Ecole Primaire Les Cèdres Quetigny

Ecole Primaire Les Cèdres Quetigny

Théâtre - "Musée Zarbi" - Classe de CM2 - Spectacle de juin 2018

Théâtre "Musée Zarbi" - Création des CM2 - Spectacles des 8 et 11 juin 2018

 

Affiche Théâtre 01.jpg

 

 

 

Pour la  kermesse de l'école, la classe de CM2 de l'école des Cèdres a présenté sa pièce "Musée Zarbi" sous forme de deux saynètes jouées deux fois chacune dans la salle polyvalente dans le cadre du programme artistique de la fête.

 

"Musée Zarbi 1" et "Musée Zarbi 2" ont ainsi été jouées devant un public d'une densité équivalente à la force de la pluie au dehors. Au plus fort de l'orage, ce sont près de 80 personnes qui s'étaient entassées à l'abri, puis pour les spectacle suivants, quand tout était redevenu calme à l'extérieur, chaque représentation a accueilli entre 30 et 40 personnes à chaque fois, soit au total environ 180 spectateurs sur les quatre représentations. 

 

Le décor est resté posé là jusqu'au lundi où la classe a remis le couvert pour les élèves de Mme Mannino, une dernière de qualité avec des élèves soucieux de donner vie à leurs personnages, une manière de saluer une dernière fois la jeune Fille à la Perle et ses célèbres amis de peinture, Paul Gauguin, Vincent van Gogh, Théo Van Gogh, Le Docteur Gachet, René Magritte, Salvador Dali, François 1er, le père et sa fille du tableau "American Gothic " de Grant Wood,  le frère qu'on leur avait inventé, tout cela avant le démontage définitif des rideaux et des portants. 

 

Il reste maintenant les photos et le texte que vous pouvez découvrir ci-dessous. 

 

 

Galerie-Photos - Clichés de Karelle Mannino

 

 

 

 

Le texte original de la pièce 

 

1ère partie

 

Affiche Théâtre 01C.jpg

 

 

MUSEE ZARBI – Introduction

 

(En fond de scène, deux tableaux « Autoportrait de Paul Gauguin » et « La jeune fille à la perle » - Sur le côté, un panneau indiquant « Musée Zarbi – Salle 1 » - Au centre de la pièce un canapé pour le repos des visiteurs)

(Un visiteur entre très pressé)

 

Visiteur 1 : - Mince ! Il n’y a personne. J’espère que la visite n’est pas commencée. Je n’ai

                      pas regardé l’heure avant de partir de la maison. Avec mon bol habituel, sûr

                      que je suis en retard. Quand un gardien arrivera, je lui demanderai.

(Il tourne en rond dans la salle en regardant à droite et à gauche pour voir si quelqu’un arrive. Justement un autre personnage entre en scène.)

Visiteur 1 : - Bonjour ! Vous savez si la dernière visite de la journée a commencé ?

Visiteur 2 : - Oh non ! Pas encore ! Nous sommes en avance. Je suis inscrit pour cette

                    visite moi aussi et elle commence dans cinq minutes.

Visiteur 1 : - Ah ! Vous me rassurez. J’étais persuadé que j’avais raté le départ.

Visiteur 2 : - Vous n’avez pas d’inquiétude à avoir. Nous sommes les premiers.

(Ils se sourient et s’approchent des deux tableaux pour les observer de près. Quatre autres personnages entrent en scène)

Visiteur 3 : - C’est bien là pour la visite ? On nous a dit qu’il fallait attendre le démarrage

                     en salle 1.

Visiteur 4 : - On ne veut pas rater le début. C’est une exposition exceptionnelle.

Visiteur 2 : - Oui, oui, c’est là. Nous aussi (il montre Visiteur 1), nous faisons partie du

                     groupe.

Visiteur 5 : - Pour ma part, j’ai dû courir comme un fou pour être à l’heure.

Visiteur 6 : - D’après ce qu’on m’a dit à l’entrée, nous sommes tous là à présent.

Visiteur 3 : - Parfait. Il n’y a plus qu’à attendre les deux guides.

Visiteur 1 : - Nous avons une sacrée veine. Une expo comme celle-là, ce n’est pas

                    souvent que ça arrive.

Visiteur 6 : - C’est même la première fois que ça se fait.

Visiteur 4 : - Il faut dire que c’est très difficile de monter une exposition comme celle-là.

Visiteur 2 : - Voir réunis autant de chefs d’œuvre dans un seul lieu, ce n’est pas près de se

                     reproduire.

Visiteur 6 : - Des tableaux en provenance des quatre coins du monde !

Visiteur 5 : - Et tout cela dans un musée de notre ville !

Visiteur 4 : - « La Joconde », L’autoportrait à l’oreille bandée de van Gogh et « la jeune fille

                     à la perle » dans un même lieu, c’est quelque chose d’unique !

Visiteur 3 : - Il paraît qu’ils ont même installé dans la même salle l’autoportrait de van

                    Gogh, le portrait de son frère Théo et aussi celui du médecin de Vincent,

                    le Docteur Gachet.

Visiteur 5 : - Ces trois tableaux ont tous été peints par Vincent van Gogh.

Visiteur 4 : - Toute la petite famille au même endroit !

Visiteur 1 : - Il y a même l’autoportrait de Paul Gauguin !

Visiteur 2 : - Sans parler de Salvador Dali et de René Magritte.

Visiteur 3 : - Que des chefs d’œuvre !

Visiteur 4 : - C’est une chance fabuleuse.

Visiteur 5 : - Un vrai miracle !

Visiteur 6 : - Je vais finir par croire une nouvelle fois au Père Noël.

Visiteur 3 : - C’est vrai ! Je n’arrive pas à y croire. Et en plus, nous avons droit à une visite

                     guidée.

Visiteur 4 : - Il paraît que ce sont des guides qui travaillent d’habitude au Louvre à Paris.

Visiteur 1 : - Bon d’accord. On paie tout cela très cher. L’entrée n’est pas donnée.

Visiteur 5 : - Mais pour des chefs d’œuvre pareils, c’est assez normal.

Visiteur 2 : - J’espère seulement qu’il n’y aura pas de gamin insupportable pour nous

                    gâcher la visite.

Visiteur 6 : - C’est assez rare pour ce genre d’exposition.

Visiteur 3 : - En général, les gens qui viennent avec des enfants le font sans visite guidée.

(Les deux guides arrivent à ce moment)

Guide 1 : - Bonjour mesdames et messieurs. Nous serons vos guides pour cette exposition.

Guide 2 : - Nous allons commencer par les salles du fond avant de revenir vers la salle 1.

Guide 1 : - C’est là que se terminera notre visite.

Guide 2 : - Allons-y Messieurs Dames !

MUSIQUE

(Ils sortent de la scène tandis que deux gardiens s’approchent)

Gardien 1 : - Tu as vu, il y a eu du monde aujourd’hui !

Gardien 2 : - C’est une exposition qui marche du tonnerre.

(Une femme et son enfant arrive en courant sur la scène. Ils sont essoufflés)

Maman : - La visite guidée est déjà commencée ?

Gardien 1 : - Elle vient de partir, il y a deux minutes.

Maman : - Ouf ! J’ai cru qu’on y arriverai jamais. Avec mon gosse qui traîne les pieds

                 depuis qu’on est partis. Il est insupportable.

Enfant : - Mais moi, je voulais pas y aller. C’est toi qui m’a forcé.

Gardien 2 : - Ils sont dans la salle du fond !

Maman : - Merci ! (à son enfant) Allez ! On y va ! Si tu es sage, tu auras droit à un pain au

                 chocolat et une canette de coca.

Enfant (pas convaincu) : - Bon d’accord !

(Il suit sa mère en traînant des pieds. Ils sortent de scène)

Gardien 1 : - Avec un gamin pareil, ça va être chaud la visite !

Gardien 2 : - Ambiance ! Ambiance ! Pas sûr que tout le monde garde son calme jusqu’au

                     bout.

Gardien 1 : - Moi, je commence à fatiguer. Six heures debout presque sans pause. Je suis

                     éreinté.

Gardien 2 : - Je te comprends. Avant-hier c’était pareil pour moi. Heureusement, j’étais de

                     repos hier.

Gardien 1 : - Moi, je suis de repos demain. Pas de réveil qui sonne et grasse mat’ jusqu’à

                     11 heures !

Gardien 2 : - Je penserai à toi entre Gauguin et la Jeune Fille à la Perle.

Gardien 1 : - Et moi je penserai à toi en prenant mon chocolat chaud.

Gardien 2 : - Bon je vais faire un tour vers les salles du fond.

Gardien 1 : - Et moi, je vais vers les salles 2 et 3.

(Ils sortent de scène. Paul Gauguin et la Jeune Fille à la Perle sortent leur tête du cadre et les regardent partir)

 

MUSIQUE

 

Scène 1 

 

Gardien 1 : - C’est bientôt l’heure de la fermeture.

Gardien 2 : - Plus que dix minutes.

Gardien 1 : - Il y a encore du monde ?

Gardien 2 : - Juste un petit groupe avec deux guides. Ils sont encore devant le tableau de

                     Van Gogh.

Gardien 1 : - Lequel ?

Gardien 2 : - « Autoportrait à l’oreille bandée ».

Gardien 1 : - Ah ! D’accord ! Alors ils ne devraient plus tarder pour les deux dernières

                     œuvres.

Gardien 2 : - A moins que les guides ne soient encore trop bavards comme c’est souvent

                     le cas.

Gardien 1 : - Je ne crois pas que ce soir ils auront envie de traîner. J’ai cru comprendre qu’ils

                     avaient une réunion à 18 heures.

Gardien 2 : - Tiens ! Les voilà qui arrivent.

 

Scène 2

 

(Les gardiens s’écartent sur les côtés. Le groupe emmené par le guide s’arrête devant le tableau de la Jeune Fille à la Perle).

 

Gauguin (à la JFP) : - Ils vont s’occuper de vous !

JFP : - Je sais. Je ne suis pas idiote. S’ils s’arrêtent devant moi, ce n’est pas pour parler

            de votre séjour en Polynésie.

Gauguin : - Oh ! Pas la peine de vous énerver ! C’était juste pour causer un peu. C’est long

                   les après-midis accrochés à un mur sans rien dire.

JFP : - Ne vous inquiétez pas. Quand tout le monde sera parti, on reprendra notre

           discussion d’hier.

Gauguin : - Ok ! Ça marche !

 

(Ils redeviennent immobiles)

 

Guide 1 : - Nous voici donc devant la très célèbre « « Jeune Fille à la Perle » de Johannes

               Vermeer.

Visiteurs : - Whaooouuuhhh !

Guide 1 : - Ce tableau date d’environ 1665. Ce tableau ne portant pas de date, il a

                  fallu  plusieurs recherches pour en estimer l’année. Il fait partie de

                  cette période qu’on appelle l’Âge d’Or de la Peinture Néerlandaise.

Visiteur 1 : - C’est absolument magnifique !

Visiteur 2 : - Quel regard !

Visiteur 3 : - Un vrai chef d’œuvre !

Visiteur 4 : - Depuis le temps que je voulais voir ce tableau.

Enfant : - Maman ! La dame, elle a bougé la tête tout à l’heure quand on est arrivé. Et

                le monsieur à côté aussi.

Maman : - Ce sont des peintures, mon chéri, et les peintures ne bougent pas la tête, ça

                 reste toujours immobile. Mais tu as le droit de voir des têtes bouger sur un

                tableau même si ce n’est pas vrai.

Enfant : - Mais c’est vrai !!! Moi, je l’ai vu bouger !

Les autres Visiteurs : - CHUTTTTT !!!

Visiteur 2 : - Mais il va se taire ce gosse ! Il commence à me taper sur le système.

Guide 1 : - Remarquez la qualité du travail de la lumière qui éclaire le visage qui se

                  retourne comme si on venait de l’appeler.

Visiteur 1 : - C’est une très belle expression du visage.

Enfant : - Maman ! La dame, elle me regarde.

Maman : - C’est normal, mon chéri. On croit toujours qu’un tableau nous regarde.

Enfant : - Mais c’est pas toi qu’elle regarde ! C’est MOI !!!!

Les autres Visiteurs : - CHHHHHUUUUTTTTT !!!!

Visiteur 3 : - Mais ce n’est pas possible ! Ce gamin est insupportable !

Visiteur 4 : - On n’est pas dans une cour de récré !

 (Le guide montre qu’il est agacé par l’attitude de l’enfant)

Guide 1: - Qui est la jeune fille à la perle ? Voilà une question sans réponse connue à ce

                 jour. On a pensé à une des filles de Vermeer, mais elles étaient trop jeunes à

                cette époque. Certains ont avancé l’hypothèse d’une des servantes. Mais

                nous n’avons aucune certitude.

Gauguin (à JFP) : - Mais qui es-tu alors ?

JFP (à Gauguin) : - On en parlera tout à l’heure. Sinon le petit gamin va encore faire des

                                commentaires.

Enfant : - Maman ! Maman ! Ils ont encore parlé !

Les autres visiteurs : - CHHHHUUUUUUTTTTTTT !!!!

(Gauguin et JFP vont aussi un signe de se taire à l’enfant)

Visiteur 1 : - Quel manque d’éducation !

Visiteur 4 : - Mais il se croit où ce môme ?

Visiteur 3 : - Cet endroit devrait être interdit aux enfants !

Visiteur 2 : - Ou alors ils devraient faire la visite en dehors des groupes !

Maman (à son enfant) : - Tu vois ! Tu déranges tout le monde !

Enfant : - C’est pas de ma faute. C’est les gens sur les tableaux qui ont parlé !

Maman : - Ne recommence pas ton cirque ! Ça suffit !

Guide 1 (à la maman) : - Ecoutez Madame, il faudrait que vous fassiez taire votre enfant. Il

                                     commence à déranger la visite.

Maman : - Je suis désolée. (à son enfant) Maintenant tu te tais. Tu as compris ?

Enfant (déçu) : - Oui Maman.

Gauguin (agacé) : - Il est pénible ce gosse !

Enfant : - Maman ! Maman ! Le monsieur, il….

Les autres visiteurs (excédés) : - OOOOOOOOHHHHHHHHH !!!

Maman : - Bon ça suffit maintenant ! On sort ! Tu le fais exprès ou quoi !?!

(La maman tire son enfant vers la sortie du musée)

Guide 2 : - Mesdames et messieurs, pour terminer la visite, observons l’autoportrait

                  au chapeau de Paul Gauguin

JFP (à Gauguin) : - C’est à votre tour maintenant !

Gauguin (à JFP): - Et il n’y aura plus ce gamin agité pour perturber la visite.

JFP (à Gauguin) : - Vous avez plus de chance que moi.

Guide 2 : - Cette œuvre date de 1893. On y voit le peintre dans son atelier parisien après

                  son séjour à Tahiti.

JFP (à Gauguin): - Vous êtes resté longtemps à Tahiti ?

Gauguin (à JFP) : - On en reparlera après la visite.

Visiteur 1 : - Quelles couleurs sublimes !

Guide 2 : - Vous remarquerez le style très épuré, un décor qui rappelle le passé du peintre

                  en Polynésie.

Visiteur 2 : - Il devait avoir de la nostalgie.

Guide 2: - Tout à fait ! De ce voyage, il lui reste les choses simples de la vie. Tout le

                 contraire de ce qu’il vit en Europe.

Visiteur 3 : - On voit beaucoup de sensibilité sur le visage du peintre.

Guide 2 : - C’est exactement ça ! Il a été bouleversé par la façon dont on traitait les

                   polynésiens et c’est tout ça qu’il montre sur son visage tourné vers la lumière.

                   Il ne connaît pas encore son futur, mais il sait  que son passé dans les îles

                   l’aura marqué à jamais.

Visiteur 4 : - C’est impressionnant de voir tout ce que ce regard veut dire.

Guide 2 : - C’est là tout le talent de cet artiste du 19ème siècle qui retournera aux îles

               Marquises pour y finir sa vie en basculant dans le 20ème siècle. Voilà la visite est

               terminée. Merci de votre attention.

(Les visiteurs sortent tranquillement. Certains continuent à parler avec les guides)

JFP (à Gauguin): - C’est beau ce qu’il a dit sur vous.

Gauguin (à JFP) : - Cet andouille, il a failli me faire pleurer.

JFP : - Vous êtes quelqu’un de très sensible, n’est-ce pas ?

Gauguin : - Parlons d’autre chose s’il vous plaît !

 

 

2ème partie

 

Affiche Théâtre 01A.jpg

 

(Tandis que les derniers visiteurs s’attardent encore, les deux gardiens s’avancent devant la scène)

 

Narrateur : - Dans le musée Zarbi, pour la première fois,  sont réunies des œuvres exceptionnelles comme le Jeune fille à la perle de Johannes Vermeer, L’autoportrait de Paul Gauguin, l’homme à l’oreille bandée de Van Gogh, les portraits peints par Vincent Van Gogh de son frère Théo et de son médecin le docteur Gachet, American Gothic, ce fermier des années 30 aux USA avec sa fille, quelques tableaux de Salvador Dali et de René Magritte, le tableau de François 1er peint par

Parmi les visiteurs qui ont suivi la visite commentée, se trouve une mère et son fils très agité qui a vu La Jeune Fille à la Perle et Paul Gauguin parler sur leurs tableaux respectifs. Les commentaires de l’enfant ont beaucoup agacé les visiteurs.

Le soir arrive et la relève des gardiens va bientôt commencer.

 

Gardien 1 : - Bon, ça y est, la journée est terminée.

Gardien 2 : - Il n’y a plus qu’à attendre la relève pour la surveillance de nuit.

Gardien 1 : - J’espère qu’ils ne vont pas tarder. J’ai mal aux pieds et j’ai hâte de rentrer

                     chez moi.

Gardien 2 : - Tiens, justement les voilà !

(Deux gardiens arrivent avec des lampes-torches)

Gardiens 3 et 4 : - Salut les gars !

Gardien 1 : - ça fait plaisir de vous voir.

Gardien 3 : - Alors quoi de neuf ?

Gardien 1 : - Rien à signaler. Les tableaux sont silencieux et immobiles comme

                     d’habitude.

Gardien 2 : - Tu imagines s’ils se mettaient à causer et à bouger ?

Gardien 3 : - Alors là, je change de boulot tout de suite.

(Les gardiens  rigolent de cette bonne blague)

Gardien 2 : - Bon soyons sérieux, moi, j’y vais. On m’attend à la maison.

Gardien 3 : - Pas de souci on prend la relève.

Gardien 4 : - La brigade de nuit est en place.

 

(Les gardiens 1 et 2 sortent)

 

Scène 3

 

Gauguin : - Vous êtes de 1665 n’est-ce pas ?

JFP : - Oui, j’ai 353 ans.

Gauguin : - Whaoouuuuhhh ! Vous faites jeune pour votre âge.

JFP : - Merci du compliment. Mais vous aussi, vous faites jeune pour votre âge. Vous avez

           quand même 124 ans.

Gauguin : - La vie passe si vite. Je ne me rends plus compte. On ne prend même plus le

                   temps de fêter nos anniversaires.

JFP : - Remarquez mon 354ème anniversaire tombe cette nuit. On pourrait le fêter

           ensemble quand il n’y aura plus personne, entre deux tours de ronde des

          gardiens. Qu’en pensez-vous ?

Gauguin : - C’est une très bonne idée. Depuis le temps qu’on est coincés dans ce cadre.

                On fera tomber toute notre poussière.

                Au fait, Mademoiselle euh ? Quel est votre nom ?

JFP : - Je ne donne jamais mon nom. J’entretiens mon mystère.

Gauguin : - Ah ! Ça fait partie de votre célébrité. C’est comme la dame de la salle d’à côté.

                   La fameuse Joconde. On ne sait pas trop qui elle est.

JFP : - Celle-là ? Elle est beaucoup plus vieille que moi. Personne ne sait exactement

            quand elle a été peinte.

Gauguin : - C’est vrai. On raconte que c’est entre 1500 et 1520.

JFP : - On lui demandera si on la voit passer un de ces jours.

Gauguin : - Et vous, c’est qui le gars qui vous a peint ?

JFP : - C’est Vermeer, Johannes Vermeer. Et vous ?

Gauguin (fier) : - C’est moi !

JFP : - Vous ? Vous vous êtes peint ?

Gauguin : - Oui, c’est exactement ça.

JFP : - Mais comment vous avez fait ?

Gauguin : - Enfin je veux dire que le peintre a peint un personnage qui lui ressemble. Je

                   suis donc le peintre peint par lui-même.

JFP : - Ah je comprends mieux. Le peintre, c’est vous, mais en fait la vraie personne qui a

           pris le pinceau, c’est celle qui n’était pas coincée dans un tableau comme vous

           maintenant.

Gauguin : - Être coincé dans un tableau a au moins l’avantage d’être toujours de ce

                   monde alors que le moi (il se montre) qui m’a peint est mort depuis

                   longtemps lui.

(Vincent Van Gogh débarque comme un fou dans la salle. Il semble chercher quelque chose.)

 

MUSIQUE

 

Scène 4

 

JFP : - C’est qui celui-là ?

Gauguin : - C’est Vincent van Gogh. Je le connais. On a partagé un atelier de peinture

                   ensemble, à Arles. C’est un génie mais il est complètement fêlé. Il a même

                  voulu couper mon oreille au rasoir.

JFP : - Ah ! Quelle horreur !

VVG : - Où est ma palette que je finisse de manger les peintures ? Peut-être que je les

          avais mises dans cette salle…. Ma palette… le rouge était très bon… le jaune

             aussi… Où est ma palette ?... le violet avait mauvais goût.

(Il va même chercher au milieu des spectateurs. Théo Van Gogh arrive alors avec le docteur Gachet. Ils courent)

TVG : - Docteur Gachet ! Il est là !

Docteur : - Il va nous faire devenir chèvre celui-là. Vincent est complètement fou. 

TVG : - Il a beau être mon frère, ça devient insupportable de toujours lui courir après.

Docteur : - Ecoutez Théo ! Votre frère Vincent a de sérieux soucis. On va le récupérer et le

                  ramener sur ce fauteuil pour le calmer. Il faudra lui parler gentiment.

TVG : - D’accord Docteur !

(Ils vont chercher Vincent et le ramène tant bien que mal vers le fauteuil au centre de la scène)

Docteur : - Ecoutez Vincent ! Tout va bien…

VVG : - Je cherchais ma palette de peinture. Je voulais terminer de manger le rouge.

TVG : - Vincent ! Ta palette est rangée. Il faut que tu remontes dans ton tableau. Sinon, les

              visiteurs qui vont venir au musée ne te verront pas. C’est comme moi. Notre

            destin est maintenant d’être dans un tableau.

VVG : - Oh ! Regardez ! Il y a trois girafes multicolores qui jouent aux cartes !

(Il s’avance vers le public pour mieux les voir)

TVG (le rejoignant) : - Mais Vincent, qu’est-ce que tu fais ? Ce sont des gens, et en plus,

                     ils ne sont même pas célèbres comme nous.

Docteur : - Il a encore des hallucinations ! Pauvre garçon !

(Au public) Ne vous inquiétez pas. Il n’est pas dangereux. Ce n’est pas la peine de quitter

                   la salle.

TVG ( à VVG) : - Viens ! On va retourner dans le tableau

VVG : - Mais je veux ma palette. Je veux peindre.

Docteur : - Il faut être raisonnable Vincent ! La peinture c’est du passé. Votre place

                  comme celle de votre frère, comme la mienne, c’est d’être dans

                  un tableau maintenant.

TVG : - En plus, c’est toi qui les a peints tous les trois, ces tableaux.

Docteur : - Et comme les gens d’aujourd’hui connaissent nos histoires, ils ont eu la

                  gentillesse de nous placer tous les trois l’un à côté de l’autre.

Vincent : - Mais pourquoi, on n’a plus le droit de se déplacer à notre guise ?

Docteur : - Nous faisons partie du passé maintenant. Il faut laisser la place aux autres.

TVG : - Et on n’a pas à se plaindre, des milliards de personnes ne sont plus de ce monde

          et personne ne pense à elles car elles n’ont ni photos, ni tableaux. Elles ne sont

          pas célèbres comme nous.

VVG : - A mon époque, je n’ai pas vendu beaucoup de tableaux. Un seul. Et maintenant,

               mes œuvres valent des millions et sont dans les musées.

TVG : - Comme quoi il a fallu du temps pour qu’on comprenne que tu étais un génie.

Gauguin : - Un génie dangereux ! Il a voulu me couper l’oreille.

VVG : - N’en rajoute pas une couche Gauguin ! Sinon je te coupe les deux.

Docteur : - Du calme ! Du calme, messieurs ! Nous ne sommes plus au XIXème siècle.

Gauguin : - On ne va quand même pas se fâcher, C’est aujourd’hui l’anniversaire de

                   Mademoiselle. (Il montre la jeune fille à la perle) 354 ans et toujours jeune !

TVG (à VVG) : - Ecoute Vincent, la jeune fille a 354 ans. Tu ne vas quand même pas faire

                             une scène un jour pareil ?

VVG : - OK ! OK ! Je ne vais pas gâcher l’anniversaire de cette vieille jeune fille.

Docteur : - Voilà qui est bien dit !

 

MUSIQUE

 

Scène 5

 

(Dali, Magritte, François 1er et les personnages de Grant Wood entrent en scène)

Gauguin : - Mais qui sont tous ces zigotos ?

JFP : - Je n’en reconnais aucun. Il y en a juste un qui pourrait faire partie de mon époque.

           C’est celui-là ! (Elle monte François 1er)

Dali : - Je suis sorti de mon tableau. J’ai entendu dire qu’il y allait y avoir une fête ici ? C’est

            tellement rare que ça valait le coup de se remuer un peu le portrait.

François 1er : - Et nous, nous avons suivi.

Fille GW : - Ça ne nous enchantait pas plus que ça. Mais vu qu’il n’y avait plus personne

                     sur les tableaux dans notre salle, on est venus.

Homme GW : - Moi, je n’avais pas du tout envie de venir. C’est elle qui m’a forcé.

 

Fille GW : - Ah ! Ça, c’est bien toi, Papa. Toujours à reprocher aux autres les décisions que tu

                    ne veux pas prendre.

Homme GW : - Oh ! Je sais très bien ce que tu aurais dit si je n’étais pas venu…

Fille GW : - Tu ne sais rien du tout, Papa. Pour bavarder, il n’y a pas de

                    problème, mais quand il faut agir, ce n’est plus la même chose…

Homme GW : - Un peu de respect pour ton vieux père quand même !

Docteur : - Je vous en prie, vous n’allez vous y mettre à votre tour !

TVG : - Mais d’abord qui êtes-vous ?

Dali : - Je me présente : Salvador Dali, peint par lui-même. Un autoportrait en somme.

François 1er : - François 1er, roi de France, peint par Jean Clouet en 1530. Quinze ans après

                        Marignan soit dit en passant. Le fameux 1515.

Magritte : - Je me présente à mon tour : l’homme au chapeau melon peint par Magritte. Je

                   dois être l’un des plus jeunes parmi tous ceux et toutes celles présents ici.

Homme GW : - Nous sommes les célèbres fermiers du tableau American Gothic de Grant

                          Wood. Nous avons été peints en 1930.

Fille GW : - Nous aussi, nous sommes parmi les plus jeunes présents dans cette salle.

Docteur : - Vous êtes tous là pour la fête ?

Tous : - Ben oui !!!

Dali : - Des années à s’encrasser sur un mur, ça donne envie de bouger un peu.

Magritte : - Et quand, de loin, on a entendu une jeune femme parler de fête d’anniversaire, on

                   s’est dépêché de venir ici.

François 1er : - Cela fait des années que je n’ai plus dansé. En fait depuis les fêtes au château

                        dans les années 30.

Homme GW : - Vous étiez encore vivant dans les années 30 ?

François 1er : - Bien sûr ! En 1530, on dansait chaque semaine au château de Chambord après

                        la chasse et le dîner.

Homme GW : -  Ah ! Vous me rassurez. Nous aussi, on a vécu dans les années 30, mais au

                           XXème siècle.

Fille GW : - J’imagine un gars pareil dans notre campagne américaine. Il se serait fait chasser

                    à coups de fourche.

Dali (moqueur) : - Ah ! Ils ont l’air sympathique et accueillant ces paysans américains. Ils ont

                              autant le sens de la poésie qu’un rhinocéros fonçant sur un 4x4.

Magritte : - A défaut de poésie de la fourche, regardons leur ciel et son horizon lointain.

JFP : - En tous les cas, qui que vous soyez, je suis très heureuse que vous ayez eu envie de

            venir participer à mon anniversaire.

Gauguin : - Les gardiens ne sont pas encore là, profitons-en !

Dali : - Alors, commençons tout de suite…

 

Scène 6

 

(Le garçon GW entre comme un fou sur scène. Tout le monde se retourne vers lui)

Garçon GW (agité) : - Hop Hop Hop ! Et moi ? On m’a oublié ?

Magritte : - Qui c’est celui-là ? Il m’a l’air bien agité.

Fille GW : - Oh non ! Mon frère !

Magritte : - Il faudrait qu’il prenne un calmant.

Homme GW : - Mais qu’est-ce que tu fais là ?

Garçon GW (énervé) : - Je viens ici parce qu’on m’a oublié il y a 87 ans !

Magritte : - Même deux calmants.

Fille GW : - Mais Papa ! Laisse-le ! Il n’avait qu’à être là quand Grant Wood a peint le

                     tableau.

Garçon GW : - Ah ! Vous faites les stars tous les deux !  Vous êtes mondialement connus,

                         alors que moi qui suis de la famille, on ne me connaît même pas.

Fille GW : - Si tu étais venu quand on t’avait appelé, Grant Wood t’aurait mis sur le tableau,

                    mais Monsieur ne pense qu’à faire du vélo alors…

Garçon GW : - Eh ben ? Qu’est-ce qu’il y a de mal à faire du vélo ?

Fille GW : - Le problème, ce n’est pas le vélo, c’est toi qui ne répond pas quand on t’appelle.

Garçon GW : - On me reproche de ne pas être là, mais vous ne dites rien alors que Maman

                         non plus n’était pas là.

Homme GW : - La différence, c’est que ta mère n’a pas voulu qu’on la voie sur le tableau.

                          Elle ne voulait pas devenir célèbre. Elle était timide ta mère.  

Garçon GW : - Mais moi, j’aurais bien voulu être célèbre comme vous.

Fille GW : - Eh bien, Monsieur le râleur, quand on veut être célèbre, on ne fait pas de vélo !

(La discussion entre les trois membres de la famille continue sous forme de mime. Gauguin et JFP descendent de leur cadre pour écouter de plus près. VVG, TVG et le docteur Gachet les rejoignent)

Magritte (moqueuse) : - Eh ben ! Il y a de l’ambiance dans la famille !

VVG : - Que de bruit !

TVG : - ça ne va pas arranger les affaires de mon frère.

Magritte : - Ah ! Docteur ! Vous n’auriez pas une boîte de calmants pour tous ces excités ?

Docteur : - Plus maintenant. Je ne suis qu’un médecin de peinture.

Dali : - Ils sont trop fous tous les trois. J’aimerais vraiment les peindre. Dommage que je ne

            peux plus.

François 1er : - Pourquoi ?

Dali : - Sire ! Je peux vous appeler Sire, mon cher François ?

François 1er (fier) : - Bien sûr. C’est comme ça qu’on m’appelait quand j’étais en chair et en

                      os. J’étais le grand François 1er, celui qui a introduit la Renaissance en France. 

Dali : - Donc Sire, je ne peux plus le faire parce que je suis mort à présent. Je ne suis plus

            qu’un portrait sur une toile, comme vous. Comment voudriez-vous que je fasse. Avez-

            vous déjà vu un portrait peindre d’autres portraits ?

Magritte : - Les humains d’aujourd’hui inventent tellement de choses qu’ils pourraient vous le

                   faire faire maintenant. Vous connaissez les clones ?

TVG : - Des quoi ?

Magritte : - Des clones.

Dali : - Non, je n’en ai pas entendu parler.

Docteur : - Moi non plus.

Magritte : - Et les hologrammes ?

VVG : - Des quoi ?

Magritte : - Des hologrammes.

Docteur : - Je n’en ai jamais entendu parler.

Dali : - Moi non plus. C’est quoi vos clones et vos hologrammes ?

Magritte : - D’abord ce ne sont pas les miens. Ce sont des inventions très modernes qui sont

                  des doubles identiques de ce que vous êtes.

Dali : - Ah !

François 1er : - Je n’aurais pas aimé avoir un clone ou un hologramme de moi-même. Je suis

                        unique. Je suis le seul, le puissant François 1er .

TVG : - Un clone de mon frère, ça serait deux fois plus de travail pour s’en occuper.

Docteur : - Deux Vincent van Gogh à s’occuper ? Un boulot de dingue !

Dali : - Je suis mort trop tôt. Moi, j’aurais vraiment aimé avoir à mes côtés, plein de

            Salvador Dali exactement comme moi-même. J’aurais pu peindre des centaines de

            toiles que je n’ai pas eu le temps de peindre à mon époque. Ça aurait été fou,

            complètement fou.

Magritte (au public) : - Il est complètement fou !

François 1er : - A mon époque, c’était beaucoup moins compliqué. Heureusement que je ne

                       suis plus qu’un tableau.

Magritte : - De toute façon, Messieurs, vous ne pouvez plus rien y changer. Alors pas la peine

                   de se prendre la tête. Regardez, moi j’ai mes tableaux plein de ciel et de nuages et

                   j’adore m’y perdre avec mes personnages sans corps ou sans visage. Je suis libre !

Garçon GW (parlant très fort) : - Trouvez-moi tout de suite un peintre qui me peigne pour me

                                                      mettre à côté de mon père et ma sœur !

Homme GW : - Ecoute mon fils, il n’y a pas de peintre ici. Il n’y a que des tableaux.

Garçon GW : - Il y a bien des peintres qui ont peint ces tableaux ?

(Il montre les tableaux tout autour)

Fille GW : - Tous ceux qui ont peint ces tableaux ne sont plus là maintenant.

Garçon GW : - Alors trouvez-moi en un autre qui est encore vivant !

Magritte : - Si je peux me permettre d’intervenir dans votre discussion familiale…

Homme GW : - Je vous en prie, peut-être qu’il comprendra mieux avec vous.

Fille GW : - Essayez quand même. Je ne suis pas sûr que vous arriverez à grand-chose avec

                    lui.

Magritte : - Un peintre de maintenant vous ferait dans un style pas du tout comparable.

Dali : - Et vous ne deviendriez célèbre que dans 40 ou 50 ans, voire beaucoup plus.

Docteur : - Peut-être même jamais. La gloire, ce n’est pas pour tout le monde.

François 1er : - Votre père et votre sœur vous voleraient encore la vedette pour pas mal

                        d’années.

Magritte : - Pour quelqu’un qui veut tout faire très vite, ce serait encore raté.

Garçon GW : - Bon ça va ! Et vous (il montre Magritte, Dali et François 1er), pas la peine

                         d’en rajouter une couche.

 

Narrateur : - Dans la première partie, un gamin agité avait perturbé la visite. Eh bien savez-vous qu’il  a réussi à échapper à la surveillance de sa mère. On l’a même vu revenir vers le musée. Mais ça c’est une autre histoire dont on reparlera dans la troisième et dernière partie.

 

3ème partie

 

Affiche Théâtre 01B.jpg

 

Scène 7

 

Narrateur : - Dans la première partie, nous pénétrons dans le musée Zarbi, pour la première fois,  sont réunies des œuvres exceptionnelles comme le Jeune fille à la perle de Johannes Vermeer, L’autoportrait de Paul Gauguin, l’homme à l’oreille bandée de Van Gogh, les portraits peints par Vincent Van Gogh de son frère Théo et de son médecin le docteur Gachet, American Gothic, ce fermier des années 30 aux USA avec sa fille, quelques tableaux de Salvador Dali et de René Magritte, le tableau de François 1er peint par

Un gamin agité avait perturbé la visite guidée du musée.

Dans la deuxième partie, les personnages des tableaux n’en ont fait qu’à leur tête. S’en est suivi une grande pagaille pendant laquelle Vincent Van Gogh est arrivé en courant en voulant manger la couleur rouge de sa palette. Tout le monde s’en est mêlé dont Théo, son frère, le docteur Gachet lui aussi sorti de sa toile, François 1er, Magritte et Salvador Dali, et bien évidemment La jeune Fille à la Perle et Paul Gauguin. Il y a même le fils du fermier du tableau de Grant Wood qui est venu râler parce qu’il n’avait pas été peint avec son père et sa sœur.

 Pour cette troisième partie, savez-vous que le gamin agité a réussi à échapper à la surveillance de sa mère. On l’a même vu revenir vers le musée, là où la pagaille continue.

 

(L’enfant entre en courant dans la salle, tout le monde se retourne vers lui, même Gauguin et JFP)

 

Gauguin : - C’est le gamin de tout à l’heure !

JFP : - Mais il n’y a plus de visite à cette heure. Et en plus le musée est fermé.

Garçon GW : - Qui c’est ce môme ?

Enfant : - Je suis le fils de ma mère.

Fille GW : - C’est sûr, il n’est pas le fils de son oncle.

Dali : - Sinon, il serait aussi son propre cousin.

Magritte : - Et sa mère serait sa tante.

Docteur : - Sa sœur serait sa cousine.

VVG : - Sa grand-tante serait sa grand-mère.

Homme GW : - Et son grand-oncle serait son grand-père. Quelle horreur !

François 1er : - Là, je ne suis plus. Trop compliquée pour moi cette époque.

Gauguin : - Mais elle est où sa mère ?

JFP : - Je vous parie qu’elle le cherche.

Fille GW : - Elle est où ta mère ?

Enfant : - Elle me cherche…

JFP (à Gauguin) : - Vous voyez ! Je vous l’avais dit !

Enfant : - Je voulais revenir voir les tableaux qui parlent…

Tous les personnages : - Alors tu es bien tombé !

Dali : - On est tous là !

Magritte : - Et on parle !

Enfant : - Oui, mais vous dites n’importe quoi ! Je suis le fils de ma mère. Je ne suis pas le fils

                de mon oncle et ma mère n’est pas ma tante.

Magritte : - Ne t’inquiète pas, c’était juste un jeu de mots. On extrapole.

Enfant : - Vous esrataulez ? C’est quoi esratauler ?

(Les personnages se regardent sans savoir quoi dire)

François 1er : - Quelle époque ! Du grand n’importe quoi !

Gauguin ( à JFP) : - Mais comment se fait-il que lui seul se rende compte que nous parlons ?

JFP (à Gauguin) : - Parce que c’est un enfant !

 

Scène 8 

 

(Un gardien entre sur ces entrefaites. Les personnages se mettent à hurler, courent dans les sens et s’en vont. Gauguin et JFP retournent vers les cadres mais se trompent. Chacun prend le cadre de l’autre. L’enfant reste figé sur place)

 

Gardien 4 : - Mais qu’est-ce que tu fais là mon gaillard ?

Enfant : - J’étais venu voir les tableaux qui parlent. Ils étaient en train d’esratauler. Oui, je

                vous assure, ils esrataulent.

Gardien 4 : - Personne ne va en taule, encore moins des tableaux. Et d’abord, comment tu es

                     rentré ici. Le musée est fermé !

Enfant : - Je suis passé par la porte de derrière. Elle n’était pas fermée à clé. Je voulais voir les

                tableaux qui…

Gardien 4 : - …parlent. Je sais. Tu l’as déjà dit ! Suis-moi tout de suite que je te ramène à ta

                     mère !

(Il le prend par le bras pour le sortir. L’enfant résiste)

Enfant : - Non ! Je veux voir les tableaux qui parlent et qui esrataulent. Non ! Non !

 

(D’un coup, l’enfant arrive à s’échapper et s’enfuit vers les tableaux. Le gardien 3 arrive sur les entrefaites. Il voit son collègue tout déconfit.)

 

Gardien 3 : - Ben ! Qu’est-ce qui t’arrive ?

Gardien 4 : - Tu ne vas pas me croire. Pourtant c’est vrai. J’ai vu les personnages des tableaux

                     qui se sont enfuis en me voyant. Ils étaient sortis de leur cadre. Ils hurlaient.

                     Y’avait juste un petit gosse qui était resté là au milieu et qui me disait que les

                     tableaux retournaient en taule. C’était l’horreur. Je…

Gardien 3 : - Calme-toi mon gars. Je ne sais pas si tu as bu quelque chose avant de venir

                     travailler, mais va falloir te calmer, mon gars. Va falloir te calmer ! Attends !

                     J’appelle les collègues. J’espère qu’ils ne sont pas encore partis.

(Il prend son portable et appelle. Il parle quelques instants)

Gardien 3 : - On a de la chance. Ils étaient sur le parking en train de discuter. Ils arrivent tout

                     de suite.

Gardien 4 : - Je t’assure que c’est vrai ce que je raconte.

Gardien 3 : - Tu es trop fatigué. Les gardes de nuit t’épuisent mon gars.

Gardien 4 : - Mais arrête de m’appeler mon gars ! Je ne suis pas ton gars.

                     (Il s’assied sur le canapé central)

Gardien 3 : - Mais ne t’énerve pas, je veux juste t’aider.

 

(Les deux autres gardiens entrent en courant)

 

Gardien 1 : - Qu’est-ce qui se passe encore ?

Gardien 3 : - Notre collègue ne va pas bien. Il a des hallucinations.

Gardien 2 : - Comme Van Gogh ?

Gardien 4 : - Bon ! Ça va ! Ça va. Je n’ai pas d’hallucinations. C’est vrai ! C’est vrai !

Gardien 2 : - Calme-toi mon gars !

Gardien 4 (énervé) : - Je ne suis pas ton gars !

Gardien 3 : - Il m’a dit que les personnages des tableaux se sont mis à hurler en le voyant. Ils

                     étaient sortis de leur cadre. Il paraît qu’il y avait un gamin au milieu de tout ça

                     qui disaient que les tableaux allaient en taule.

Gardien 1 (à Gardien 2) : -  Whaaoouuuh ! Alors là, notre collègue ne va vraiment pas bien.

Gardien 2 (à Gardien 1) : - Je ne sais pas ce qu’il fait de ces journées avant de venir travailler,

                                            mais là, on touche le fond.

Gardien 1 (à Gardien 4) : - Il faut que tu ailles voir le docteur.

Gardien 3 (à Gardien 4) : - Un arrêt te ferait du bien.

Gardien 2 (à Gardien 4) : - Un bon repos de quinze jours…

Gardien 4 : - Mais je vous assure, les personnages des tableaux étaient sortis de leur…

Gardien 2 : - … cadre, je sais. Je sais. J’ai bien entendu.

                    (moqueur) mais tu sais, moi aussi, il m’est arrivé un truc bizarre. La chouette de

                    l’église Notre-Dame de Dijon m’a dit bonjour quand je l’ai touchée avec ma

                    main.

(Les gardiens 1, 2 et 3 éclatent de rire)

Gardien 1 (moqueur) : - Eh ben moi, j’ai vu un tramway qui est sorti des rails pour s’envoler

                                       au-dessus des voitures en passant près de la piscine olympique.

(Les gardiens 1, 2 et 3 éclatent de rire)

Gardien 3 : - Et ben moi, le GPS de ma voiture m’a dit « Espèce d’andouille ! Je vous ai dit de

                     tourner à droite ! »

(Les gardiens 1, 2 et 3 éclatent de rire)

Gardien 4 (s’énervant) : - Bon ! Ça suffit ! Vous commencez à m’énerver. Vous ne

                                         comprenez rien ! C’est vrai ce que je dis ! C’est vrai !  C’est vrai !

(Il sort très énervés. Les trois le suivent)

Gardien 3 : - Mais reviens ! C’était juste pour détendre l’atmosphère.

Gardien 1 : - Faut pas se fâcher. C’était juste pour rire.

Gardien 2 : - Il n’a vraiment pas le sens de l’humour.

 

Scène 9 

 

(Les deux guides entrent en scène)

 

Guide 1 : - Mais tu es sûre que tu l’avais pendant la dernière visite ? Tu ne l’as pas laissé au

                  vestiaire.

Guide 2 : - Mais oui, je l’avais mon portable. J’ai même regardé l’heure pour voir si on n’était

                  pas en retard.

Guide 1 : - Tu l’as peut-être laissé dans la salle de réunion ?

Guide 2 : - Mais non. J’ai regardé partout. Il n’y était pas.

Guide 1 (inquiète) : - On a l’air malin, comme ça, dans le musée, à 8 heures du soir.

Guide 2 : - 8 heures ou 11 heures, ce serait pareil. J’ai besoin de mon portable.

Guide 1 : - Et s’ils enclenchaient l’alarme sans qu’ils sachent qu’on est encore ici ?

Guide 2 : - Je viens de dire aux gardiens que j’en avais pour deux minutes.

Guide 1 : - Fais vite quand même, même s’ils sont occupés avec leur collègue qui a l’air bien

                  secoué.

Guide 2 : - Je me dépêche. Je sais que je l’avais, quand on présentait les tableaux de Gauguin

                   et de la Jeune Fille à la Perle, je l’avais dans ma main.

(Guide 2 regarde, étonnée, les tableaux de Gauguin et la Jeune Fille à la Perle)

Guide 1 : - Quand même, pour un portable !

Guide 1 : - Aaaaahhh !

(Guide 1 voit sa collègue regarder les tableaux)

Guide 1 : - Mais qu’est-ce qu’il y a ?

Guide 2 : - Tu as remarqué ? Il y a quelque chose de bizarre.

Guide 1 : - Eh bien ! Il y a le tableau de Gauguin et celui de la jeune Fille à la Perle.

Guide 2 : - Oui, mais les tableaux ont changé de place. Ils ont été intervertis.

Guide 1 : - Mais oui ! Tu as raison ! C’est vraiment bizarre !

(Les deux guides se retournent vers le public tandis que Gauguin et JFP se dépêchent de retourner à leur place, dans leur bon cadre)

Guide 2 : - Je deviens folle. J’ai peur de devenir Van Gogh et d’avoir des hallucinations.

Guide 1 : - On a dû mal voir. Fermons les yeux quelques secondes puis retournons-nous. Le

                  stress et la fatigue nous font peut-être perdre la tête.

Guide 2 : - J’espère que tu as raison. On compte jusqu’à 5 tout doucement et puis on se

                  retourne. C’est cette histoire de portable qui me rend folle ! Je deviens folle ! Je

                  deviens folle !

Guide 1 : - Calme-toi ! On compte ensemble.

(Elles se prennent la main et comptent ensemble, lentement puis très doucement se retournent. Les deux portraits sont à la même place.)

Guide 1 et 2 : - Aaaaahhh !!!

Guide 2 : - Quoi ! Les tableaux sont à la bonne place ! Mais qu’est-ce qui m’arrive ?

Guide 1 : - C’est ton stress qui nous fait voir les choses de travers…

Guide 2 (fouillant dans sa poche) : - Mon portable ! Il était dans ma poche !

Guide 1 : - Quelle histoire ! Pour un portable !

Guide 2 : - Sortons vite ! Il est temps de rentrer maintenant. Ça devient intenable ici.

 

Scène 10 

 

(La mère entre, suivie de tous les visiteurs)

 

Mère : - Mais il est passé où mon gamin ?

Visiteur 1 : - Vous êtes sûre qu’il était revenu vers le musée ?

Visiteur 6 : - Pourquoi serait-il là, alors que visiblement il n’avait pas envie de venir…

Mère : - Mais si ! Il m’a dit qu’il voulait revoir les tableaux qui parlent ! Je suis sûre qu’il est

              revenu au musée.

Visiteur 5 : - Il n’avait peut-être pas envie de venir mais il a quand même fait une crise pour

                     rester.

Visiteur 2 (moqueur) : - Il voulait peut-être « é-cou-ter » les tableaux.

(Les visiteurs éclatent de rire)

Mère : - Mais je vous en prie ! Je ne vous avais rien demandé. C’est vous qui, dehors, m’avez

              proposé de m’aider à retrouver mon fils. Alors pas la peine de se moquer.

Visiteur 6 : - Excusez-nous. Nous sommes sans doute perturbés par le fait de nous retrouver

                     dans ce musée, incognito, comme des voleurs. Ne nous en voulez pas. Nous

                     comprenons votre inquiétude.

Visiteur 3 : - C’est vrai. C’est assez impressionnant de se retrouver là, au milieu des ces

                     œuvres qui nous regardent comme des fantômes.

Visiteur 4 : - Soyons quand même discrets. Si les gardiens nous voyaient. Ils nous enverraient

                     au poste de police.

Visiteur 6 : - Justement, c’est peut-être au poste de police qu’on devrait aller. Ils seraient sans

                     doute plus efficaces que nous.

Mère : - Non ! Je suis sûre qu’il est là, tout près de nous. Aidez-moi ! Je vous en prie.

Visiteur 5 : - Ecoutez madame. Je n’aime du tout cette situation. Allons plutôt voir la police.

Visiteur 3 : - Je crois que c’est une bonne idée.

Visiteur 6 : - Ils ont raison Madame. La police sait faire dans ce genre de circonstances.

(Visiteur 6 prend doucement la mère par le bras et l’entraine vers la sortie. Tout le monde suit)

Visiteur 2 : - C’est mieux ainsi.

Visiteur 6 : - Vous allez voir Madame, nous allons retrouver votre fils. Tout ira bien. Sortons

                     maintenant par la porte de derrière avant qu’elle en soit définitivement fermée.

Visiteur 3 : - En espérant que personne ne nous a vus ici.

Visiteur 4 : - De loin, j’ai vu que les gardiens avaient l’air occupés avec un de leurs collègues.

Visiteur 6 : - Alors profitons-en tant qu’ils sont encore à faire autre chose.

(Les visiteurs sortent de scène)

 

Scène 11

 

(Magritte entre précautionneusement sur scène suivis des autres personnages. Ils regardent  à droite puis à gauche)

 

Magritte (aux personnages) : - Il n’y a plus personne. On peut commencer notre fête.

Dali : - Ça a l’air très calme.

François 1er : - Je crois que c’est le bon moment.

Docteur : - Il ne faut pas tarder.

JFP : - Allez quand même vérifier du côté des gardiens. On ne sait jamais.

Gauguin : - S’ils arrivaient maintenant, ils seraient encore surpris. On va finir par les rendre

                   fous.

(Dali et François 1er vont voir dans les coulisses côté gardiens)

Dali : - Ils sont encore en train de s’occuper de leur collègue qu’on a effrayé.

François 1er : - Il a l’air d’aller vraiment très mal.

Garçon WG : - Bon ! On commence ?

Homme GW : - Alors dépêchons-nous. Personnellement, je déteste tous ses effusions

                   sentimentales.

Fille GW : - Moi aussi. La vie c’est du sérieux. Travail, travail, travail.

Magritte : - Eh bien ! Ça doit être drôle de vivre avec vous !

Garçon GW : - A qui le dites-vous ! Je n’ai jamais voulu reprendre la ferme de Papa. Je

                         voulais être champion cycliste.

Homme GW : - Tu es la honte de la famille !

Fille GW : - J’aurais préféré une sœur.

VVG : - La vie, ça n’a rien de sérieux.

TVG : - Quand on s’occupe de toi, c’est forcément sérieux.

Docteur : - Sans aucun doute. Quand on est appelé tous les 4 matins pour soigner un artiste

                  qui perd la boule, ce n’est pas une partie de rigolade.  

Gauguin : - Allons ! Ne nous fâchons pas. C’est l’anniversaire de Mademoiselle.

(Il montre JFP)

Magritte (apportant un cadeau à JFP) : - Voilà ! C’est de la part de tout le monde !

(Magritte tend le cadeau à JFP dans son cadre. Elle prend le cadeau)

JFP : - Oh ! Merci ! C’est très gentil !

(JFP ouvre le cadeau. C’est un beau collier qu’elle se met autour du cou)

Magritte : - Vous êtes magnifique !

Docteur : - Ce collier vous va très bien.

Garçon GW : - Moi, comme cadeau, j’aurais préféré un vélo tout neuf.

Gauguin : - Je vous ferais bien la bise mais…

Magritte : - Moi aussi mais…

Dali : - C’est sûr ! Des peintures qui se font la bise, ça ne se fait pas.

JFP : - Alors dansons !

François 1er : - Musique !

 

MUSIQUE

 

(Tout le monde se met à danser. Gauguin et JFP viennent rejoindre les personnages. JFP se retrouve au milieu de tout le monde. Puis tous les autres personnages de la pièce les rejoignent à leur tour : les gardiens, les visiteurs, les guides. Au final, les acteurs se mettent en ligne avec Gauguin et JFP au centre. Quand la musique baisse, ils saluent le public)

 

 

FIN

 

 

IMG_4070.jpeg

 

 

 

Les personnages

 

 

Paul Gauguin : Hugo Mercier

Jeune Fille à la Perle : Sara Nibbio

Guide 1 : Miriame Rahoui

Guide 2 : Angèle Broux

Visiteur 1 : Jihad Oumiddoch

Visiteur 2 : Théo Guyot

Visiteur 3 : Arthur Maître

Visiteur 4 : Léo-Paul Truan

Visiteur 5 : Ambrine Pagant

Visiteur 6 : Kenza Benchekroun

Mère : Clémence Muzeyi

Enfant : Calvin Ta

Gardien 1 : Emma Galizzi

Gardien 2 : Imade Errachidi Alaoui

Gardien 3 : Driss Nahari

Gardien 4 : Naoufel Djouadria

Vincent van Gogh : Adrien Paufert

Théo van Gogh : Elina Renner

Docteur Gachet : Walid Mouatadir

Salvador Dali : Brechna Bakahi

René Magritte : Marion Guérineau

François 1er : Adel Mezerai

Homme de Grant Wood : Ethan Chapuis

Fille de Grant Wood : Clara Ferreira

Garçon de Grant Wood : Yann Cerdeira

 

Une création de la classe de CM2  - Ecole des Cèdres – Quétigny  - Printemps 2018

 

 

 IMG_4062.jpeg



14/06/2018
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 159 autres membres