi un roi toujours victorieux. C’est ce que

 

                   retiendra l’histoire. Tu as compris Chilpéric ?

 

Chilpéric : - Oui, Sire.

 

(Artémius s’écarte un peu pour regarder le mur. La remarque de Chilpéric l’a rendu grognon. Clotaire s’approche de Chilpéric. Il rouspète dans sa barbe.)

 

Clotaire (à Chilpéric) : - Mais tu sais bien qu’il ne faut pas parler de ses défaites.

 

                                         Ça l’énerve et il devient grognon. Tu veux nous pourrir la

 

                                         journée ou quoi ?

 

Chilpéric : - Mais non ! Je ne me suis pas rendu compte de ce que je disais.

 

Clotaire : - Il faut pourtant que tu te contrôles sinon…

 

Chilpéric : - Sinon quoi ?

 

Clotaire : - Sinon il va encore repenser à sa pièce d’or perdue et à…

 

Chilpéric : - Je sais ! Je sais ! Pas la peine d’en rajouter.

 

 

 

(Artémius revient très doucement vers Clotaire et Chilpéric, sans les regarder. Il cherche quelque chose au sol.)

 

 

 

Artémius (toujours grognon) : - C’est là qu’ j’ai perdu l’écu d’or que m’avait

 

                                                donné mon père, celui qui me portait chance.

 

                                                Depuis je vieillis à vue d’œil.

 

Clotaire (à Chilpéric) : - Ah ! C’est malin ! Et voilà ! C’est reparti pour l’histoire

 

                                          de l’écu d’or perdu !

 

Chilpéric (à Clotaire) : - Oh ! Ça  va ! Ça va ! Tout le monde peut faire des

 

                                           erreurs !

 

Clotaire (à Chilpéric) : - Oui, mais celle-là, on la paie très cher.

 

Chilpéric (à Clotaire) : - L’avantage, c’est qu’au moins, il a fini de nous

 

                                         embarquer dans ses combats ridicules où on risque

 

                                         notre peau pour la gloire de Monsieur Artémius.

 

Artémius  (toujours grognon) : - Eh vous deux ! Vous êtes là à tatasser sans

 

                                                même penser à chercher cette maudite pièce !

 

Clotaire : - Nous cherchons Sire !

 

Childéric (à Clotaire) : - Fais semblant car si on la trouve, c’est reparti pour le

 

                                          champ de bataille.

 

Clotaire : - Ne t’inquiète pas. Pas à 103 ans . En plus avec une canne ! Surtout si on la trouve,

 

                    il nous foutra la paix.

 

(Tout le monde cherche. D’un coup, Clotaire la voit)

 

Clotaire : - Je l’ai Sire !

 

Chilpéric : - Oh ! Non ! Tu aurais pu te taire !

 

Artémius : - Merveilleux Clotaire ! J’ai retrouvé ma jeunesse !

 

(Clotaire la donne à Artémius dont le visage s’éclaire d’un coup. Il jette sa canne en l’air, court et saute partout)

 

Artémius : - C’est extraordinaire. J’ai retrouvé mon énergie de 20 ans. Regardez ! J’ai 20 ans !

 

                      Enfin, je peux repartir au combat. Nous irons conquérir la Scandinavie, la Russie

 

                     au-delà des Monts Oural, l’Afrique jusqu’au Kilimandjaro, L’Amérique jusqu’au

 

                     Cap Horn, L’Asie jusqu’à la Mer de Chine et nous finirons par les îles d’Océanie et

 

                     même l’Antarctique dans un combat mémorable face aux manchots ! En avant,

 

                     Clotaire et Chilpéric ! En avant pour notre grande épopée !

 

(Artémius , heureux, et Clotaire, faisant la moue, sortent. Chilpéric traîne des pieds. Il s’arrête face aux spectateurs.)

 

Chilpéric : - Tout ça pour un écu d’or. Ma mère me l’a toujours dit : « L’argent sera la source

 

                     de nos malheurs ! Surtout avec le vieil Artémius ! »

 

(Il sort)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Homme-Muraille : C’est ainsi qu’est née la légende d’Artémius. On dit d’ailleurs qu’il est

 

                                  devenu immortel et qu’on le rencontre encore parfois dans la forêt du

 

                                  Vieux Rempart. Certains disent l’avoir vu, des chasseurs… Mais tout cela

 

                                  est-il vrai ?

 

 

 

 

 

 

 

(Trois chasseurs apparaissent sur scène. Ils cherchent le gibier. Deux chiens les accompagnent)

 

 

 

Chasseur 1 : - C’est la première fois que je viens chasser ici.

 

Chasseur 2 : - Il paraît que c’est une forêt hantée.

 

Chasseur 3 : - Hantée par qui ?

 

Chasseur 1 : - Un vieux roi guerrier mort il y a très longtemps. Un gars nommé Artémius.

 

                         J’ai vu une gravure de lui sur la place du village.

 

Chasseur 2 : - Ah oui ! Le bonhomme avec la couronne sur la tête.

 

Chasseur 3 : - Il était vraiment moche. Ce doit encore être une de ces âneries pour faire peur

 

                         aux gens.

 

Chasseur 2 : - On appelle ça une légende.

 

Chasseur 1 : - N’empêche, personne n’y vient chasser, à part nous.

 

Chasseur 3 : - Parce qu’on n’est pas des gogos qui croient à des sottises.

 

Chasseur 2 : - Comme ça, on est certains de ne rencontrer personne.

 

Chasseur 1 : - En plus, ce n’est plus la période de la chasse. Normalement, c’est interdit.

 

Chasseur 2 : - Raison de plus pour qu’on soit tranquilles.

 

 

 

(Ils continuent à arpenter la scène à la recherche de gibier. Ils s’arrêtent devant le rempart.)

 

 

 

Chasseur 3 : - C’est quoi cette muraille ?

 

Chasseur 1 : - Le soi-disant château du vieux roi Artémius, celui dont je vous parlais.

 

Chasseur 2 : - Ah bon ? Il a vraiment existé ?

 

Chasseur 1 : - C’est ce qu’on raconte.

 

Chasseur 3 : - Si ça se trouve, c’est vrai que son fantôme hante la forêt…

 

Chasseur 2 : - N’importe quoi ! En plus Artémius ! Quel nom ridicule ! S’il croit qu’une

 

                         histoire pareille va me faire peur.

 

(Un groupe de 5 promeneurs arrivent alors.)

 

Les enfants : - Bonjour !

 

Les chasseurs : - Bonjour !

 

Promeneur 1 : - C’est encore la période de la chasse ?

 

Chasseur 1 : - Euh… On peut dire ça… euh… Oui ! Oui ! Oui !

 

Promeneur 2 : - Il ne me semble pas. C’est fini depuis le 28 février.

 

Chasseur 2 : - Oui ! C’est vrai ! Mais c’est particulier pour cette forêt. On a une autorisation

 

                         spéciale.

 

Promeneur 3 : - On peut la voir.

 

Chasseur 3 : - Elle est au fond de notre sacoche, sous un tas d’affaires. Faites-nous confiance.

 

                         On sait ce qu’on fait.

 

Promeneur 4 : - C’est vraiment étrange, on n’en a jamais entendu parler de cette histoire de

 

                             chasse ici en juin.

 

Promeneur 5 : - Et pourtant, on est souvent en randonnée.

 

Chasseur 1 : - Vous connaissez bien ce coin ?

 

Promeneur 1 : - Non. C’est la première fois qu’on vient ici.

 

Promeneur 2 : - Et même si c’est la première fois, votre histoire de chasse est vraiment très

 

                            bizarre.

 

Promeneur 3 : - Je n’ai jamais vu ça nulle part.

 

Promeneur 4 : - Personnellement, je ne crois pas un mot de votre histoire.

 

Promeneur 5 : - Jamais on a donné une autorisation en juin, sauf pour des battues spéciales

 

                              prévues par la préfecture.

 

Chasseur 2 : - En quelque sorte, c’est un peu ça.

 

Chasseur 3 : - Mais c’est resté secret pour ne pas faire peur aux gens.

 

(A ce moment-là, le fantôme d’Artémius apparaît derrière les chasseurs. Les enfants crient et s’enfuient. Artémius s’est installé juste derrière les chasseurs)

 

Chasseur 1 : - Alors là ! C’est la meilleure de l’année. On a réussi à faire fuir les promeneurs

 

                         rien qu’avec des mots.

 

Artémius : - Ce n’est pas très compliqué. Ce n’est pas la peine de faire les malins.

 

Chasseur 1 (à Chasseur 2) : - Qu’est-ce que tu dis ?

 

Chasseur 2 : - Mais je n’ai rien dit !

 

Chasseur 3 : - Moi non plus !

 

Chasseur 1 : - Ne vous moquez pas de moi. Je n’aime pas ça du tout.

 

Artémius : - Mais, ce qu’il est susceptible le Monsieur !

 

Chasseur 1 (en colère) : - Mais vous allez arrêter tous les deux.

 

Chasseur 3 : - Mais je n’ai rien dit !

 

Chasseur 2 : - Moi non plus !

 

Chasseur 3 : - Tu es complètement parano !

 

Chasseur 1 : - Je sais très bien que c’est un de vous deux qui a parlé. C’est logique, il n’y a

 

                        que nous ici.

 

Artémius : - Ah non ! Je suis là aussi.

 

(Les trois chasseurs se retournent. Artémius se cache derrière eux. Puis ils se retournent encore. Artémius fait la même chose)

 

Chasseur 2 (à Chasseur 1) : - Moi aussi, j’ai entendu une autre voix.

 

Artémius : - C’est la mienne !

 

(Chasseur 1 et 2 se retournent vers Chasseur 3)

 

Chasseurs 1 et 2 : - Ça suffit maintenant !

 

Chasseur 3 : - Mais quoi ! Je n’ai rien dit ! C’est peut-être le fantôme d’Artémius ?

 

Chasseur 2 : - Mais bien sûr ! Qu’il se pointe celui-là et il va voir de quoi je me chauffe !

 

Artémius : - Ça tombe bien, je suis là. Je veux bien voir.

 

(Les trois chasseurs se retournent et voient le fantôme d’Artémius)

 

Chasseur 1 : - Aaaaaaaaaarttttttt….

 

Chasseur 2 : - Téééééééééééémmmmmmmmm…

 

Chasseur 3 : - miiiiiiiiiiiiuuuuuuuuuuusssssssss…. Aaaaaaaahhhhhhh !!!!!

 

(Les chasseurs s’enfuient en laissant tomber leurs fusils)

 

Artémius : - J’A-DORE ! Qu’est-ce que ça m’amuse ! C’est même mieux que de faire la       

 

              guerre. Franchement les légendes ont du bon, surtout quand elles sont vraies.

 

              Cool ! Franchement c’est trop cool. Je reviendrai.

 

(Artémius sort.)

 

 

 

(L’Homme-Muraille revient sur scène)

 

 

 

Homme-Muraille : - L’ombre d’Artémius plane sur cette forêt depuis des siècles. Mais est-il le seul Artémius à avoir foulé le sol de cette forêt ? Voilà un autre de mes secrets…

 

 

 

(Il sort. Toute une famille arrive sur la scène, le Grand-Père, ses enfants (3) et ses petits enfants (5). Au total, ils sont 8 sur scène. C’est une ambiance très joyeuse. Ils rigolent. Ils sont heureux)

 

 

 

Enfant 1 : - Voilà Papa ! On fête enfin ton anniversaire près du rempart du vieux roi qui porte

 

                    le même nom que toi.

 

Grand-Père : - Eh oui ! Je m’appelle Artémius ! Comme lui !

 

Enfant 2 : - Ils sont rares les gens à porter ce nom-là.

 

Enfant 3 : - Pour ma part, je n’en connais aucun, à part toi.

 

Petit-Enfant  1A : - Papi ? Ce vieux roi, c’était ton arrière-arrière-arrière-arrière-grand-père ?

 

Grand-Père : - Je n’en sais fichtre rien. Il faudrait demander à mes parents. Mais je pense

 

                          qu’il est trop tard pour ça maintenant.

 

Petit-Enfant 2A : - Quand je serai grand, je ferai des recherches généalogiques pour savoir.

 

Petit-Enfant 2B : - Moi aussi, je le ferai avec (enfant A). On te dira quand on aura trouvé.

 

Grand-Père : - Oh ! Je ne serai plus de ce monde à ce moment-là. J’ai déjà 103 ans…

 

Petit-Enfant 3A (étonné) : - Oh ! Comme dans la légende du vieux roi Artémius. La maîtresse

 

                                                  nous l’a racontée à l’école.

 

Enfant 3 : - C’est vrai mon chéri ? Tu lui as dit que tu avais un grand-père qui s’appelle

 

                    Artémius ?

 

Petit-Enfant 3A : - Oui. Mais elle ne m’a pas cru. Elle disait que je faisais mon malin.

 

Petit-Enfant 3B : - C’est vrai. Elle m’a même demandé à la récré pour vérifier ce que mon

 

                                 frère avait dit. Puis elle est partie en secouant la tête comme si on lui

 

                                 racontait des bobards. Je l’ai entendu marmonner qu’on était des

 

                                 aballufateurs dans la famille. Quelque chose comme ça.

 

Enfant 3 : - Des affabulateurs…  Je lui écrirai un mot pour éclaircir tout ça.

 

Petits-Enfants 3A et 3B : - Merci Maman !  (ou) – Merci Papa !

 

(Le fantôme d’Artémius apparaît à côté du grand-père Artémius. Mais personne ne le voit, sauf le grand-père qui lui sourit)

 

Grand-Père (au fantôme d’Artémius) : - Quand j’étais petit à l’école et que je disais mon

 

                                                                        nom, on me racontait toujours votre histoire. Je suis

 

                                                                        bien content de vous voir enfin.

 

Artémius : - Moi aussi. Pour une fois que je rencontre quelqu’un qui porte mon nom. Parfois

 

                     des gens me voient comme tout à l’heure. Et je leur ai joué un bon tour. Mais

 

                     souvent je passe inaperçu, comme maintenant. Il n’y a que vous qui me voyez.

 

(Ils continuent de parler ensemble)

 

Enfant 1 : - Mais Papa, à qui parles-tu ?

 

Grand-Père : - Mais au roi Artémius ! Il est là ! (Il le montre)

 

Petit-Enfant 2A : - Mais il n’y a personne Papi.

 

Petit-Enfant 2B : - Tu es sûr que ça va Papi ?

 

Petit-Enfant 1A (triste) : - J’ai peur que Papi perde la boule.

 

Enfant 1 : - Ne t’inquiète pas mon chéri. Il est juste un peu fatigué et ému d’être ici pour son

 

                    anniversaire.

 

Petit-Enfant 3A : - Dis Papa (ou Maman), c’est ça qu’on appelle la maladie du Zaïmeur ?

 

Petit-Enfant 3B : - Ah Bon, Papi a le Zaïmeur ?

 

Petit-Enfant 2A : - C’est quoi le Zaïmeur ? C’est une sorte de danse.

 

Petit-Enfant 2B : - Mais non, c’est un métier.

 

Petit-Enfant 1A : - Un métier ? N’importe quoi ! C’est un sport où on doit zaïmer.

 

Petit-Enfant 3A : - C’est comment qu’on zaïme ?

 

Petit-Enfant 3B (hésitant) : - Il faut peut-être chercher des trucs dans la forêt le plus vite

 

                                                    possible.

 

Petit-Enfant 1A : - Mais non, ça c’est de la course d’orientation.

 

Enfant 2 : - Les enfants ! Les enfants ! Du calme ! On dit maladie d’Alzheimer. Mais votre

 

                     papi n’a rien de cela. Il est juste un peu perturbé par la situation.

 

Enfant 3 : - Allez ! On sort le gâteau et les bougies ?

 

Tous : - Oui !!!!

 

Artémius : - Vous avez de la chance d’avoir une famille comme ça. Elle est formidable avec

 

                      vous.

 

Grand-Père : - Elle est parfois un peu étouffante. Elle me prend pour un gaga. Comme si je

 

                          n’avais rien vécu avant.

 

Enfant 1 : - Mais enfin, de qui parles-tu ? Et surtout à qui parles-tu ?

 

Grand-Père (commençant à s’énerver) : - Mais je parle au roi Artémius qui est juste là !!! Je

 

                                                                          vous l’ai déjà dit. Vous ne comprenez donc rien ?

 

Petit-Enfant 2A : - Tu es fatigué Papi ?

 

Grand-Père : - Mais qu’est-ce que c’est que cette histoire ? Je ne suis pas fatigué ! Je suis

 

                          très en forme. En plus, le roi Artémius est venu me voir. Il est là !!!

 

(Il le montre encore)

 

Enfant 2 : - Ecoute Papa. Je crois que c’était une mauvaise idée de faire l’anniversaire dans la forêt. Tu perds la tête avec cette histoire du roi Artémius…

 

Artémius (à Enfant 2 qui ne l’entend pas, ni ne le voit) : - Mais non ! Pas du tout ! Je suis bien

 

                                                                                                      là ! Regardez !

 

(Il se place juste lui mais ce dernier ne voit rien)

 

Grand-Père : - Mais vous commencez tous à m’agacer !

 

Artémius (à Grand-Père) : - Tenez ! Prenez cet écu d’or. Il vous donnera une jeunesse

 

                                     éternelle. Vous pourrez alors courir et galoper comme un gamin. Vous

 

                                     échapperez ainsi à votre famille.

 

Grand-Père : - C’est vrai ?

 

Artémius : - Eh bien oui ! Puisque je vous le dis !

 

 

 

(Artémius donne l’écu d’or au Grand-Père qui lance alors sa canne en l’air, se met à sauter partout, à courir puis à disparaître dans la forêt en compagnie du roi Artémius. Stupéfaite, la famille reste d’abord bouche bée, puis chacun part à la recherche du Grand-Père en criant « Papi ! Papi ! » ou « Papa ! Papa ! » ou encore « Artémius ! Artémius ! ».

 

Certains ont peur, d’autres pleurnichent. Les parents consolent leurs enfants. Ils sortent.)

 

 

 

(L’Homme-Muraille apparaît)

 

 

 

Homme-Muraille : - C’est incroyable comme un mur de pierres peut conserver tant de

 

                                     mystères, n’est-ce pas ? Et ce n’est pas fini. En voici un autre…

 

 

 

(L’homme-muraille sort dans les coulisses tandis que cinq personnages arrivent sur scène. Ils s’installent tranquillement au pied du mur. L’un d’eux tient dans sa main un petit sac avec un paquet dedans.)

 

 

 

Personnage 1 : - Notre trésor est maintenant bien ficelé dans ce petit sac. C’est le bon

 

                              endroit pour le cacher. Aucun d’entre nous ne doit plus venir ici avant cinq

 

                              ans. On se le partagera à ce moment-là.

 

Personnage 2 : - Oui. Nous nous sommes fait la promesse.

 

Personnage 3 : - Dans cinq ans, on se retrouvera ici, le même jour à la même heure. Le

 

                              temps aura passé. Ce sera le bon moment.

 

Personnage 1 : - Ce serait imprudent de partager maintenant.

 

Personnage 5 : - En plus la police va être sur les dents quand ils vont s’apercevoir de la

 

                              disparition.

 

Personnage 4 : - Dans cinq ans, l’affaire aura été oubliée.

 

Personnage 3 : - Personne n’y penseras plus.

 

Personnage 2 : - A part nous.

 

(Ils rigolent)

 

Personnage 1 : - En tous les cas, c’était osé d’aller piquer ces bijoux sans que personne ne

 

                              s’en rende compte.

 

Personnage 5 : - Même pas le bijoutier.

 

Personnage 3 : - Il doit être au courant maintenant. Tu te souviens. On a entendu l’alarme de

 

                              loin quand on a tourné au carrefour.

 

Personnage 2 : - C’est pour ça que la police doit déjà être sur l’affaire.

 

Personnage 1 : - Il faudra se montrer discret et n’en parler à personne.

 

Personnage 4 : - Ces bijoux doivent valoir des millions.

 

Personnage 3 : - C’est sûr.

 

Personnage 5 : - Ce sera dur de tenir, mais on y arrivera.

 

Personnage 2 : - On n’a pas d’autre choix.

 

Personnage 4 : - On verra si on a tenu bon.

 

Personnage 5 : - On le fera parce qu’on se l’est promis. Parce qu’on est des amis.

 

Tous : - Un pour tous ! Tous pour un !

 

Personnage 2 : - On pourrait cacher le sac juste derrière le mur.

 

Personnage 4 : - C’est une bonne idée. Personne n’ira fouiner dans les herbes folles derrière

 

                              ce vieux muret abandonné.

 

Homme-Muraille (voix off) : - Vieux muret ! Vieux muret ! Un peu de respect pour un ancien

 

                                                      château !

 

Personnage 5 : - Qui a dit qu’il fallait un peu de respect pour un vieux château ?

 

Personnage 2 : - Je ne sais pas. Tu as dû entendre des voix.

 

(Les autres rigolent tandis que Personnage 5 se vexe)

 

Personnage 3 : - Un peu comme Jeanne d’Arc.

 

Personnage 4 : - Fais attention ! Tu vas finir brûlé comme elle.

 

Personnage 1 : - Méfie-toi des anglais si tu en croises !

 

(Tous rigolent une nouvelle fois)

 

Personnage 5 : - C’est bon ! Vous avez fini de vous foutre de moi ?

 

Personnage 2 : - Ne t’énerve pas. C’était juste pour rigoler.

 

Personnage 5 : - Ce n’était pas drôle.

 

 

 

Personnage 3 : - ça peut arriver d’entendre des choses dans sa tête même si personne ne dit

 

                              rien.

 

Personnage 5 : - Mais je sais ce que j’ai entendu. Quelqu’un a dit que ce n’était pas un vieux

 

                              muret mais un ancien château !

 

Personnage 4 : - Allez ! On ne va pas se chamailler pour une histoire de vieux château.

 

Personnage 1 : - On a plus important à faire.

 

Personnage 2 : - Oui. Revenons plutôt à notre petit trésor.

 

Personnage 3 : - Tu as raison. En plus, ce lieu est parfait pour le planquer.

 

Personnage 1 : - Bien sûr. Qui viendrait y traficoter quelque chose à part l’un de nous ?

 

Personnage 4 : - Personne. Et surtout pas un de notre groupe. On se fait confiance.

 

Personnage 5 : - On a fait une promesse. Nous la respecterons.

 

Personnage 3 : - Si l’un de nous trahissait sa promesse, ce serait à ne plus croire en l’amitié.

 

Personnage 2 : - Bon, on le planque notre trésor ?

 

Personnage 1 : - Allons-y !

 

(Ils vont tous derrière le mur. Improvisation : On les entend parler tandis qu’ils creusent pour cacher le trésor. Ils reviennent devant le mur sauf les personnages 3 et 5 qui vérifient si tout va bien)

 

Personnage 1 : - Bon ! Qu’est-ce que vous faites les gars ?

 

Personnage 3 (voix off) : - On rajoute des brindilles et des pierres.

 

Personnage 2 : - Pas trop ! Ce serait trop visible !

 

Personnage 5 (voix off) : - OK !

 

(Le personnage 3 revient tandis que le personnage 5 reste encore invisible. Le sac passe alors par-dessus le rempart tandis que le personnage 5 apparaît devant le mur)

 

Personnage 4 : - Mais pourquoi tu as balancé le sac ? Il était bien planqué !

 

Personnage 5 : - Mais j’ai rien balancé !!!

 

Personnage 2 : - Mais tu te fous de nous ! Il est là le sac (Il le montre). Tu viens de nous

 

                              l’envoyer à l’instant !

 

Personnage 5 : - Mais ce n’est pas moi ! Je vous jure !

 

Personnage 3 : - Tu es vraiment pénible ! Entre les voix que tu tends et du baratin !

 

Personnage 5 : - Mais c’est n’importe quoi ce que vous dites.

 

Personnage 1 : - Bon ! Ça suffit maintenant ! On le replanque ensemble puis on sort tous en

 

                              même temps. Comme ça il n’y aura plus d’histoire.

 

(Ils retournent tous derrière le mur pour cacher le trésor, puis ressortent tous ensemble)

 

Personnage 4 : - Allez ! Maintenant tout le monde chez soi.

 

Personnage 5 : - Et on ne se voit plus pendant cinq ans.

 

Personnage 1 : - Notez la date de notre rendez-vous dans votre calendrier !

 

Personnage 3 : - Dans cinq ans précisément.

 

Personnage 2 : - Même jour, même heure ! Je vous dépose chacun à un arrêt de bus

 

                              différent.

 

Tous : - Un pour tous, tous pour un !

 

(Ils sortent. Quelques secondes plus tard le sac est de nouveau balancé par-dessus le mur. L’Homme-Muraille apparaît.)

 

Homme-Muraille (mécontent) : - C’est moi qui ai jeté ce maudit sac. C’est vrai quoi ! Je

 

                                                            déteste ces gens qui cachent leurs saletés dans la nature.

 

                                                            En plus à mes pieds ! Je ne suis pas une poubelle quand

 

                                                            même !

 

(L’Homme-Muraille sort de scène)

 

(Cinq personnages apparaissent alors sur scène, des randonneurs.)

 

Randonneur 1 : - Oh ! Regardez ! Il y a un sac par terre ! 

 

(Tous s’arrêtent tandis que la randonneur 1 ramasse le sac et l’ouvre)

 

Tous (à la vue du contenu) : - Oooooohhhhhh !!!!

 

Randonneur 2 : - Des diamants !!!

 

Randonneur 3 : - Cinq !

 

Randonneur 4 : - Justement on est cinq !

 

Randonneur 5 : - Ça fait un par personne.

 

Randonneur 3 : - On a du bol !

 

Randonneur 1 : - C’est une sacrée veine.

 

Randonneur 5 : - On se balade peinards et hop on tombe sur un trésor abandonné ou perdu.

 

Randonneur 4 : - On devrait se balader plus souvent ensemble. On deviendrait milliardaires.

 

(Ils se partagent le contenu du sac)

 

Randonneur 1 : - Ça doit valoir un paquet de billets ! A vue de nez, chacun des bijoux doit

 

                              valoir au moins deux briques.

 

Randonneur 3 : - C’est mieux que de jouer au loto.

 

Randonneur 2 : - Moi, je vais le vendre et m’acheter une maison au bord de la mer avec

 

                              piscine.

 

Randonneur 4 : - Et moi, avec l’argent, je vais m’acheter une Porsche et une Ferrari.

 

Randonneur 5 : - Moi, je vais m’acheter un restaurant sur les Champs-Elysées à Paris avec

 

                              hôtel de luxe, jacuzzi et tout le tintouin.

 

Randonneur 2 (émerveillé) : - J’adore randonner en forêt…

 

(Trois policiers arrivent sur scène)

 

Policier 1 : - Ça doit être eux !

 

Policier 2 : - Bonjour Messieurs ! Vos papiers s’il vous plaît !

 

(Les policiers contrôlent les papiers des randonneurs)

 

Policier 3 : - Veuillez nous montrer ce que vous tenez dans vos mains.

 

Randonneur 1 (inquiet) : - On vient de les trouver par terre.

 

Policier 1 (n’en croyant pas un mot) : - Mais bien sûr !

 

Policier 2 (regardant une photo): - Ce sont bien les bijoux volés. Ils correspondent à la photo.

 

Randonneur 2 : - On ne sait rien de ces bijoux.

 

Policier 1 (à ses collègues) : - Ils sont cinq comme le nombre de types sur les caméras de

 

                                                    surveillance.

 

Randonneur 3 : - Quelles caméras de surveillance ? Nous, on se baladait en forêt.

 

Policier 2 : - C’est ça ! Et moi, je bronzais sur la plage.

 

Policier 3 : - Monsieur veut jouer au plus malin.

 

Randonneur 4 : - Mais je vous assure Messieurs les policiers que nous ne savons rien de ces

 

                               bijoux. Notre voiture est garée là-bas à environ deux kilomètres.

 

Policier 1 : - C’est quoi comme véhicule ?

 

Randonneur 5 : - C’est une Peugeot 308.

 

Policier 2 : - Comme celle qui a quitté les lieux du cambriolage…

 

Randonneur 2 : - Mais je ne comprends pas. C’est une terrible méprise. On y est pour rien. Je

 

                               vous assure.

 

Policier 3 : - On en parlera au commissariat. Suivez-nous maintenant.

 

 

 

(Tout le monde sort dans un grand brouhaha, les randonneurs sont très agités devant cette incompréhension)

 

 

 

 

 

 

 

(Scène improvisée durant laquelle on voit des promeneurs dans la forêt. Certains viennent pique-niquer, d’autres courent. Certains discutent. On voit aussi des animaux)

 

 

 

(L’Homme-Muraille revient sur scène.)

 

 

 

Homme-Muraille (criant) : - Roi Artémius ! Roi Artémius ! Roi Artémius !

 

 

 

(Celui-ci arrive à ses côtés)

 

 

 

Roi Artémius : - Vous me cherchiez ?

 

Homme-Muraille : - Oui. J’avais envie d’avoir de la compagnie, celle du bon vieux temps.

 

                                    Pas celle de ces excités d’humains du XXIème siècle.

 

Roi Artémius : - C’est vrai qu’ils semblaient bien agités d’après ce que j’ai pu entendre.

 

Homme-Muraille : - Plus de problème maintenant. La police a embarqué les uns et les autres

 

                                     ne reviendront pas avant cinq ans pour chercher un sac qui n’est plus là.

 

Roi Artémius : - Vous leur avez joué un bon tour.

 

Homme-Muraille : - Non mais ! On ne se débarrasse pas impunément de ses affaires près de

 

                                     ma muraille.

 

Roi Artémius : - Ah ! Mon rempart est toujours aussi intransigeant, et toujours bien présent

 

                             même s’il s’est un peu abîmé avec le temps.

 

Homme-Muraille : - Ce n’est pas parce que je suis une ruine que je dois me laisser faire.

 

Roi Artémius : - Je suis bien d’accord avec vous. Il ne faut jouer avec le passé.

 

Homme-Muraille : - Les gens d’aujourd’hui sont ce qu’ils sont parce que nous avons été. Je

 

                                     ne suis pas un jeu, mais une mémoire d’un autre temps.

 

Roi Artémius : - Cher Esprit du vieux rempart, voilà qui est bien dit. Ne restons pas là à nous

 

                             énerver sur le présent. Allons plutôt voir ce qui reste de notre temps dans

 

                             cette forêt.

 

Homme-Muraille : - Je vous accompagne Sire. Nous découvrirons peut-être d’autres lieux

 

                                     qui ont fait votre légende et celle du vieux rempart…

 

 

 

(Ils sortent dans les coulisses)

 

 

(Les enfants se lèvent un à un et vont se présenter face au public. L’Homme-Muraille et le Roi Artémius les rejoignent. Ils saluent)

 

FIN

 

 

 

 IMG_1210 (2)A.JPG

 

IMG_1212.JPG

 

IMG_1214 (2).JPG

 

IMG_1217 (2).JPG

 

 

 

 Galerie-Photos du spectacle

 

Photos - famille Markey



31/03/2019
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 178 autres membres